gruyeresuisse

11/06/2019

Photo Basel : du virtuel au réel

Basel 3.jpg"Photo Basel", Volkshaus Basel, du 11 au 16 juin 2019.

"Photo basel" reste le premier salon suisse consacré à la photographie. Cette cinquième édition est organisée par Daniel Blochwitz . Il réunit réunit 41 galeries émergentes du monde entier.Citons entre autres les galeries Baudoin Lebon (France), Fabian et Claude Walter (Suisse), Ira Stehmann (Allemagne), Bildhalle (Suisse), Carlos Carvalho (Portugal), Ravestijn. (Pays-Bas).

Basel 1.jpgElle accueille le prix Alpa du nom du fabricant suisse d’appareils photo ALPA® attribuée en 2018 à Yoko Ikeda (galerie Ibasho d'Anvers) et la deuxième édition du «Cabinet principal» présentant des tirages vintages. Sont visibles aussi des expositions spéciales : une sélection d’oeuvres du photographe italien Mario Giacomelli,  la "i. collection: Poses et passion" organisée par le galeriste Baudoin Lebon. "Photo basel" accueille aussi les prix photobook awards de la fondation "Aperture" qui récompensent l'importance du livre dans l’évolution du récit photographique.

Basel 2.jpgUn tel salon affirme l'importance de la photographie comme à la fois masque et révélation. Elle immortalise des sujets qui sans elle passerait aux oubliettes. Certaines prises font penser parfois à des natures mortes ou à un magasin de curiosité. Pour cela, la photographie intègre des artifices et des décors afin de renforcer le côté humain du monde dans sa beauté marmoréenne ou son inquiétante étrangeté.

Jean-Paul Gavard-Perret

Photos de Loretta Lux, Michel O'Brien, Olivier Richon.

18/03/2019

André Carrara et le sens du rite

Carrara.jpgLa photographie de mode est devenue un genre noble. Mais elle peut-être dangereuse pour les artistes qui brûlent leur créativité en sacrifiant leur "âme" aux demandes des responsables marketing. André Carrara leur résiste. Chez lui le corps devient une présence silencieuse. Il se dérobe, se refuse puis s'abandonne à l’obscurité et la lumière. L’objectif de l’appareil ne saisit pas un corps, mais  sa part de mystère.

 

 

Carrara 2.jpgLe photographe ne s'est donc pas laissé piéger par les statégies préformatées. Entre ses clichés de création et commerciaux l'écart est des plus minces. Avec lui qu'importe le vêtement : la femme s'étire, s'enroule, se love, se lève. Et l'artiste tient son image hors de l’image attendue. L'intimité semble jaillir du néant.

 

 

 

 

Carrara 3.jpg« Si j’ôte mon chemisier que ferais-je de lui ?" semble demander les modèles au photographe. Son attention la rassure. Parfois dans les épreuves, l'égérie semble absente. Si proche mais si lointaine. Comme encore non révélée jusqu'à ce que l'appareil la saisisse : soudain elle se transforme dans le noir qui fascine et blanc qui tue. Métaphoriquement bien sûr.

Jean-Paul Gavard-Perret

02/01/2019

Personnages en quête d'hauteur - David LaChapelle

LaChapelle 3.jpgDepuis les premières commandes pour Andy Warhol en tant que photographe portraitiste pour son magazine "Interview", LaChapelle représente souvent des personnalités de la culture contemporaine. L'exposition révèle la dernière séance avec Andy Warhol et une anthologie hybride de stars tels que Elton John, David Bowie , Faye Dunaway, Dolly Parton, Amy Winehouse, Michael Jackson, Hillary Clinton.

 

LaChapelle2.jpgLes photographies sélectionnées montrent à la fois les célébrités à des moments précis de leur carrière et nourrissent notre curiosité de voyeur face aux personnages médiatiques. LaChapelle devient l'archiviste d'une histoire médiatique qui n'existe que de manière iconoclaste. Chaque star est livrée à la réinterprétation de l'artiste et souvent de manière corrosive.

 

 

 

 

LaChapelle.jpgSous la mise en scène monte l'apparition d'une vérité que les modèles ne voulaient pas forcément donner mais qu'ils ont accepté eu égard à la notoriété de l'artiste. Rien de forcément flatteur à travers des figures emblématiques détournées ou trafiquées (sauf Warhol le mentor). La signification de chaque portrait devient celle d’un anti-monument. Il n'est pas monté sur une stèle qui viendrait célébrer une histoire définitive. Si bien que de telles images de modèles disparates semblent avoir été créées à l'insu de leur plein gré.

Jean-Paul Gavard-Perret

David LaChapelle, "M’aimeras-tu encore demain?", Statey Wise Gallery,N-Y, jusqu'au 2 mars 2019.