gruyeresuisse

13/06/2019

Je ne vois que toit (XLVI)

Cauda bon.jpgLes amoureux des havres

Je n’ai pas de secret, je sors, je m’intéresse. C’est un état d’exigence, une quête de l’absolu qui traverse mon regard même lorsque je suis saoul comme un âne. Car si j'aime les poils l'eau ne me sied pas. Quand je sors de ma douche ça fait un entonnoir noir sous les bras. Les femmes préfèrent d'ailleurs les torses haves et brillants où elles peuvent se voir tant c'est lisse et glissant. Qu'importe si de tels bustes sentent le déodorisant de chiotte enfin jusque ce que les bombes à l'ozone soient interdites. Désormais il n'y a plus que de l'air qui en souffle et chatouille les est-ce elles ?

Cauda bon 2.jpgOn rigole un peu mais plus question de sentir les sous bois dans les hâvres où les marins chantent les femmes adultères, leurs peurs, leurs blessures et leur port de reine. Avec ces super chéries nul ne craint la panne passagère. A moins de crever la durite tout va jusqu'à plus soif. Si bien qu'en rentrant chez soi il faut une bonne nuit de sommeil sans nécessaire impasse devant "The Voice" ou Michel Drucker.

Lheo Tell, (aka Jean-Paul Gavard-Perret)

Peintures de Jacques Cauda.

10:24 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

11/06/2019

Je ne vois que toit (XLV)

Divoy bon.jpgAs de guère

 

Je dois l'éviter pour ne pas tout reprendre à zéro. Néanmoins je tombe parfois dessus. Et comme un ballon l'histoire est prête à rebondir. La musardine a beau me dire que désormais il ne lui est plus possible de vivre deux histoires de concert : ceux que je vois à ses bras ou leur main au panier prouvent le contraire. Ce qui ne l'empêche pas de me murmurer glissando un "monte me voir lorsque tu vois de la lumière chez moi". Je ne peux imaginer soudain d'autre ampoule que la rouge d'une antique maison de passe. A peine entrée, elle me dira de laver mon petit chienchien tandis qu'elle pouponnera son petit chat. L'idéal serait de faire - comme les couples qui s'aiment - chambre à part et qui pour se parler dîne en grenat. Mais la chair est faible parfois et il faut qu'elle exulte.

Lhéo Telle (aka Jean-Paul Gavard-Perret)

 

Collage de Michèle Divoy

09:32 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

10/06/2019

Je ne vois que toit (XLIV)

Berthet bon 2.jpgCe que les balourds disent

 

Les femmes ont une affinité particulière avec la psychanalyse. Les hommes avec celles qui au chevet du divan  dans les voiles se vouent à cette science du désir et de la jouissance. Pour les couchés et les assises, bref à tout ceux qui ont mal à gérer la féminité, une telle pratique permet de comprendre ce qui se passe chez une ou un partenaire.

Berthet bon.jpgL'un tend l'oreille pour entendre ce qui se passe dans la jouissance de l'autre et enfin peut résoudre ce qui diffame le mâle en ses va et vient lorsqu'il estime, avec dix femmes, aller au bout de lui par des bouts de soie.

Divoy.jpgMaladroit et méchant homme il les collectionne pour les avoir toutes. Mais avec qui ? Hamlet devient l'homme laid qui pour une omelette refuse de casser ses oeufs. Il reste à ce titre le sourd paralysé. Soudain parasité il passe à l'acte (entendons mettre la main au pas nié) en un tel opéra (réentendons opération à cœur ouvert et ouverture.)

Lhéo Telle (aka Jean-Paul Gavard-Perret)

Dessins de Danielle Berthet, Collage de Michel Divoy.

09:31 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (1)