gruyeresuisse

20/07/2020

D'ombre et de lumière : Marie-Françoise Prost-Manillier

Manillier.pngLes photographies de Marie-Françoise Prost-Manillier créent  confidences et  indicrétions dans un étrange jeu de distance opéré par certains décalages et détails. Ils déplacent ce qui rend habituellement les signes de convergence et d'identification. Les personnages restent anonymes mais existe une percée qui engage vers d'autres dimensions. Des jambes peuvent devenir les piliers d'un temple, le som exhibe moins des plaies que des chevelires au besoin mouillées dans des flaques de lumière.

 

Manillier 2.pngDe tels "démembrements" à l'allure offensive crée un ordre là où la photographe balaye des zones que l'on prend - et bien à tord - pour amorphes. Tout s'entrechoque, s'affronte et se défie entre la lumière et l'ombre.  A travers la profondeur de ses champs photographiques et leurs découpages, la vie est saisie par surprise selon de subtiles modalités. Les cadrages intériorisent en quelque sorte les choses vues. S'y distingue un invisible là où une incandescence particulière voit le jour par le noir et blanc. L'existence est saisie entre fantasmagorie et réel. Ils semblent se superposer.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Marie-Françoise Prost-Manillier, "L'ombre de nos pas, l’ombre de nos ombres", Galerie le 116art, Lyon, juin 2020.

17/07/2020

Vincent Peters : la poésie qui dort en chaque image

Peters.jpg

Le photographe allemand Vincent Peters est aujourd’hui l’un des photographes les plus renommés au monde. Très jeune, il a rejoint  New York afin de travailler comme assistant photographe puis a rejoint l’agence de Giovanni Testino où sa carrière a décollé avec des marques de luxe (Bottega Veneta, Hugo Boss, Emporium Armani et Lancôme) et des magazines comme GQ, Vogue et Esquire, Dazed, The Face. Pour un tel créateur ce qui compte reste la relation que tout artiste entretient avec le monde. Elle est plus importante que les compétences techniques et les appareils photos qui peuvent être choisis.

 

peters 2.jpgLe travail de Peters est exposé désormais un peu partout : Stockholm en 2019 et dans les prochains mois à  Milan, Saint-Pétersbourg, Venise et Berlin. Ses photos s'inspirent souvent d'ambiances cinématographiques : "NYC est pour moi French Connection ou Taxi Driver. Paris est À bout de souffle ou L’Ascenseur pour l’Échafaud" dit le créateur qui demeure peu sensible au "charme" de Berlin : "je ne trouve rien de poétique ou d’inspirant entre les bâtiments et les lieux en béton. C’est comme un gars battu avec un nez cassé qui était joli et qui est fatigué maintenant de ce qui lui est arrivé." ajoute-t-il.

 

peters 3.jpgPar sa façon de photograpier Monica Bellucci, Charlize Theron et Emma Watson à Alexander McQueen, John Malkovich et Michael Fassbender, Peters crée le monde qu'il aime voir et qui reste en relation avec la nostalgie . La magie de l'inconnu lutte ainsi contre le désenchantement, comme l'inconscient reste toujours à la rencontre de l’inconscient. Bref le photographe ne cherche pas à exhiber ses compétences techniques. Il tente toujours de réussir une image sincère, honnête et véridique à travers le portrait humain ou et plus récemment d’autres sujets dont les animaux; Dans tous les cas, actrices et acteurs, lionnes ou lions ou simplement des choses - par la lumière que Peters leur accorde confirment leur "signification" ou  changent complètement de "peau".

Jean-Paul Gavard-Perret

14/07/2020

Julie Poncet : le poisson rouge dans son bocal.

poncet 3.jpgJulie Poncet remet la femme au centre de "son" image. Cette femme est obsédée par son apparence. Jusqu'au jour où une couleur - le rouge - l'appelle. Sa série raconte cette transformation ou ce tranfert. Du vert tout passe au rouge. Peu à peu non seulement son personnage mais son environnement glisse dans cette couleur obsédante et qui se fait forcément oppressante.

poncer.pngEt ce n'est pas jusqu'aux murs à se révolter contre le traitement que l'héroïne leur fait subir. Le tout à l'abri des regards indiscrets jusqu'au moment où Julie Poncet permet leur intrusion. Entre narration et auto-représentation l'artiste - ou sa créature - à la fois veut se fondre dans le décor, se camoufler, se mutiler mais aussi exister.

poncet é.pngPasser au rouge c'est comme s'arracher une à une les dents, béante bouche, nerfs retirés, creuser ou repeindre ce qui doit surgir et jaillir d'abord par lambeaux puis de manière plus ample et de plus en plus impressionnane. C'est aussi inventer un alphabet visuel bouleversé. C'est enfin rêver d'un jardin à l'orée du grand vide de l'apparence pour sortir de la lourdeur d' être loin d'être. Pour se retrouver. Celle qui semble repliée sur elle même - en se niant et en biffant le monde - amorce ainsi une sortie du bocal où elle tourne en rond. Et la série reste à ce titre passionnante.

Jean-Paul Gavard-Perret

Julie Poncet : "Wall Flower" et "Comme un poisson", Little Big Galerie.