gruyeresuisse

06/09/2013

Mets à morphoses de Muriel Décaillet

 

decaillet oui 2.jpgMuriel Décaillet, « Chtoniennes », Exposition personnelle, Galerie d’(A), Lausanne du 6 septembre au 11 octobre 2013.

 

 

 

Parfaite iconoclaste Muriel Décailet est une artiste multimédias. Elle aborde autant les arts plastiques « classiques » que la danse, le théâtre ou l’architecture. Textiles, photographies, dessins, vidéos, installations, sons deviennent des narrations pour évoquer des émotions à la fois simples et puissantes et souvent en douceurs érotiques. Par ailleurs l’artiste ne crée pas « dans l’absolu ». Ses propositions tiennent compte des incidences ou des contingences des lieux. Son univers elle celui de la féminité plus que du féminisme.  Créatrice de mode à l’origine  par sa formation à la Haute Ecole d’Art et de Design (HEAD) elle a déjà reçu de nombreuses distinctions. Glissant après ses études vers d’autres pratiques elle a déjà participé à de nombreuses expositions.  En Suisse  ( Musée Rath pour  "Découvrir et Redécouvrir" "Arachné" au Jardin Botanique de Genève) mais aussi en Chine pour une exposition d’artistes féminines et à Toulouse sur le thème de Lilith. Sa première exposition personnelle “L’Attente”  a eu lieu au Piano Nobile puis à la Villa Bernasconi de Genève le "Jardin sous vide". A Lausanne au théâtre des  Terreaux elle proposa son exposition « Comment élever un ado d’appartement? ». Ce ne sont là que quelques points de référence afin de situer l’importance du travail de la créatrice.

 

Décaillet oui.jpgFace à celui-ci le spectateur est  livré au risque de la défaillance panique au sens où Arrabal et Topor - dans leurs belles années  - l’entendaient.  Cette pratique n'est plus une possibilité de comprendre, mais l’impossibilité de ne pas comprendre ce qu’il en est de l’être, de ses pulsions, de ses désirs. Certes Muriel  Décaillet ne se fait aucune illusion : l’art passionne si peu les hommes qu'ils n'en finissent pas de s'inventer d'autres activités.  Mais on peut comprendre que  lorsque dans son œuvre un canard rit jaune ses raies alitées font des succès damnés.  L’art reste donc pour elle  l’avant-scène où parfois  sous le coup de, par exemple, la sobriété des lignes et des fils, tout arrive. Dans cette confrontation plus spectrale que spectaculaire, le corps sort de ses abris, l'identité féminine se déploie.  Par l'effet de bande l’art n'aura jamais autant été un acte étrangement et paradoxalement féminin et existentiel.Drôle il mitonne sur d'étranges étals ou plutôt sur ses tables de dissection l’animal humain. Il sort soudain du corps sous multiples avatars. « Je vous le prépare ? » semble dire l’artiste. Et sans attendre de réponse elle s’exécute – sans l’exécuter. De ce travail naît ce que les mets amorphes osent…  Soudain  l'animal rit. La créatrice prouve que l’âme humaine est donc soluble dans sa viande. L'art naît ici dans une fièvre de cheval. Muriel Décaillet possède donc comme coach l'araignée qui s'agite dans sa tête. Elle n’est pas forcément un sage. Et c'est tant mieux. Elle rappelle qu'en nous le porc n'est pas toujours épique et que l’hygiène la plus intime est celle de l’esprit. Ce qui n’empêche pas l’émulsion des sentiments intimes les plus forts. L’artiste les enveloppe parfois de tulle, parfois les ouvre d’un zip. Elle se fait au besoin princesse au cœur vert d’une maison de thé

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Dans le grenier et au milieu des chats : entretien avec Muriel Décaillet

 

 

Decaillet 1 3.jpgQu’est-ce qui vous fait lever le matin ?   Mon fils

Que sont devenus vos rêves d’enfant ? Avalés par la réalité du monde

A quoi avez-vous renoncé ? A croire en Dieu

D’où venez-vous ?  D'une région montagneuse de Suisse, le Valais

Qu'avez-vous reçu en dot ?  La persévérance  

Qu'avez vous dû "plaquer" pour votre travail ? Ma vie sociale

Un petit plaisir - quotidien ou non ? Un grand plaisir : la lecture

Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ? A vous de me le dire!

Quelle fut l'image première qui esthétiquement vous  interpela ? Probablement la pleine lune

Où travaillez-vous et comment ? Dans mon grenier, au milieu des chats

Quelles musiques écoutez-vous en travaillant ?Je podcast des émissions de radios

Quel est le livre que vous aimez relire ? «  Ce que je voulais vous dire », de Anaïs Nin

Quel film vous fait pleurer ? Récemment, « In the Cut », de Jane Campion.

