gruyeresuisse

05/11/2021

Véronique Bergen: Annemarie Schwarzenbach l'incandescente 

Annemarie.jpgJamais l'expression d'"écrivain-voyageur" n'a mieux convenu qu'à Annemarie Schwarzenbach. Mais chez elle le  voyage est multiple tant comme l'écrit sa biographe ailée "la vie en tant qu'oeuvre, son oeuvre en tant que vie ont échappé à tous les codes". Cultivant la liberté sur tous les plans, féministe à l'écart des cercles du même nom, embrassant bien des causes (homosexualité, droit des femmes, antinazisme, écologie, etc.) elle fut toujours en avance sur son temps.
 
Annemarie 2.jpgEn courts chapitres, ce superbe livre - complété de visuels et de photographies d'Annemarie Schwarzenbach illustre - les raison d'un besoin d'itinérance. Avant même Nicolas Bouvier la Suissesse partit sur les routes de mondes parfois improbables  animée de son goût pour diverses voies intérieures : écriture, photographie, sexualité, drogue et engagements. Ils font d'elle une femme de désir anticonformiste.
 
Annemarie 3.jpgCet essai-portrait fulgurant illustre entre autres les voyages initiatiques d'Annemarie Schwarzenbach notamment avec Elia Maillart) mais aussi ses diverses itinérances. Celle qui fut l'amie d'Erika et Klaus Mann dans la bohème berlinoise de la République de Weimar n'a eu cesse de s'émanciper en suivant ses propres voies entre déplacements ou fuites,  dans la recherche d'un sens à son existence et en un combat contre ses gouffres intérieurs où elle finit par se perdre (même par accident). Comment pouvait-il en être autrement ? tant elle brûla sa vie par les deux bouts.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Véronique Bergen, "Annemarie Schwarzenbach la vie en mouvement", coll. Figures de l'itinérance, éditions Double Ligne, Genève, 2021, 190, p., 19 E., 28 CHF..

L'oeuvre critico-hallucinatoire de Jim Shaw

Shaw.jpgJim Shaw, "Paperback Covers", coll. Monographies, JRP Editions, Genève, 2021
 
Cette édition est une monographie dédiée à la série clé des "Paperback Covers" de l'artiste américain   Jim Shaw. Il s'agit des peintures de fausses couvertures de livres de poche bon marché reprenant les codes de la tradition graphique anglo-saxonne. L'artiste y crée  une contre-encyclopédie des désirs et névroses culturels, scientifiques et sociétaux du XXe siècle.
 
Shaw  2.jpgCet ensemble est tout à fait typique de la personnalité particulière de l'artiste californien. Né en 1952 à Midland (Michigan) il vit et travaille à Los Angeles et partage avec Paul McCarthy et Mike Kelley un même désir de produire une œuvre plastique qui explore le côté obscur de la société américaine conformiste et standardisée.
 
Shaw 3.jpgDe telles investigations sont considérées comme "critico-hallucinatoires". Leur inspiration est  tirée de cultures vernaculaires séparées des catégories établies par l'histoire de l'art. L'artiste s'empare des tableaux d'amateurs récupérés dans des brocantes, des objets de cultes populaires, travaux d'étudiants, affiches de films, etc., pour les inscrire dans un réseau de significations multiples qui ne cessent d'affaiblir l'autorité symbolique de l'œuvre d'art "officielle" et muséale. En consquence Shaw crée divers de dispositifs narratifs auxquels le spectateur est invité à prendre part dans des sortes de miroirs individuels et collectifs.
 

Jean-Paul Gavard-Perret

04/11/2021

Pablo Reinoso : torsions

Reinoso.jpgPablo Reinoso, Trames, Xippas, Genève, du 6 novembre au 23 décembre 2021L
 
Sculpteur et designer argentin Pablo Reinoso est connu pour ses Bancs Spaghetti. Il réinvente l’objet quotidien avec humour et légèreté. Son œuvre dissimule un parti pris éthique – le respect de la nature et des matériaux – et une remise en cause des démarches dépourvues de sens d’un certain « design » contemporain.
 
Sous un aspect aérien et ludique le plasticien ranime l'espace de manière intempestive. La monumentalité y prend un aspect particulier. Reinoso 2.jpgAvec une simplicité enjouée et poétique la sculpture devient une métaphore de l'existence.
 
Face à l’anthropocentrisme apparaissent bien des découvertes avec un sens du paroxysme jouissif et des envolées. Elles semblent ne pas donner à voir où elles finissent et où elles commencent. Mais s'il s'agit de toujours rapprocher les deux bouts d'une telle chaîne en liberté.
 
Jean-Paul Gavard-Perret