gruyeresuisse

01/07/2020

"La Pièce Manquante" ou les disparitions

Polla bon.png"La Pièce Manquante" (The Missing Piece), Analix Forever, Genève, du 7 au 25 juillet 2020.

Pour sa nouvelle exposition et sous la curatelle de Paul Ardenne, Analix Forever se consacre à un art de témoignage. Le sujet précis en est la guerre en Syrie. C'est l'occasion de voir comment les artistes disent cette guerre qui est devenue un non-évènement médiatique vue sa perpétuation et le besoin de nouveautés que les médias dits d'information entretiennent sans se préoccuper de ce qui tue au delà des évènements les plus récents.

Polla bon bon.pngGuillaume Chamahian, Frank Smith, Julien Serve et Randa Maddah donnent ainsi leurs échos du front de la guerre civile et ouvrent à de nombreuses interrogations sur le "sens" de la guerre et comment on y vit et y meurt. Ce qui reste pour le moins complexe à qui veut éviter de souverains poncifs. Guillaume Chamahian, à partir de photographies de presse de la famille Bachar el- Assad, créé des puzzles dont il a retiré une pièce centrale : Bachar lui-même. Polla bon 2.pngExiste aussi la maison détruite que montre Randa Maddah et le flot ininterrompu de dépêches AFP que dessine Julien Serve et qui sont devenues lettres mortes. Frank Smith par sa poésie forensique interroge la valeur de preuve des témoignages.

Polla bon 3.pngL'exposition illustre de la sorte la manière que l'art doit employer pour évoquer un tel conflit. Il s'agit de s'abstraire de toute spectacularité des clichés racoleurs et morbides dont l'effet est purement factice. Dès lors plus qu'une exposition documentariste sur la guerre (même s'il existe de nombreux et nécessaires documents), cette monstration permet d'évoquer comment se construisent ou se distordent les images d'information ou de communication. Tout concourt finalement à cette évidence "crasse" et terrible : la guerre (et qui plus est civile) n'est que mort et destruction. Le reste à cette aune n'est plus qu'une commodité de la conversation avant une conversion au silence.

Jean-Paul Gavard-Perret

15/06/2020

Mosset toujours

Mosset.jpgPour sa première exposition personnelle à la galerie Gagosian Genève comme pour son exposition au MAMCO, Olivier Mosset continue de surprendre. Dans la galerie de la place Longemalle il propose quatre nouvelles créations : immenses toiles (2,5 x 1 m.) apparemment identiques où surgissent quatre diamants noir peints sur des toiles blanches. Tout est réduit à une sorte d'essence sans que l'on puisse parler de minimalisme tardif dans lequel l'artiste continuerait de baigner.

Mosset 2.jpgLes diamants d’apparence noire, sont de fait tous les quatre nuancés – tantôt le noir tire au rouge, tantôt le noir contient un peu de vert, de jaune ou encore de bleu. Les tableaux sont nus et restent toujours pionniers d'un mouvement intérieur qui continue de questionner. "Une peinture n’a pas besoin de dire qu’elle est de l’art. Elle exprime une sorte de silence qui m’intéresse" écrit l'artste.

Mosset 3.jpgLe cercle, parfaitement noir sur une toile blanche (dont il a produit plus de deux cents modèles entre 1966 et 1974) est non seulement repris en un autre registre géométrique mais revisité même si une ligne générale perdure. Rejetant toute narration ou symbole relié à la subjectivé Mosset déconcentre à chaque oeuvre qui se définit comme objet débarrassé de la surabondance généralisée. Le tout dans une sorte de vision "impartiale" là où s'érige une frontalité avec la matière même et le processus de créatif le plus radical eet stratégique qui soit. La neutralité y est encore plus exacerbée que chez Malévitch. Face à Mosset celui-là sembla manquer d'ambition. Et l'art trouve un chemin "politique" particulier et en rien illustratif ou décoratif.

Jean-Paul Gavard-Perret

12/06/2020

Sabine Weiss : la Suisse et après

Weiss 2.jpgSabine Weiss a quitté très vite sa Suisse natale et Genève pour Paris. Elle y devient l’assistante du photographe allemand Willy Maywald spécialiste des clichés de mode et de portraits. Et après son mariage avec le peintre américain Hugh Weiss elle devient photographe indépendante et rencontre le milieu des artistes d’après-guerre.

Elle photographie beaucoup de créateurs qu'ils soient écrivains, plasticiens ou comédiens (cf son portrait délicieux d'Anna Karina). Elle connaît vite le succès et travaille jusqu'au début du XXIème siècle dans la presse illustrée internationale et aussi pour de nombreuses institutions et marques.

Weiss.jpgElle assure des reportages photographiques dans la mode, la publicité ainsi que des portraits de personnalités et des sujets de société.

Dans ses photographies se lient la présence et l’absence en un théâtre aussi brûlant que glacial. Il creuse le temps en tout sens. Il s’agit de montrer le monde en majesté comme en fantaisie. Et les portraits disent l’inconnu en leur sujet et par effet miroir l’inconnu en nous.

Jean-Paul Gavard-Perret.

Sabine Weiss, "Une vie de photographe", Le Kiosque - Espace Simone Veil, Vannes, du 18 juin au 6 septembre 2020.

Portraits d'Anna Karina et André Breton.