gruyeresuisse

16/10/2019

Emprises - Sylvie Afflalo

Aflalo.jpgDu portrait il ne reste que des traces. Prétendre voir nest qu'une vue de l'espri léger et illusoire. Sylvie Aflalo le refuse et passe d’une situation où tout pourrait se laisser voir à celle où l’art donne au reflet une dimension particulière. Il y a bien sûr dans de telles prises celle qui ajuste ou ajoure les dentelles sur ses modèles, celle qui tire les rideaux, les ficelles. Tout s'emboîte dans un étrange réseau où les femmes paradent en habit d’officiantes. Mais ce que la photographe retient"de" l'évènement acquiert la tension de l'abattement suggéré.

Le corps s'offre soudain en «sanglots ardents» même en les «verts paradis» de l'enfance traversés de fantômes qui longent les murs d'une chambre. Sylvie Aflalo voudrait qu'ils s'éloignent mais ils demeurent. D'où l'importance de prises qui transforment le réel en noir et blanc dans l'immense métaphore obsédante et multiforme de l'attente, du manque ou de l'abandon. Elle dénote toujours d'un dialogue ininterrompu entre la poésie de l'image et diverses formes d'amour non dans l'instant de la rencontre mais son attente ou son après. Demeure d'un ballet, sa fixité dans un rai minuscule de lumière, un soupir de failles, un appel presque muet d'une fêlure. Avec le désir de mettre un doigt contre cette infime résistance.

Aflalo 2.jpgComme la photographe il faut entrer sur la pointe des pieds dans ses portraits pour affronter leurs fantômes. C'est comme si en place et lieu du visage la photographe à l’aide d’une lampe observait le fond de sa présence pour voir ce qui s'y passe. C'est pourquoi chez Sylvie Aflalo deux opérations ont donc lieu en même temps : concentration mais aussi ouverture du champ. Le regard s'apprend alors que l'œil butinant et virevoltant manque du poids de la mélancolie car il se contente de passer d'un reflet à l'autre. La photographe redonne à l'oeil ce pouvoir de rappel et de regard.

 

 

 

Aflalo 3.jpgL'œuvre garde une vocation fabuleuse. Faire reculer le chant des certitudes. Le visage devient ce que Catherine Millot nomme « un point trou». A savoir une expérience du retournement du portrait. Dans l’obscurité ouatée la lumière s’enchevêtre, rampe. Manière pour Sylvie Aflalo de jeter une lumière crue sur ce que cache nos histoires. Elle le rappellent en nous posant la question : "vous savez vous, ce qu'il en est de l'amour ?" Dans l'attente de réponse Sylvie Aflalo opte pour aunnon-vouloir, au non pouvoir qui ne s'acquiert que par un lente et long travail de savoir et de préparation. C'est comme pour les mystiques : une façon de subir l'inintelligible ou plutôt l'innommable.

Jean-Paul Gavard-Perret

Voir le site de l'artiste.

14/10/2019

Clément Rosset : bio mais pas trop

Rosset.jpgClément Rosset a voulu publier à titre posthume ce recueil de récits «intimes» où sa personnalité n'est pas vraiment et volontairement mise en valeur. Au tout à l'égo il préfère souligner quelques-unes de ses manies ou de celles de ses proches en fidélité à son humour philosophique. Cette expression hors modèle se déroule sous la fausse apparence que pour bien écrire il suffit de faire preuve de fragilité, patience voire passivité.

Rosset 2.jpgL'auteur donne l'impression que le vent plus que la pensée pousse  ici le ballon de l'écriture. Mais il règne sur lui pour le placer. Plutôt de dire comment il a écrit certains de ses livres, il s'abandonne à un ultime jeu. L'écriture ne tombe jamais dans le trop plein. L'esprit transforme le destin en une extrême liberté. En accord avec la fin de tous, il s'applique à donner de connaître juste ce que nous ne pouvons supporter avec un drôlerie parfois blême mais corrosive toujours.

Jean-Paul Gavard-Perret

Clément Rosset, "Ecrits intimes. Quatre esquisses biographiques suivi de Voir Minorque", Editions de Minuit, Paris, 144 p., 19 E., 2019.

 

 

11/10/2019

Clara Diebler : portraits sous influence

Diebler2.pngClara Diebler met du trouble dans le portrait. S'y distingue ce que celle ou celui qui est saisi voit. La créatrice cultive ainsi l'allusion et le mystère à travers ces jeux de faces et de contre-faces. Elle revivifie le langage photographique. En noir et blanc (et parfois en couleurs) les femmes sont soudain métamorphosées de mirages. Ils deviennent des "cosae" imaginaires, mentales par effet de réel dédoublé.

Diebler.jpgSurgit une féerie discrète. Dans des rues pavées, des passages, des intérieurs ou hors contextualisation,  la lumière est noire comme certains chiffons qu'on agite face aux événements que les humains ont pris l'habitude de nommer tristesse. Ici le songe sort des caves et va au grand air pour secouer ses vieux habits.

 

Diebler 3.jpgLes femmes,  parfois des hommes les accompagnent. Mais la plupart du temps, elles prennent en solitaire un bain dans le fluide du ciel. Comme chez Stendhal un miroir avance  le long d’une route mais ici dans le but d'approfondir la notion de cadre et de cadrage en une pénétration des ténèbres du pathos - état dans lequel qu’il le veuille ou non se trouve souvent l'être humain. Néanmoins, contre cette illusion passagère Clara Diebler impose une vision plus épiphanique au sein même de destins mystérieux. Le regardeur est saisi par une instance inconnue. La photographie et le corps font signe en ouvrant sur un regard d'attente.

Jean-Paul Gavard-Perret

Exposition, Corridor Elephant, Paris, Octobre 2019