gruyeresuisse

11/01/2020

Attachement et répulsion : Fabian Marti et son toutou pas snob

Marti.jpgFabian Marti, "Such a Good Girl", Centre d'édition contemporaine, Genève, du 17 janvier au 7 mars 2020

 

Le fribourgeois Fabian Marti vit et travaille à Los Angeles. Il dessine et construit avec "Such a Good Girl" la silhouette de son chien tenu à bout de bras avec autant d'affection que d'autorité. Cette image est réalisée en laiton et en 2 D.. Fixée au mur et suspendue dans le vide est devient une enseigne, un emblème ou un blason. Le geste rappelle celui d’une chienne attrapant son chiot par le col.

Marti 2.pngIl expose ce chien, comme il le fait pour lui-même et lui accorde le statut de muse en lui donnant un rôle féminin plein d'humour. L'artiste le métamorphose en "objet transitionnel, miroir et réceptacle de ses obsessions et de ses addictions". S'y inscrivent lors de sa création et de son installation les traces de doigts qui soulignent autant une dépendance, un attachement qu'une répulsion.

 

 

 

 

Marti 3.pngIl poursuit ainsi sa série intitulée en dialecte bernois "I LÄBE NO" (je suis encore vivant). Elle rappelle les "Dates Paintings" de On Kawara. Mais pour le Marti il ne s'agit plus de détruire tout ce qui passe mais de le reconstruire. Le tout dans un effet comique. Si bien que ce nouveau Tintin - qui ici laisse son auto-représentation au placard - met en exergue son Milou muet.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jacques Cauda : lieux de faîte pour ascensions diverses

Cauda.jpgParce que la pureté des choses rend impossible le rêve et pétrifie nos organes, Cauda a choisi de trancher dans le vif. Pas n'importe lequel : celui de nos viandes. Et il ressemble à un des zigomars qui parcourent un texte qui tient en partie du polar.  Il y a là un Charlie Gaule moins luxembourgeois mais tout aussi coureur que son homonyme pour longer des sillons par forcément alpins et grimper les cols ouverts hiver comme été sur des gorges qui donnerait au Capitaine Achab doté une jambe de bois bandé plus solide que celle qu'elle va remplacer.

 

Cauda 2.pngToutefois du roman de Melville il ne reste plus rien - sinon le sens de la quête. A l'océan font place des ruelles louches, des locdus de première et des belles de tous les style si bien qu'on semblerait parfois dans un catalogue de la Redoute. Les dames sont généralement de bonne plastique même si leurs habitudes ne sont pas forcément précieuses (et c'est un euphémisme).

 

La vie ressemble à un vide grenier à une porte cochère là où personne ne se préoccupe de savoir si la nuit est avec ou sans lune. Les larrons, fieffés fripons et autre sumo forcément d'envergure préfèrent à l'astre nocturne les rondeurs de celles qui battent le pavé près des flaques et des grilles autour des arbres des squares. Ici le sexe est béton. Mais du genre armé car les exhaustifs et les jouisseurs ne sont pas les plus convenables des partenaires. Mais fidèle à sa verve Cauda s'en amuse. Il possède l'instinct secret pour renverser les postures admises qui ne sont que des impostures. Bref la lascivité est permise. C'est même non une hypothèse de travail mais une obligation.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Jacques Cauda, "Moby Dark", L'Âne qui butine, Mouscron, Belgique, 174 p., 2020.

21/12/2019

Les déambulations de Larry Sultan

Sumtan 1.pngLarry Sultan s’attarde là où la vie se fomente. Le tout dans une conception quasi métaphorique non seulement de vivre mais de photographier. Il propose et les modèles disposent. L'inverse est vrai aussi...Sa série la plus célèbre reste « Pictures from Home » commencée en 1982 lorsqu’il allait rendre visite à ses parents âgés dans la « réserve » pour vieillards que constitue Palm Spring et son désert (d’ennui). Il a mixé ces photographies avec celles de leur jeunesse à Brooklyn et a monté l’ensemble pour redonner un sens à l’existence de son père et recréer son histoire. Ce fut aussi sa manière de savoir qui il était.

Sultan 2.pngSon autobiographie se prolonge par "The Valley"  une série sur des artistes de porn-movie en une scénographie théâtrale et documentaire. Le titre est tiré du nom de la vallée où son père installa sa famille après guerre avant que ce lieu devienne la capitale du cinéma porno en raison de sa proximité avec Hollywood. Ces photographies sont plus belles que les films eux-mêmes. Tout est plié, réarticulé, distribué dans un expressionnisme ailé et plein d'humour.

Sultan 3.jpgLe réel demeure mais sa mise en scène diffère dans un certain "phrasé" de situations ambigues. Larry Sultan est aussi insolent que doux en se moquant des modes de l’époque  - y compris de l’autofiction. Dans ses déambulations poétiques le photographe offre le proche du lointain en un exercice de rééquilibrage et d’admiration jusqu’à la préhension de ce qu’il nomme la « juste distance » que beaucoup estimeraient mauvaise - mais ils auraient tord.

Jean-Paul Gavard-Perret

Larry Sultan : Domestic Theater", Yancey Richardson Gallery, New-York, 2019.