gruyeresuisse

23/12/2020

Du pain sur la planche - Katharina Ziemke

Ziemke.pngAvec comme incipit "On ne fait jamais attention à ce qui a été fait ; on ne voit que ce qui reste à faire." (Marie Curie), la deuxième exposition de Katharina Ziemke à la galerie Isabelle Gounod fait dialoguer deux séries : des paysages ravagés par les bouleversements climatiques (ils font suite à sa série "Storm"), selon une vision romantique et critique superbement "jouée" et une série de portraits de femmes scientifiques du XXème siècle effacées des tablettes de la reconnaissance par leurs pairs.

Ziemke2.pngDans les deux cas la créatrice, plutôt que de jouer des manichéïsmes manie nos liens au progrès. Elle prouve que l'évolution du monde pose la question de la responsabilité de tous les êtres : "Ces femmes ont peut-être contribué, elles aussi, à l’exploitation de la nature, mais cela n’empêche pas de constater qu’on leur a fait grand tort, comme on a fait grand tort à la nature" écrit Katharina Ziemke. Le tout dans un caractère d'urgence mais auquel l'artiste donne un recul poétique prégnant.

Ziemke 3.pngBien des paradoxes sont exposés dans ces deux corpus. Ils se répondent autant par leur thématique que par l'approche picturale au couleurs vives et aux narrations intempestives. Tout est construit afin que le regardeur s'interroge par ses recherches sur la complexité du monde, ses valeurs et schèmes de représentation là où demeurent toujours certains détails qui ne seremarquent pas tout de suite mais qui soudain sautent aux yeux.

Jean-Paul Gavard-Perret.

Katharina Ziemke, "Ce qui reste à faire", Galerie Isabelle Gounod, du 13 février au 13 mars 2021

 

21/12/2020

Anne Rochat : le corps, l'espace, le temps

Rochat.jpgAnne Rochat. In Corpore, Espace Projet, Musées des Beaux Arts Lausanne, du 11 décembre 2020 au 14 fevrier 2021. Monographie de 152 p. à paraître chez art&fiction, début mars 2021 avec des textes de Jean Rochat, Olivier Kaeser.

Rochat 2.jpgAnne Rochat présente dans cette exposition   un panorama de son travail de ces dix dernières années. La majorité des oeuvres est constituée de performances en réponse à des situations et des lieux dans lesquels  l'artiste fait - comme elle l'écrit -   "l’expérience sensible du déplacement, de l’inconfort, de l’exotique, du dérangeant ou de l’étonnant puis de chercher à en restituer la substance dans une forme incarnée dans un corps" qui généralement est le sien.

Rochat 4.jpgCertaines des performances visibles ici furent  réalisées à l'origine face à un public et sont reprises en différé grâce à la vidéo. D’autres, réalisées par l’artiste en solitaire sous le nom de son alter ego Doris Magico, n’existent dès le départ que par la captation vidéo. Anne Rochat y détourne des objets de leur usage quotidien, dans une atmosphère entre le burlesque et l'inquiétant pour capturer le souffle de vie d’un corps plongé dans le contexte particulier de diverses expériences sensorielles. 
Rochat 3.jpgLa créatrice rassemble donc en un seul lieu des espaces géographies - de l’Amérique latine à la Chine, de l’Inde à la vallée de Joux. La présentation de l'exposition est réactualisée   par le renouvellement des vidéos toutes les trois semaines  pour mieux faire ressentir l'importance des mouvements et des flux dans un seul travail de recouvrement et dénudation à l'épreuve du  temps. La plasticienne y essaye des possibles contre l'harmonie. Elle lui  préfère toujours  la dysmorphie colorée qui devient (comme Doris Magico) sa soeur jumelle au sein de cette divagation fantaisiste loin des perceptions compassées. 
Jean-Paul Gavard-Perret

Maurizio Molgora : mirages

Molgora 3.jpgMaurizio Molgora cherche à investir le réel par différents types de bordures. Ce qui donne parfois au réalisme un certain potentiel  psychédélique sans souci de purisme et pour créer ce qu'il nomme un "punk photographique" capable de décadenasser les visions classiques en remplaçant une beauté muséale par des schèmes moins parallèles.

Molgora 4.jpgSon œuvre est liée au phénomène de l'intervention des progrès technologiques et à l’évolution des moeurs auxquelles est confrontée un monde plus ancien. L'écriture photographique parvient au dépouillement et témoigne de l'attrait pour le détail et la nuance. Des sortes de plans de coupe donnent à la mise en scène une respiration et une dimension particulières. Il existe dans ces choix un sens incomparable de l’espace et de la présence humaine le plus souvent hors champ.

Molgora.jpgLe photographe sait creuser des formes narratives contre le simple récit. Et l'apparent statisme de l'œuvre cache de fait une dynamique fondée sur le sentiment du cours absolu du temps et de sa perte. De telles prises regardent les spectateurs autant que ceux-ci les regardent. Un peu comme cela se passe dans notre existence : ce que les vivants en comprennent, c'est lorsqu'ils en perçoivent l'absence, bref lorsqu'il est trop tard. Reste en effet dans notre regard bien du mal vu et de l'oubli que Molgora réanime

Jean-Paul Gavard-Perret.

10:03 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)