gruyeresuisse

12/02/2019

Les Krims : l'art du kitsch et de la provocation

Krims 1.jpgLes Krims reste un iconoclaste. Depuis son camp de base à  Buffalo il continue à frabriquer un monde baroque à partir du réel. Rien de pacifique dans ses vues. C'est le monde des débordements et des plaisanteries que l'artiste fait imprimer parfois par Shutterfly car il peut bénéficier de "thèmes Disney" libre de droits pour ses jeux de crucifixions ludiques.

Krims 2.jpgLe photographe américain rajoute couches et louches d'une poésie de la subversion. Il offre au sein même du média le plus réaliste des changements d’échelles et divers types de transgressions. Il opère donc sur nos représentations des opérations comiques et submersives. Elles consistent à nous faire prendre conscience du maquillage du réel que nous appelons vision. Dans ce but l’artiste «inflige» dans ses photo-collages et ses protocoles hirsutes un fourmillement visuel en contradiction avec ce qu’on prend pour une profondeur de vue.

Krims 3.jpgL'œil s’emplit d’un théâtre de formes et de couleurs en rafales pour une exploration du rapport de la nature humaine et de la culture où elle baigne. L'artiste poursuit ses séries de "monstres" : après la vie des personnes de petites tailles puis des chasseurs de daims, il visualise des plagistes décalés et sans complexes qui posent en un amoncellement de détails. Au cœur des débordements surgit un équilibre particulier : il fait le jeu de la démesure.

Jean-Paul Gavard-Perret

04/02/2019

Sandy Skoglund : Brrrrrrrrrrr

Skoglund.jpgAvec Sandy Skoglund l’image crée un miroir étrange. Ce miroir est l’image de l’image. Certains jours il faudrait y renoncer parce qu'existe une terreur en son fond. Et une autre à la surface. Entre les deux : le vertige du possible auquel nul ne voudrait être tenu. Et ce par une mise en scène spectrale centrée sur la reproduction photographique de scènes de fiction modifiées par des colorisations sidérantes. Elle font partie du langage de la jeune artiste pour créer des photographies énigmatiques, comme dans "The Green House" avec les trente-trois statues grandeur nature de chiens de différentes races.

 

Skoglund 2.jpgAvec ses "Visioni Ibride" et en particulier "Winter" (2008 - 2018)" il s’agit d’une représentation de paysages artificiels faisant écho aux émotions produites par les saisons. Ils appartiennent au cycle du "Projet des Quatre Saisons", toujours en cours. Les images sont accompagnées de sculptures créées pour les installations afin de souligner encore plus une imagerie qui joue de la réalité et l'artifice.

 

Skoglund 3.jpgDans ce but Sandy Skoglund utilise divers processus analogiques : des flocons de neige sont "coupés numériquement", des images imprimées sont produites avec de l’encre durcie aux ultraviolets. Mais ce ne sont là que deux techniques parmi d'autres pour célébrer artificiellement les qualités "belles et effrayantes" (dit-elle) de la saison froide et par laquelle elle veut exprimer la peur primordiale (qu'animent parfois des chats radioactifs) et la secousse des corps livrés à l’éternel retour de ce joueur de flûte de Hamelin qui se nomme Hiver.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Sandy Skoglund, "Visioni Ibride", Camera - Centre italien de la photographie, Turin du 24 janvier au 23 mars 2019.

31/01/2019

Les si reines de Mirka Lugosi

Mirka.jpgFaut-il à tout prix maquiller et doubler par des coloriages intempestifs ce que Mirka Lugosi montre et offre ? Ce serait un sacrilège et reprendre à l'inverse le strip-tease du corps et de l'âme que la créatrice organise en des outrages dont elle garde le secret. Elle découvre le sexe comme un visage dans le sable à la limite de la mer à marée descendante. Le regard du voyeur vient s'échouer superbement sur la plage de telles épures en une ubiquité que les desssins portent en eux dans la sophistication et volupté volontairement surannées.

 

 

Mirka 2.jpgLe travail sacralise le corps féminin en le ramenant à sa fonction érotique. Bref Mirka Lugosi ne tergiverse jamais. Et ce sans la moindre condescendance ou mollesse qui concèderait   une portion - fut-elle congrue - à la morale. Le désir est moins de surprendre que d’approcher au plus près du corps en tant que sujet  ostentatoire suprême qu'il faut respirer. D'où la nécessaire transgression qui passe toujours par cette théâtralité de la théâtralité afin de faire surgir une autre vérité ou plutôt une autre vénération.

 

Mirka 3.jpgMirka Lugosi détourne par ses sirènes terrestres des images préfabriquées. Et si elle enveloppe ses "héroïnes" fragiles dans des déshabillés démodées, c’est pour mieux saisir leur beauté qu'il faut regarder sans gêne selon l'ordre implacable des voyeurs (et de quelques héros esquissés dans ces deux livres) aux aguets et trouvant là leurs cieux. Mais Mirka Lugosi est toujours plus intelligente qu'eux. Elle s'en joue : soit elle leur ferme les yeux, soit l'Eurydice les renvoie à leur stade infantile en leur offrant des livres à colorier...

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Mirka Lugosi, "Depraved housewifes'", 2 livres de coloriages, Derrière la Salle de Bains, Maison Dagoit, 2019, €12.00