gruyeresuisse

15/01/2021

Renée Levi : sororité en "ée"

Levi 2.jpgRenée Levi, "Aimée", Villa du Parc, Annemasse, du 23 janvier au 2 mai 2021


La Villa du Parc retrouve Renée Levi. Le centre d’art contemporain à Annemasse avait en effet accueilli une proposition  de l’artiste installée à Bâle dans l’exposition "Le syndrome de Bonnard" en 2014, dans laquelle elle avait repris une installation murale fluorescente de la collection du MAMCO (Genève). Le tout en sculpture et palissades qui traversaient l’espace domestique de la Villa du Parc. Son nouveau projet "Aimée", débute  par une exposition à l’intérieur du centre d’art contemporain et se poursuivra à l’extérieur au printemps avec la réalisation d’un mural sur la façade nord du bâtiment. Vont se découvrir une fois de plus  la radicalité picturale et l’acuité de la perception architecturale. Cette exposition est un hommage à la genevoise franco-suisse, qui, dès 1942, à l’âge de 17 ans, a aidé des enfants juifs et des résistant·e·s à passer illégalement la frontière depuis Annemasse pour se réfugier en Suisse. 

Levi.jpgElle conçoit donc un projet sur mesure. Il s'appuie sur les variations de lumière naturelle et artificielle du lieu qui éclairent, suivant les heures, les murs et un ensemble de peintures existantes et nouvelles.  Dans l’œuvre de Renée Levi, comme le précisait Christian Bernard ancien directeur du MAMCO, "le lieu concret, contingeant, y est tangentiellement mis à contribution". Renée Levi intègre les spécificités de l’espace pour renforcer les conditions de visibilité de son oeuvre. Les toiles exposées seront prolongées et relancées dans des muraux in situ plus ou moins perceptibles.

Levi 3.jpgParmi celles  qui sont exposées, certaines ont été produites pour des situations spécifiques et sont remises en jeu à la Villa du Parc, tandis que d’autres, nouvelles, ont été pensées cette année à l’atelier par Renée Levi, qui met en tension et bouscule la ligne intuitive et fluo au spray qui par reprises et répéttitons en aplats segmentés, épais et géométriques, "contraignant le dessin initial et permettant de nouvelles compositions hybrides et dynamiques". La répétition du motif fait partie du processus pictural, physiquement de l’artiste et le déplacement de son geste premier vers l’abstraction géométrique est inédit et expérimental.  Entre la toile et le mur, la compression et l’expansion, la ligne qui se fait lettre ("e")  celle-ci devient surface qui subvertit la contrainte par le débordement. Toute une dialectique de jeu et d’introspection de sa peinture se déploie à la Villa du Parc au nom de la sororité.

Jean-Paul Gavard-Perret

12/01/2021

Les hantises de l'air de Sylvain Granon

Granon.jpgSylvain Granon, "Résonances", galerie ligneTREIZE, Carouge, Genève, du 16 janvier au 12février 2021.
 
 
 
Sylvain Granon  évoque le mystère qui prélude aux germes de la présence du réel. La vision est remodelée à l’épreuve d’une rupture entre le sens idéal de la figuration et la présence d'espaces qui évoluent au gré de la lumière  dans la singularité divers moments.
 
Granon 2.jpgCette hantise de l'air  reste néanmoins la  nourriture terrestre et impalpable de la création. Durée et simultanéité ne font qu’un dans la genèse de l’espace. Restent des volutes sourdes et mouvantes gouvernées selon des modulations de vagues. Elles s’élèvent ou s’abaissent par poussées et strates en divers courants  si bien que chaque œuvre recèle en elle un étrange kaléidoscope.
 
Granon 3.jpgExiste dans chaque peinture une immobilité vibrante et agissante qu’exaspèrent des couleurs absorbées sourdement ou la violence de la matière.  L’artiste semble s’absenter mais il est terriblement présent pour laisser tout le champ à ce qu’il ouvre et projette à la lumière sombre répercutée d’étape en étape en un roulement silencieux.
 

Jean-Paul Gavard-Perret

05/01/2021

Le pas au-delà  de Paul Reclus

Reclus.jpgPaul Reclus, "Plus loin que la politique",  Illustrations Marfa Indoukaeva, Editions Héros Limite, Genève,  décembre 2020,  200 p.,  18.00 € 25.20 chf.
 
 
Neveu d’Élisée Reclus et proche des idées anarchiste de son oncle, Paul Reclus (1858-1941) après  la Commune de Paris écrasée,  se cache un temps avant de rejoindre la Suisse. Il rentre à Paris et devient ingénieur. Propagandiste anarchiste, partisan de la reprise individuelle et de la propagande par le fait il est inculpé dans le "procès des trente", se réfugie à Londres puis se fixe en Ecosse où il travaille comme cartographe, puis professeur. A la demande d'Elisée Reclus, il s'établit en Belgique pour l'aider à terminer l'édition de "L'Homme et la Terre". Il s'installe en Dordogne et à Montpellier où il se livre à des travaux scientifiques et fonde le journal anarchiste "Plus loin" qui paraîtra jusqu’en 1939. Il fait jusqu'à sa mort partie de plusieurs organismes dont ceux d'aide au mouvement anarchiste pendant la guerre d'Espagne.
 
Reclus 2.jpgIl a créé une oeuvre de circonstance : elle garde  plus qu'une actualité confondante  comme le prouvent les articles de cet ouvrage issus des revues "Plus loin" et "Les Temps nouveaux" et rassemblés par Alexandre Chollier.  Existe une pensée d'avant garde pour l'époque. Elle exprime au delà du marxisme et  sa pseudo démocratie telle qu'il l'a galvaudée -  un appel à la démocratie directe. Mais c'est surtout son projet anticipateur  d’écologie sociale qui reste le plus intéressant.
 
Reclus 3.jpgIl se fonde  sur la conviction qu’aucun des problèmes écologiques ne sera résolu sans un profond changement social. Et de tels écrits demeurent essentiels à la fois sur le plan de l'histoire des idées et de leur réalisation. Il faut s'y confronter pour réfléchir à savoir comment sortir de  l'impasse où nous nous nous trouvons. Le capitalisme semble en effet le parfait opposé d'une révolution écologique. Sans que pour autant la pensée de Paul Reclus soit totalement convaincante. Mais c'est en s'en nourrissant de manière critique que des pas s'esquissent.
 
Jean-Paul Gavard-Perret