gruyeresuisse

05/10/2019

Patrick Rohner : surfaces non apaisantes

Rohner.pngPatrick Rohner, "La luce Alpina", Kunstaus, Saint Gall, septembre - décembre 2019. Voir aussi : Galerie Mark Müller.

 

Franchir la frontière du réel, modifier les manifestations visibles, transformer leur perception voici ce que propose Patrick Rohner. Et à travers lui une picturalité impressionniste riche d’implications terrestres et  de phosphorescences et imbrications mystérieuses où sur les ruines du réel redessinent une architecture admirable nourrie de la clarté et d'ombres.

 

Rohner 2.pngExiste tout un art de construction et de placages dans le jeu des couleurs qui permettent d'offrir  des météorologies et des lumières étranges. Se crée un jeu de proximité et de distance des plus complexe. Le travail est méticuleux. Il modèle et module joue des épaisseurs de matière afin de créer des  présences irisations entre effet de surface "à la tyrolienne", en vagues tandis que des inserts transforment dans les photographies et "installations" le paysage.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

09:13 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

04/10/2019

Pièges aux regards : Betty Tompkins

Tompkins.pngChez Betty Tomkins, l’effet de très gros plan provoque une mise en abyme du sexe. Amants et/ou partenaires sont réunis uniquement ou isolés dans des fraglants du lieu « par où ça (se) passe ». Si bien que les réputés « pornographes » que furent ou sont  les Bellmer, Fautrier, Maccheroni et Serrano trouvent avec Betty Tompkins une "ugly" Betty néanmoins des plus inspirée.

Tompkins 2.jpgL’œuvre n’a en aucun cas pour but de faire lever du fantasme. Il doit s'envisager et se « dévisager » (si l’on peut dire…) en un processus de réflexion et de pulsion. L’œuvre porte en elle son Fatum entre la lumière et l'ombre, l'intelligence et l'instinct. Surgit paradoxalement ce qui dépasse le pur corporel, qui dépasse aussi le langage en tant qu'outil de communication. D'où le titre de l'exposition londonienne.

Tompkins 3.pngLes agrégats et la stratégie esthétiques renvoient à une crudité de constat. S’y découvre aussi la métaphore agissante et obsédante de la vie qui par le noir et blanc s’ouvre à un langage quasi marmoréen là où normalement la souplesse s’impose… Du coup tel est pris qui croyait prendre.

Jean-Paul Gavard-Perret

Betty Tompkins, "Talking Talking Talking", Freize et Freehouse, Londres, du 30 septembre au 9 novembre 2019.

 

03/10/2019

Robert Franck de la Suisse aux USA

Franck 3.jpgRobert Franck - récemment décédé - est né en Suisse avant de devenir citoyen méricain en ayant parfois des mots durs ou plutôt ironiques sur sa terre première. Intéressé par les êtres humains il les a saisis  en tant que "documentariste du moi" mais un moi qui n'a rien d'égotique. Arrivé à New-York il fut d'abord photographe de mode mais s'en dédouana très vite. Connu grâce au Moma dès le début des années 60 ses photos vont faire le tour du monde par ce qu'elles montrent l'éternité de l'éphémère.

Franck.pngParrainé par Walker Evans, admirateur d'Edward Hopper, il va influencer l'histoire de la photographie à travers sa vision des U.S.A.. "Les Américains" (préfacé par Kerouac) devient un des premiers best-sellers de la photographie d'abord refusé par les éditeurs du pays. Ses prises existentielles saisies au cours de son périple à travers 48 états et publiées par Delpire à Paris, ne cherchent pas la performance, la virtuosité mais l'atmopshère et la sensation un peu tristes. Elles restent d'une totale modernité poétique dans une expressivité assumée mais au service d'une vérité par rapport au réel.

Franck 2.jpgRigoureux le photographe se disait capteur de "juste une image" mais elle est toujours juste et précise. Après "Les Américains" l'artiste n'a pas voulu se répéter. Le Suisse qui portait un regard si triste sur son pays d'adoption (on le lui reprocha) quitta pratiquement son art pour le cinéma avant d'y revenir dans un travail plus expérimental et graphique afin de rester fidèle à son désir premier : toujours "sortir du cadre" et saisir la vie même dans des détails que d'autres ne percevaient pas.

 

Jean-Paul Gavard-Perret