gruyeresuisse

19/11/2020

Féebrile fait braise

FeeB.jpgFéebrile (aka Isabelle Royet-Journoud) est basée à Belfort. La photographe (et auteure) est une maîtresse dans le self-portrait, l'érotisme et aussi les jeux de masques. Ses polaroids possèdent une qualité exceptionnelle. Ses fantasmagories aussi. Ils et elles épousent les traces du corps là où la figure contient son genre - mais pas seulement. Celle-ci peut changer d'âge ou se dédoubler ce qui n'empêche pas l'élévation voire une consonnance romantique des plus inattendues là où le plus commun peut s'ouvrir à la célébration mentale mais où le corps ne fait pas que pointer.

Feb 2.jpgL'artiste introduit juste ce qu'il faut de trouble apparemment sans rien déranger. Mais la photographie prend une dimension imprévisible. Il est vrai que la créatrice connaît bien le corps des femmes et leur histoire. D'où ses visions et ses histoires qui demandent du temps et de l'attention. Les images  brouillent toute structure du discours sur l'apparence et la nudité par des enjambements et ruptures visuelles et selon une expérience du temps, de l'espace. Il atteint une théâtralisation d'un sens à peine formulable et va, pour reprendre un autre Royet-Journoud (Claude), «jusqu'au bout du littéral».

Féeb.jpgInventant sa propre grammaire visuelle Féebrile montre ce qui sourd et rarement ne fait surface au sein d’un univers tour à tour, proche et lointain. Il s'agit d'inventer le regard, de glisser à la surface des corps là où le masque ne sert pas de leurre mais de vérité, sans rien expliquer ou revendiquer à travers la cloison fragile et transparente du réel. Pour inventer ce regard il s’agit d’atteindre le fond du visible en brouillant toute structure et bien des cartes du tendre.

Jean-Paul Gavard-Perret

La fille avec le prénom commun / Ed. Furtives, Besançon, 2020, 3 E.

 

18/11/2020

Victor Burgin : révision des poncifs

Burgin 2.pngCe livre est le fac-simil" du livre historique de Victor Burgin. L'auteur fut nominé pour cet ouvrage au "Turner Prize" en 1986 mais celui-ci restait introuvable depuis plusieurs décades. "Between" marque le passage chez le photographe d'un art conceptuel fondé sur la critique et de l'appropriation de l'imagerie des mass-médias à une série de prises chargées des découvertes ouvertes sur les images par la psychanalyse, la sémiotique, le féminisme et les études cinématographiques.

Burgin.pngCe livre mêle les créations de l'artiste à des fragments d'interviews, de conférences et de lettres. Existe donc là un lien étroit entre théorie et pratique. De plus, Burgin crée des photographies comme aucun autre artiste même si ses motifs et dessins sont le fruit d'expériences communes à chacun d'entre eux : la ville moderne, la vie de famille, le pouvoir des images et des mots dont les formes déforment.

 

Burgin 3.pngTout cela est montré  de manière subtile. S'il est selon Burgin "facile d’entrer dans" la photographie et dans le réel", c’est la sortie qui est délicate" précise-t-il. C'est pourquoi il nomma ces oeuvres des "appropriated images" dans lequel le monde est recyclé dans une déconstruction et un (re)montage des plus réussis.

Jean-Paul Gavard-Perret

Victor Burgin, "Between", Mack Publishing, Londres, 2020, 190 p, 40 E..

17/11/2020

Alexia Turlin et Hadrien Dussoix entre chic et choc

Dussoix Turlin 2.jpgAlexia Turlin et Hadrien Dussoix, « Avant demain », Galerie du Boléro, centre d’art et de culture de la Ville de Versoix et Château de Penthes jusqu’au 13 décembre 2020.

Alexia Turlin a renoncé depuis longtemps à tout conformisme existentiel et artistique. Sa mère - vietnamienne du Cambodge - a rencontré son père sur une montagne suisse. Et la particularité de la créatrice doit résider autant dans ses origines que dans son parcours. Elle travaille face au monde pour l'analyser mais aussi se remettre en question dans des épreuves de rapidité afin de rester au plus proche d'elle-même.

Dussoix Turlin.jpgComme Alexandra David Neel elle se sent dans l'art et dans la vie sans jamais cesser de monter et descendre des montagnes et tente d'accéder à un lieu inconnu en fidélité à la formule de Beuys selon lequel  "nous sommes des oeuvres inachevées". Elle travaille, dans son atelier à Genève, dans un chalet à 1700 m d'altitude ou in situ comme c'est le cas pour cette exposition. Elle propose un panoramique de montagnes non sans réminiscence à Hodler. Les reliefs au fusain semblent enveloppés d'une brume colorée créée à la bombe et dont la matière "fond" comme glace au soleil. L’ensemble est rehaussé d’or et de paillettes pour tenter de cacher la disparition irrémédiable des neiges sous l'effet de réchauffement climatique.

Dussoix 3.jpgL'artiste interroge l'évolution de notre société. Comme elle, et face à ce paysage, Hadrien Dussoix développe une oeuvre tout aussi éphémère où les "réponses" au chaos s'inscrivent en lettre noire d'un slogan : "Tout ira bien". Les deux oeuvres s'accordent parfaitement entre le chic et le choc, la sophistication et une forme de scansion plus brutale. Se découvrent aussi des toiles d’Hadrien Dussoix réalisées avec des enfants. Ce jeu de miroir en quête d'intensités toujours plus poétiques ou aiguës se prolonge dans son double au château de Penthes.

Jean-Paul Gavard-Perret