gruyeresuisse

24/02/2018

Raoul Hausmann : cuirasses d’ombres et d’ambres

Hausmann 2.jpgRaoul Hausmann fut l’un des fondateurs de l’art abstrait et « le plus grand agitateur culturel du Berlin des années 20 ». Très vite la photographie devient son médium de choix et il développe une vision singulière de la femme. Il inspire toute une génération de créateurs dont Moholy-Nagy qui l’invite à enseigner dans son école de Chicago. Raoul Hausmann, harcelé par les nazis, ne pourra s’y rendre. Considéré comme un artiste dégénéré, il fuit l’Allemagne dès 1933 et abandonne derrière lui ses tirages. Ne seront redécouverts qu’à la fin du siècle ses grands formats qu’il avait exposés à Zurich en 1936.

Hausmann.jpgLe corps de la femme y devient un lieu fascinant qui brûle sans que l’on sache de quel bois. Dans de telles prises le sens du moindre est aussi religieux qu’érotique. Existent des hantises, des dérives parmi les courants pétrifiés. Les corps offrent leurs fissures, leurs éclats L’intimité de l’être devient une nudité sans débauche. Demeurent une lumière, une tessiture, une attente, le jour, la nuit, l’ouverture du doute au sein de l’immobilité mais sans la moindre ankylose.

Haysmann 3.jpgLa photographie devient l’espace de la déposition et du mystère jusque dans les poses : un monde se déploie de manière sculpturale. Tout s’éloigne du simple reflet. Les corps deviennent des ponts suspendus au-dessus du vide et imposent leurs « lois ». Ils sont le signe parfois d’un abandon et parfois d’une angoisse. Ils gardent leurs mystères entre pudeur et impudeur sur des plages où le photographe en Pierrot d’amour transforme les apparences. Il invente la puissance générique d’un formalisme poétique d’exception. Devant l’immense masse de silence, le langage de la nudité retrouve dans le clair-obscur une absolue beauté.

Jean-Paul Gavard-Perret

Raoul Hausmann, « Un regard en mouvement », Musée du Jeu de Paume, Paris, du 6 Février au 20 Mai 2018

 

Amanda Charchian : le désir et ses formes

Charchian 2.jpegLes créatures d’Amanda Charchian ne créent pas le vice mais le jour. Et elles n’ont pas besoin de vin pour fomenter l’ivresse : elles se suffisent à elles-mêmes avec parfois un serpent attaché à leur ventre. Les fruits encore verts du corps sont là et parfois se partagent en divers types d’amour que la photographe décline pour étancher une soif, une folie ou simplement la volupté.

 

Charchian 3.jpegLe langage touche jusqu’aux lèvres des jeunes filles surprises dans leur concentration. Parfois le regard est à l’image mais parfois celui de voyeur est absorbé par d’autres plans impeccables ou élégamment parodiques selon des domiciliations hallucinées qui excluent l’anachorèse. Il est vrai qu’on est là en Californie du Sud et non dans le Middle-West. Ici des recluses s’apprivoisent dans leurs sanctuaires le cœur battant.

Charchian.jpegEt si Platon faisait de l’effroi le premier présent de la beauté ; Amanda Charchian prouve le contraire. Le corps resplendit au soleil. Et ce n’est pas parce que la photographe a ôté le voile qui la cache que la beauté se transforme en bête. Le désir rode  sans problème dans des intrigues narratives où tout demeure en suspens et impliquent divers types d’imbrication sous forme d’instants condensés.  Les alcôves n’ont pas besoin d’être chauffées. Le feu couve sur la langue et le soleil devient le dieu voyeur d’outrages mesurés.

Jean-Paul Gavard-Perret

23/02/2018

Peter Wuetrich : la passion de ce que le livre ignore

Wuettrich.jpgIl n’existe plus chez Peter Wuetrich d’un côté l’esprit ou l’âme et de l’autre côté le corps des signes et des mots. Face à cette dualité spécieuse l’artiste propose la souplesse, une parure d’espace plus qu’une mentalisation. Tout ce qui devient langage change de registre et quasiment de statut. Le l ivre fait masse en devenant image. Et en conséquence c’est elle qui fait signe.

Wuettrich 2.jpgL'artiste propose tout un dressage monumental des figures. Leur attraction suffit. Emane une émotion étrange. Quelque chose d’éperdu et d’aérien s’élève. Le dire ne peut encercler l’état de voir. Et si une image vaut mille mots, celles de l’artiste bernois en valent des millions. Si bien que le livre apparemment relégué à l’état d’objet trouve une nouvelle signifiance.

Wuettrich 3.jpgDès lors plutôt qu’écrire des livres - "c’est une maladie que menace la folie" disait Ovide - Wuetrich préfère une autre relation d’échange avec le « lecteur ». Le livre devient corps qui n’est plus affecté par lui même mais par ses ensembles. Et soudain le regard subit la passion de ce qu’il ignore encore.

Jean-Paul Gavard-Perret .

"ANDERS", Kunstverein Bremerhaven, Karlsburg, à partir du 16 janvier au 4mars 2018.

 

09:00 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)