gruyeresuisse

19/05/2019

Je ne vois que toit (XVII)

le-fils-unique.jpgLe ver à soi

Hugues dit "L'Indien", enfant unique - en conséquence infirme par pusillanimité. Déjà songeur avant de naître. Bref rêveur et peureux. A mis ses mains dans la madoue d'entrailles mais ne finit pas de les laver jusqu'à ce qu' il défaille. Il tient pourtant tant que faire se peut. Parfois mignon (doigts fins de petit homme) parfois habité de ses démons. Que fait-il sinon marcher à reculons, roses de lèvres, rouge de colère ?

Frêle enfant au vent levé n'ayant de cesse d'embrasser les lilas neufs au senteur de nuit. Un gazouillis s'échappe, une jupe s'envole. Mais ce qui subsiste des autres reste une hypothèse vague, un mur, un profil dangereux, un mal qui empêche d'exister. Profit et perte restent incertains. Nulle souveraineté. Le don n'est plus inclus entre débiteur et créancier. L'obligation d'incertitude : une nécessité. Dans cette configuration ne naissent jamais les grands d'Espagne. Uniquement leurs châteaux.

Lheo Telle (aka Jean-Paul Gavard-Perret)

 

08:34 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

18/05/2019

Vicky Martin: jambalaya

VickyMartin12.jpg

Inspirée par la Dorothy de l’histoire du "Magicien d’Oz" Vicky Martin offre un voyage dans des espaces interlopes où la femme - dont ne sont vues que les jambes - va à la découverte d'elle-même, en tentant de surmonter ses doutes, sa peur, sa solitude. Nous passons de la fonction des gestes à leur fiction.

 

 

 

 

VickyMartin02.jpg

Ce voyage ( en absurdie ?) entre réalité et fantasme est aussi sérieux que ludique. Une figuration vintage souligne l'obsolescence possible d'une telle dérive. Les poses ne renvoient qu'à elles-mêmes au sein  d'une plénitude en partie désimagée par le hors champ qui devient quasiment une réalité concrète dans un leurre du leurre.

 

 

 

VickyMartin03.jpg

 

Rien n'a lieu sinon  les lieux de passage et de feinte là où tout voudrait s'ouvrir à un accomplissement qui tarde à voir le jour. La théâtralité est constante à travers des images compactes. Elles dissimulent une réalité qui est peut-être une absence d'être, un vide - peut-être plus  métaphysique qu'affectif.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Je ne vois que toit (XVIII)

godard.jpgDanse de naguère

Jouer avec les gestes comme avec les cartes. Faire des femmes les reines de la crapette quelle que soit leur couleur et rejeter les rois et les valets qui donnent le pouvoir. Préférer à leurs truquages la schizophrénie. Dès lors plus besoin de cartes pour jouer aux doctes heures.

Le théâtre du monde disparaît de ses projections officielles mondaines ou populaires. Pas plus de gilets jaunes que de festival de Cannes. Juste installer les morts fictifs sur les plus beaux coussins. Penser à leur offrir des cigarettes de condamnés au principe de réalité. Ils sont amateurs de ci-gîtanes.

 

Lheo Telle (aka Jean-Paul Gavard-Perret)

 

09:02 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)