gruyeresuisse

17/10/2020

Sur de beaux draps - ou ailleurs : Juliette Lemontey

Lemontey 3.jpgLes histoires d'amour de Juliette Lemontey baignent dans une sensualité expressionniste. Ce que la photographie retient de l'instant, l'artiste le transforme à la fois pour le pérenniser mais tout autant accorder plus de puissance sensuelle à chaque instant de l'étreinte. La créatrice la décadre selon divers plans de focalisation au moment où une tête se tourne, une main s'approche là où le mystère de l'amour tient de l'épure et de l'attente afin de donner au regardeur le"droit" d'une interprétation selon ses propres émotions.

Lemontey 2.jpgL'imagination de chacune ou chacun va dans le froissement d’un drap là où une robe se soulève à mesure que le corps s'allonge et qu'un amant vient murmurer à l'oreille de sa muse. Souvent l’apparition du corps intervient quand disparaît le visage vu de trois-quart dos ou se renverse  sous le joug du plaisir ou de la pression d'une douce violence. L'abandon arrive au moment où "la maladie de l'amour" (Duras)  se joue sur la toile : celle de la peinture comme du lieu qu'elle représente.

 

Lemontey4.jpgLe jeu est toujours à fleuret moucheté et se plait à cultiver l'effacement et l'abandon . A la portée du toucher, un contour doute, insiste, s’attache à la ligne, s’héberge en elle. L'espace se fragmente dans l'enlacement où une certaine solitude peut demeurer. Se diffractent les sens au déséquilibre du signe sans filin. Allongé sur le drap de la toile, aveugle filet, le corps bascule en une timide articulation, où s’échoue le silence à l’arène du trait ou peut-être à la marge de l’écueil.

Jean-Paul Gavard-Perret

Juliette Lemontey, Portraits, ateliers Herman, du 8 octobre au 20 décembre 2020.

15/10/2020

Jef Gianadda : fiat lux

Gianada.pngJef Gianadda, "Nox Generation Lumen", Espace Murandaz - Nyon, du 29 octobre au 4 décembre 2020.

Jeff Gianadda propose à l'espace Murandaz de Nyon un série de toiles et scupltures arte povera créées pour la plupart cet été et en echo à la pandémie qui a ébranlé le monde. Et ce en réponse à ce que les politiques en charge des responsabilités ont instauré pour nous : " Ils décident d’arrêter le monde. / Et pourtant il tourne… encore. / Lentement certes, mais vivant. / Chaos annoncé. Désarroi. Émois. / Et moi ?" écrit l'artiste qui, depuis son atelier, et dans le silence, a traduit à sa manière les bruits des informations, les états des lieux et les émois des coeur et des corps qu'une telle situation qui devient endémique a engendré.

Gianadda.jpgIl s'interrgoge par son travail sur les mesures et démesures prises: "Trop de tout. Tout est trop" "écrit-il et d'ajouter : "La planète est dans le coma. Étrange karma". Il y aura sans doute un après. Mais pour l'heure, tout avance en pointillé et nul ne peut affirmer de quoi demain sera fait. L'incertitude seule est de mise. Pour autant Gianadda parie pour  un "nox generat lumen" (la nuit génère la lumière). Et ce non sans humour grinçant comme certaines de ses pièces. A bon entendeur, salut !

Jean-Paul Gavard-Perret

10:32 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

13/10/2020

Paul Graham : on the road again

Graham.pngPaul Graham est un des grands photographes du temps. Il a inspiré bien des photographes couleurs britanniques. De Nick Waplington à Anna Fox, de Richard Billingham à Tom Wood beaucoup ont trouvé en lui le maître d'un paysage et portraitiste capable de donner un impact politique et social à tout ce qu'il suggère.

Graham 2.pngL'Anglais a aujourd'hui plus de 50 expositions à son actif dans le monde entier. Et Mack réédite "A1 - The Great North Road" son premier livre. Celui-ci reste le creuset séminal de toute son oeuvre. Ce livre fut autoédité en 1983. Tout est déjà en germe dans cette oeuvre qui est devenue le booster de la nouvelle photographie "réaliste" anglaise. La photo s'y fait document mais pas seulement.

Graham 3.pngLes êtres, les paysages, les constructions des années 80 deviennent l'occasion d'un reportage passionnant et désormais historique entre l'archaïque et le moderne des années Thatcher et du déclin industriel de l'Angleterre - principalement du nord. Cet album fut complété par "Beyond Caring" (1985) et "Troubled Land" (1986). Une telle trilogie reste sans doute le chef d'oeuvre de ce maître de la photographie"engagée" capable d'exprimer beaucoup plus que des milliers de discours.

Jean-Paul Gavard-Perret

Paul Graham, "A1 - The Great North Road", Mack, Londres, 2020