 


Quand vous vous regardez dans un miroir qui voyez-vous ? Cela dépend des jours, parfois une étrangère

Décaillet 1 2.jpgA qui n'avez-vous jamais osé écrire ? Julian Assange

Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ? Reykjavik

Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ? Les artistes femmes. Kiki Smith, Cécile Reims, Mary Kelley, Francesca Woodman, Dorothea Tanning


Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ? Un poème érotique

Que défendez-vous ?  Toute forme de singularité


Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"?  Exactement le contraire!

Enfin que pensez-vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?" Je la trouve creuse et symptomatique de notre époque désidéologisée

Entretien avec Jean-Paul Gavard-Perret, le 6 septembre 2013.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

05/09/2013

"LES SUISSES" AU MIROIR DES NOSTALGIES

 

Swiss.jpgMathias Braschler et Monika Fischer, « The Swiss », Hatje Cantz, 160 p., 30 E., 2013.

 

Les deux photographes suisses Mathias Brascler et Monika Fischer après avoir arpenté la Chine de manière plutôt critique ont décidé de se concentrer sur leur terre natales et leurs compatriotes.  Ils en ont tiré une série de portraits tendres et amusés. S’y croisent un carrier du Matterhorn, une famille entrain de pêcher au bord du lac de Constance, deux fermiers d’Appenzell dans leur costume traditionnel ou encore une monitrice de ski à Gstaad.

 

On peut donc  voir « The Swiss » - séries de portrais par deux des leurs – comme un pastiche ou un renouvellement d’une veine épuisée. Le livre répond à un certain art classique du portrait collectif ainsi qu’à une convention photographique. Il existe incontestablement le désir de la part des deux auteurs de s’inscrire dans une tradition esthétique et  « ethnique ». Dans chaque portrait il y a le tuf creusé de la culture helvétique, une constante référence à un modèle idéal. A aucun moment les photographes cherchent à violer l’intimité de ceux qui ont posé pour eux. Tout est plutôt sage. L’attention est maternante autant que filiale. Les Suisses peuvent trouver là  une forme de parfaite psyché.

 

Trop peut-être. Le choix des images restent essentiellement archétypal. Les deux photographes en Orion semblent aveuglés par leurs propres émois. Ils  se sont contentés de présenter un beau livre d’images pour touristes et prouvent que la nostalgie est toujours ici. Pas sûr que les habitants des divers cantons s’y retrouvent. Ils aimeraient probablement une vision plus musclée. la Suisse ne sort pas ici de son image de marque. Il lui manque totalement son agitation.

 

 

Trop enfermé sur lui-même à travers de tels portraits le pays reste certes attachant mais sage comme ces images le sont. La beauté est séduisante mais non opérationnelle. Elle s’épuise par absence d’inattendu.  Le livre traîne sur les bords d’un mouvement imagiste et donne du spatial et de la durée une vision compassée que mouvante.  On a beau cherché une forme d’ironie dans le léché de telles prises : il est effacé au profit (ou au détriment) d’une légende helvétique telle qu’on a pu la voir encore récemment dans des publicités sur des chaînes américaines.

 

swiss 2 les photographes.jpgDes hanches de la Suisse pouvait couler des images plus dérangeantes afin non de la sortir de son piédestal mais de la réinventer. Les deux photographes ont ignorés les frissons telluriques et de violentes secousses qui parfois dérangent le crédo des alpages et, plus haut, des résineux. De fait le pays n’est pénétré que parcimonieusement. On aurait aimé y entrer avec plus d’effraction afin de partager la libation de lucioles lors des derniers chuchotements d’une fête un peu ratée au besoin mais qui offrirait un nouvel angle de vue.

 

La plénitude heureuse du livre le fait chavirer. N’émerge qu’une vision d’une Suisse éternelle dans ses clapotis de nacre. Manque des brasiers, de spot lights citadins De ceux qui creuseraient une profonde entaille dans les sentiers battus d’existence moins archétypale.  A l’inverse tout reste épures et anacoluthes. Bref ils manquent à ces beaux portraits une inquiétude et une modernité. Il manque une profondeur de vie. Reste une suite d’  « images-apparences » (Didi-Huberman)  qui moins qu’une approche d’une Suisse vivante la rend comme absente à elle-même. A se conformer à un certain dogme ou fétichisme le pays perd en lisibilité et c’est bien dommage.

 

Jean-Paul Gavard-Perret