gruyeresuisse

31/05/2020

Les amor fati de Flynn Maria Bergmann

Berg.jpgFlynn Maria Bergmann , FlynnZine #2, art&fiction, Lausanne, 2020.Parution en juin.

 

Ce n'est pas parce que les objets s'éloignent qu'ils diminuent. En conséquence et  en écho aux fanzines punk-rock qui firent ses délices dans les années 70 du siècle précédent, Flynn Maria Bergmann reprend leur esthétique perturbée et kaléidoscopique pour scénariser le monde et les groupes de musique qui se servirent largement de cette expression pour visualiser leurs univers dans divers dégradations de couleurs et graphismes.

Berg 3.jpgL'artiste et écrivain fabrique donc un artzine échevelé où tout se mêle mais non - parfois - sans un ordonnancement plutôt classieux. Le FlynnZine peut se passer de main en main et échappe au marché de l'art classique et ses galeries ou des publications livresques "dures". Le format journal évite tout fétichisme et l'auteur d'ajouter que ce produit peut " finir par emballer ta porcelaine le jour où tu déménages"...

Berg 2.jpgLe créateur présente ici le deuxième numéro du FlynnZine qu'il définit comme "la bande-son d’une zone de solitude qui façonne l’amour". On y retrouve la collection de K7 du peintre Alexandre Loye reprise à la plume. Certes l'objet est obsolète mais il est là justement pour rameuter un monde avalé et c'est une des manières de faire jaillir des fantômes de divers types à travers mots, papiers froissés, collés voir cloués et gribouillés. Le surgissement d'un puzzle étrange devient un moyen pour l'artiste de combler un vide avec une sensibilité particulière.

Jean-Paul Gavard-Perret

28/05/2020

Safari dans les Alpes : Laurence Boissier

Boissier.jpgLaurence Boissier, "Histoire d’un soulèvement", roman, coll. ShushLarry, art&fiction, Lausanne, 2020, parution en juin

 

Ce récit est celui de 9 jours dans les Alpes : "Le guide a donné rendez-vous à l’aube dans un village doté d’un seul bistrot fermé pour travaux." D'emblée le ton est donné. Mais la narratrice - avisée mais pas trop - a respecté ce qu'on lui a demandé : sac équipé de bretelles larges, dos anatomique. Elle est vêtue d’une micro-polaire, et de chaussures montantes et "d’un pantalon respirant à séchage rapide".

Boissier 2.jpgAutour d'elle tout va s'élever : la nature en premier Mais l'héroïne peine, peine. «Les plaques continentales ne sont pas les seules à dériver.» Mais elle a tout consigné de la traversée "épique" : la grande histoire du soulèvement des Alpes (racontée par un guide excentrique et d'autres spécialistes de la question comme de la flore alpine) mais aussi la petite histoire de la vie quotidienne d’un groupe de randonneurs pendant la neuvaine.

Boissier 3.pngLa citadine a présumé de ses forces : "Sur un coup de tête, je me suis inscrite à cette randonnée de neuf jours. Je pensais que je prendrais le temps de m’entraîner avant le jour du départ. Je ne l’ai pas pris.". Et c'est bien là le problème. Si bien que l'épopée navigue entre drôlerie et cours magistral. C'est piquant, savant tout autant. A peine ouvert le roman ne se quitte pas, ne se quitte plus et tout compte fait l'héroïne fera la fierté de sa lignée.

Jean-Paul Gavard-Perret

21/05/2020

Le beau n'est pas toujours en haut - Sandro Giordano

Sandro 3.pngTous les malheurs du monde, le photographe romain Sandro Giordano les incarne dans un vaste projet : "In Extremis". La femme devient le vecteur tragi-comique de mises en scène où la fantasmagorie et le réel se mêlent. Celui qui a étudié la scénographie à "Istituto per la Cinematografia e la Televisione Roberto Rossellini" à Rome, a travaillé comme ingénieur du son et lumière puis est devenu acteur dans des films entre autres de Luciano Melchionna, Giancarlo Cobelli, Dario Argento. se consacre désormais entièrement à son travail photographique.

Sandro.pngDans cette série majeure et au long cours, au sein de divers situtations, lieux, éléments disparates qui jonchent le sol et dont l’usage reste parfois une énigme, l'héroïne devient une sorte de sculpture accidentelle étalée voir écrasée à l'air libre dans des positions aussi grotesques qu'inquiétantes. Au sein d'une indifférence généralisée elle n'est plus qu'une pomme avariée sur la terre, un bateau ivre dans une fausse fontaine de Trevi, un empilement comparable à celui de caisses à légumes.

Sandro 2.pngS'instruit par son entremise un certain "discours" sur l'ordre du monde ainsi que son chaos là où, de la beauté - qui fut un presque tout -, finalement ne demeure qu'un presque rien. Sandro Giordano (aka Remmidemmi) n'a donc rien d'un bonimenteur. Dans ses farces - d'une nouvelle commedia dell'arte - une forme de volupté louvoie encore un peu - mais se produisent d'autres imbrications. La morbidité est présente  mais tenue à distance. L'héroïne reste un rien mythique quoique dérisoire. Nous en sommes à peine séparés. Mais sa silhouette demeure celle d'une poupée cassée, dégingandée symbole de ce qui et quoi nous avons galvaudé au sein d'un matérialisme échevelé.

Jean-Paul Gavard-Perret

Sandro Giordano, "Magic of Photography", galerie "In focus Galerie – B. Arnold", Cologne, mai 2020.