gruyeresuisse

04/05/2018

Les chambres noires de Jean-Paul Blais (Aperti 2018, Lausanne)

blais.jpgJean-Paul Blais vit et travaille à Lausanne où il poursuit un creusement contemplatif dans le noir en un prolongement de disciplines qui font de l’artiste un héritier de Degottex et Soulages. C’est là tout un travail d’entomologiste pour la révélation d’une beauté par effet de surfaces travaillées sur le bois selon une technique personnelle en perpétuelle évolution.

 

 

Blais 3.jpg
Par effet de peau satiné et saturée de noir, jaillissent des mystères. Ils appartiennent autant à la matière enduite et travaillée, à la biologie et ses labyrinthes psychiques dont des dédales saillissent en relief. Dans des effets de couches la mécanique de l’art répond à un besoin d’absolu et de mystique que les motifs simples en creux et bosses sur des gabarits de bois soulignent. Apparaissent des  profondeurs tactiles et un profond silence là où un géométrisme souple crée un lyrisme dans des chambres noires à diverses couches de peintures et au profil particulier.

Blais 2.jpgSérigraphies, pochoirs, sculptures créent un univers nocturne mais dans lequel le noir est une lumière. Celles d’entrailles vives qui jaillissent dans les interstices de cette peinture en relief et de haute facture et dont l’effet de peau incite à la caresse. Celle-ci rêve d'épouser  divers passages, creux et pleins, déliés et doubles fonds. Preuve que la métaphysique est d’abord affaire de sensualité. Tout comme la mémoire reste une question de matière.

Jean-Paul Gavard-Perret

09:38 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Giacometti, Bacon : confrontation communicante

Bacon.jpgL’exposition de la fondation Beyeler et le livre qui l’accompagne montrent la confrontation communicante qui existe entre les œuvres de deux artiste icônes du XXème siècle : Bacon et Giacometti. Les deux créateurs semblent fascinés par des visions morbides, la destruction et la violence. Mais l'horreur si elle est bien là est d’un autre ordre que réaliste : elle est quasi métaphysique.

CBacon 2.pnghez Giacometti l’homme est réduit à un spectre, chez Bacon à des flaques de chair, des charognes Mais néanmoins les deux artistes ne jouent pas avec l'exhibitionnisme. Existe quasiment une sorte de paradoxale joie salvatrice.

Bacon 3.pngPlus que par la thématique foncièrement violente, la question d'être ou ne pas être torture les corps, jaillit des formes chez l’un et des couleurs chez l’autre. Chacun fait preuve d'une énergie afin de lutter contre l'atrophie mentale par la dégradation physique. C'est là sans doute le paradoxe et la force insubmersible et subversive de telles oeuvres.

Jean-Paul Gavard-Perret

« Bacon Giacometti », Ed. Catherine Grenier, Ulf Küster, Michael Peppiatt, Berlin, 204 p., 55 E., 2018. Exposition Fondation Beyeler, Bâle du 25 mars au 2 septembre 2018

03/05/2018

Trish Haulz : femmes sans influences (Fête du Slip 2018, Lausanne)


Humus.jpgTrish Haulz, ““Feminarum coetium musicorum” (The Sound of women)” La fête du Slip, Lausanne et Galerie Humus Lausanne du 10 au 26 mai 2018.

Plutôt que de caresser les images de communication des stars féminines de la musique pop fruits d’un marketing construit pour l’édification des fantasmes masculins auxquels des chanteuses se prêtent ou se sacrifient, l’artiste suisso-canadienne Trish Haulz offre une autre vision des musiciennes à travers un reportage sur une vingtaine d’instrumentistes de la région de Montréal.

Humus 2.jpgC’est une manière de reconnaître et revendiquer une scène féminine qui échappe aux idées reçues, aux stéréotypes et regards macho. L’artiste saisit la vie et les cadences de femmes libres qui se moquent des présentations portées sur elles par les medias. Exit les mantilles faussement pudiques où à l’inverse les effets sexy qui servent de parures aux visions manipulées et ouvertes par Madonna puis reprises par les Jennifer Lopez et consorts.

Humus 3.jpgIci il n’existe aucun jardin de soie, ni univers de légende La vie est là où les femmes ne sont pas des Lilith ou autres « objets » de désir. Elles font de la musique sans se préoccuper d’abreuver d’ambroisie des voyeurs ou d’exciter leur houle libidinale. Elles demeurent là pour jouer, enregistrer ou se produire en se moquant des apparats. Le tout avec l’intrépidité qui les pousse à quitter les déguisements de l’arsenal kitch. Ces femmes deviennent des fugueuse audacieuses qui s'enlacent aux déferlantes que leur musique crée entre consœurs.

Jean-Paul Gavard-Perret