gruyeresuisse

28/07/2021

Michel Butor : révélations

Butor.jpgEntre 1951 et 1961, Michel Butor réalise près de 2000 photographies en noir et blanc avec un appareil Semflex, une version française du Rolleiflex. Son désir de photographier prit naissance à la suite d’un long séjour en Egypte. Il commence d'ailleurs par photographier une étude des témoignages parisiens sur le Bonaparte du retour d’Egypte.

 

 

Butor 2.jpgMichel Butor ne recadre pas ses photographies, il cherche moins à fixer des souvenirs qu'à inventer un théâtre personnel au moment où il se fond dans le paysage. L'image lui permet d’explorer ce qui sans elle ne pourrait être vu. Mais l'auteur fut aussi le compagnon de bien des photographes :  Robert Doisneau en 1958 au moment du prix Renaudot pour  "la Modification" et surtout Maxime Godard qui devint son portraitiste et réalisa plus de 18 000 photographies du poète pour arriver à un dépouillement voulu. 

Butor 3.jpgL'auteur créa des textes d'accompagnement pour leurs oeuvres. Il y eut entre autres Eric Coisel qui publia et édita avec lui plusieurs livres ou Philippe Colignon pour lequel Butor écrivit "L’humus inscrit”. Ces travaux sont visibles parmi les 250 pièces exposées. Ajoutons que Michel Butor a développé une réflexion très personnelle sur l’art de la photographie. Entre  essai,  poème ou prose poétique sur le monochrome, la philosophie du Polaroïd par exemple, il trouva bien des formules pour engendrer la lumière.

Jean-Paul Gavard-Perret

Michel Butor : “La photographie est une fenêtre”, Archipel Butor, Lucinges, du 26 juin au 27 novembre 2021.

02/07/2021

Linda Tuloup : le feu et la forme

Tuloup 2.jpgAvec son premier film,  la photographe Linda Tuloup entraîne dans un univers de grâce et de solitude et  pose la question "de quel feu sommes-nous nés ?" à travers la scénarisation du corps féminin, un corps magnétique dont la source tient au feu et la vie à l'envol
 
Tuloup.jpgLinda Tuloup crée ce qu'elle nomme une "élégie, une mélopée de nuit mêlant souvenirs tremblants et photographies." Elle remonte l'existence au-delà d'une simple narration intimiste dans une ode aux lueurs d'incendie.
 
Tuloup 3.jpgDe la nuit profonde, originelle, immémoriale - celle que Quignard nomme "la nuit sexuelle" - surgit la voix et la présence d'une femme ailée qui transcende "la terre rouge des origines et la cendre des mots". Le film de la Savoyarde revient donc à cette nuit où nous avons cessé de dormir. Dès lors et comme elle l'écrit ce film-souffle "C’est toi, c’est moi, c’est nous." C'est donc bien plus qu'une vulgate pour les corps l'un à l'autre étrangers.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 

Linda Tuloup, "Feu", film photographique, Festival Paris l'été, Du 15 au 31 juillet 2021, Lycée Jacques Decour, 75009 Paris.

25/06/2021

L'envie d'être en vie : Nyna Loren

Loren 3.jpgC'est à Genève que la Bretonne Nyna Loren  a trouvé sa voie. Elle y a effectué des études supérieures de violoniste classique et elle a déjà accompagné des artistes majeurs comme Georges Benson, Gilberto Gil ou John Cale. Ce qui n'est pas rien.
 
Loren 2.jpgDésormais sa voix s'élève dans des accents qui rappellent parfois Véronique Sanson, Emilie Loiseaux voire Sophie Hunger dans l'appel du vent au sein d'une forêt des songes où la nouvelle mélusine erre. Tout devient récitatif âpre ou envolées lyriques. Les oeuvres de la musicienne, chanteuse, auteure proposent en conséquence divers voyages. Ils permettent de  rêver l'ailleurs, le lointain mais aussi d'atteindre l'émotion  la plus intime jaillit en accents profonds rauques ou aigus.
 
Loren 4.jpgUne telle musique dépasse les genres et les styles établis. L'insolence est souvent subtile surtout lorsque l'âme de la créatrice semble s'envoler sur des lignes mélodiques envoûtantes qui font souffler le chaud et le froid, l'ouest et l'est, le nord et le sud, l'océan et les lacs, la forêt de Brocéliande et celles des Alpes. Tout reste en équilibre dans divers mouvements et phrasés. Ils soulignent la passion dévorante comme son feu réconfortant même lorsqu'il demeure inassouvi.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
"Pôles intérieurs", Witch World Mucic, 2021.