gruyeresuisse

10/06/2014

Isabelle Schiper : états (incertains) du monde

 

Schiper.jpgIsabelle Schiper, « restons groupés », du 13 juin au 16 septembre, galerie Kissthedesign, Lausanne.

 

La galerie Kissthedesign expose l’œuvre d’Isabelle Schiper pour la troisième fois. « Restons groupés » regroupe ses derniers dessins inédits ainsi qu’une sélection de ceux publiés dans « The Drawer vol. 6 » aux Presses du réel (2014). Les œuvres puisent dans le quotidien mais le supasse de manière critique par la richesse d’un imaginaire qui s’éloigne du calque pour en retenir ce qu’il a de diffus, précaire, fuyant, insaisissable. S’y retrouvent les thématiques chères à l’artiste qui  vit et travaille à Lausanne et à Vevey où elle enseigne les arts visuels à l’école supérieure des arts appliqués. Le regardeur découvre ce qui ailleurs demeure secret. Montagnes en lévitation, fumées, pièces industrielles, flots, implosions, chevelures créent des narrations intempestives morcelées faussement inachevées et conjuguées entre  rigueur et un certain délire. Il sort de la réalité ambiante pour mieux y revenir par des traits plus nus de n’être pas des sentences mais des avancées dont le résultat reste en suspens.

 

Isabelle-Schiper.jpgLe dessin s’empare des indices du monde tel qu’il est pour le prendre en traître plutôt que le flatter. Il sort de ses remparts et devient un théâtre d’élection comme de déjection en une mythologie faite de lumière claire ou souillée. Les traits et leurs écumes créent des ouvertures si bien que le réel semble essoré, dépecé et errant. Ses carapaces qui nous écrasent se retrouvent en suspension selon diverses incidences. Exempt de tout procédé le dessin avance avec une prudence ironique, un ménagement envers la réalité qu’Isabelle Schiper secoue en faiseuses de miracles (austères juste ce qu’il faut) ? Demeure un mélange de caresse et de violence qui ne va pas sans connivence et parfois tendre complicité là où surgissent quelques arpents de couleurs. Tout balance entre figuration et abstraction, ordre et chaos, paradis et enfer. Présence humaine et force de la nature se retrouvent en conflagration par floculations. « L’inachevé » appelle une totalité soit redoutable, soit à reconquérir avec des limites à garder entre l’ardeur des canicules et le vent froid des hivers rigoureux.

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

 

 

14:32 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

La mode, la mode et au delà : Florence Tétier

 

 

tétier.jpgAttentive au moindre détail Florence Tétier propose  par sa direction artistique une œuvre attirante et séduisante qui refuse les beautés glacées au profit du clin d’œil et d’une (fausse) nonchalance expressive. Ancienne élève de l’ECAL elle poursuit un travail professionnel dans son agence. Adepte de toutes les nouveautés techniques la créatrice interprète ses commandes de marques de prestige selon ses propres canons et non seulement par ceux imposés par le marketing d’entreprises qui ont compris l’apport que la créatrice  pouvait leur apporter (Kenzo par exemple).

 

tétier 2.jpgFlorence Tétier cherche toujours des images à la poésie  lisible et légère avec ça et là quelques pointes de sophistication clean qui rappellent -  sans toutefois la recherche de touche vintage - une esthétique miroir des années 80. Ses modèles sont scénarisés avec humour et grâce. Une telle directrice de création joue parfaitement des codes du « bon » et du « mauvais » goût. D’où l’ironie qu’elle introduit dans ses choix parfois kitsch et revendiquées comme telles. Plus qu’une autre elle prouve qu’une simple image (fût-elle de pub) n’est pas une image simple. « Objet » sensible et intellectuel elle permet d’éprouver l'approximation la plus précise possible de ce que Platon nommait un "lieu". En émerge une proximité plus conséquente qu’un pur reflet. Celui-ci est parfois retourné sur son tain. Si bien que le regard est partagé  entre le sentiment de la perte et de la reconnaissance par le jeu  du sombre et de la clarté, de creux et du plein.

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

 

 

09/06/2014

Charles-François Duplain : empreintes, limites, temps

 

 

 

 

 

Duplain 1.jpgApparemment simple et minimaliste (dans son genre) l’œuvre de Charles-François Duplain demande une attention particulière car  le risque est grand de passer à côté. Les interventions poussent des portes non sur l'onirisme mais vers une vision quasi « lynchéeenne » des choses. Natif d’Undervelier l’artiste travaille à l’aide d’objets, d’installations, d’empreintes (à la craie par exemple) le concept d’autoportrait traité loin du simple reflet miroir. Celui-là trouve une autre dimension en intégrant le thème du temps, du territoire, de ses limite et des affinités intellectuelles. Au-delà de l’artiste lui-même il renvoie à chacun d’entre nous au sein d’une monumentalisation très particulière puisqu’elle s’appuie plus sur un lieu préexistant que par la création d’un objet plastique : « l’installation » - même si à proprement parler ce n’en est pas vraiment une - devient une critique de l’art et par delà des pouvoirs autant avec sagacité qu’humour radical.

 

 

 

Duplain 2.jpgEn ses « autobiographies pariétales » Duplain retient de la peinture d’abord le mur. Il prend d’abord soin de le recouvrir d’une couche monocolore comme le ferait un artisan. Manière (déjà) de remettre en cause la représentation en prouvant que le travail de base de couverture initiale n’est pas assujetti à un apport qui en serait la plus-value. L’artiste ne cesse de marteler le temps de la manière la plus incisive possible et parfois par de simples tirets comme le font les prisonniers dans une cellule dont l’artiste réinvestit en une de ses « autobiographies » le lieu. Souvent le jeu de la répétition signale une perte mais en laissant le champ libre à tout ce qui pourrait advenir. Dans une perspective postmoderne l'artiste s’empare des éléments du réel pour les décaler à coups d’interventions, de recouvrements ou de  biffures. Un lieu ou d’un objet (simple champignon de sécurité routière par exemple) est arraché à tout effet de décor afin de plonger en un univers à la fois ouvert et fermé qui traverse le temps chronologique. Et si la figuration fait loi, le réalisme est loin. C'est là le piège nécessaire choisi par l'artiste pour nous confronter ce qu'il en est de nous mêmes dans notre rapport au réel et notre propre image. L’autoportrait ne contient rien de narcissique ou de sublimé. Au regardeur de se débrouiller en considérant ce travail de tri et de sélection sans que l’artiste en donne une clé.

 

Jean-Paul Gavard-Perret


Des œuvres de l'artiste (en collaboration avec Philippe Queloz) seront visibles cet été à l'Abbatiale de Bellelay.