gruyeresuisse

27/04/2014

Jean Stern : vérité et mensonge des images

 

 

 

 

 

Stern.jpgJean Stern est né en 1954 à Genève. Le sculpteur a d'abord fréquenté la Hochschule der Künste de Berlin, puis l'Ecole des Beaux-Arts de Saint-Etienne et enfin  l'Ecole Supérieure d'Art Visuel de Genève. Il vit et travaille à cheval entre cette ville et la région lyonnaise. Titulaires de nombreux prix ses principales réalisations ont été créés pour Théâtre Le bel Image de  Valence, pour l'agence UBS de Plan-les-Ouates dont on peut admirer les 9 reliefs dans la salle des guichets. Pour le SOCAR de Crest, il a créé une de ces premières interventions purement géométriques avec ses 50 colonnes de carton. Puis, changeant de registre ou le prolongeant, il crée en 1995 une intervention vidéo-infographique (avec l'aide d'Hervé Graumann) sur un espace de circulation.

 

 

 

Ce ne sont là pourtant que des points repères significatifs de celui pour lequel un travail rationnel de fond mais aussi le fortuit entrent en conflagration comme se retrouvent en relation le paysage et l'intervention que l'artiste pratique. Divers processus et instrumentalisations jouent à la fois sur le paysage, le temps. Ils se conjuguent de plus en plus avec une approche empirique de l'imagerie informatique mais aussi  avec rencontres, ressorts de situations inédites. Partant toujours d'un travail analytique sur la perception (que ce soit de la construction d'une image ou de l'appréhension d'un site) Jean Stern se dirige de plus en plus vers une infographie qui permet comme il le précise "feintises et vraisemblances".

 

 

 

Stern 3.pngL'espace mathématique et les géométries qu'il suggère n'ont cependant pas pour but d'envelopper le "voyeur" dans l'irréel et la spectralité. Jean Stern ménage au sein de ses paramétrages un moyen-terme afin que le voyeur ne "digère" pas toutes crues ses images. La restitution 3 D du logiciel qu'il utilise pour le transfert d'une image 2 D en 3 D, extrait une segmentation en un nombre de plans arbitraires pour des reconstitutions que l'artiste choisit afin qu'elles soient plus ou moins vraisemblables. Si bien qu'un lieu que l'on est susceptible de parcourir virtuellement mime - de près ou de loin - le lieu réel. L'artiste l'a réalisé par exemple avec son installation "Relire"  pour les anciennes Teintureries de Pully. Derrière la paroi s'étend le lac et le massif alpin du Chablais. L'écran crée une fenêtre mobile découvrant le paysage. Deux objets vraisemblables apparaissent dans la fenêtre : l'image 2D et la restitution 3D qu'autorise le logiciel.

 

 

 

Tous ces travaux permettent à Stern de reconsidérer les lieux et les images afin d'amener le public à un regard différent sur des espaces urbains ou plus intime. Se concentrant sur les surfaces et la géométrie de l'espace, l'artiste - qu'il travaille seul ou avec d'autres - n'a cesse de démultiplier, de décadrer l'espace comme il l'a fait pour son intervention sur le quai Wilson à l'occasion des Fêtes de Genève. Aux massifs ronds existants il a préférés des tapis rectangulaires, perpendiculaires au lac dans une approche qui tient tant de la sculpture que du paysage.

 

 

 

Stern 2.jpgAvec son goût pour les changements et les renversements  d'échelle l’artiste raconte  une autre histoire du paysage en tant que lieu de l'émotion et de l'intelligence où rien ne se laissent pas saisir d'emblée. Les lignes ne figent pas : elles sou ou surlignent horizontalement, verticalement et décalent le paysage.  Elles marquent des rythmes, des repos pour l'œil avec parfois l’impression de paix, d'harmonie en un concentré de l'éphémère - seul moyen de montrer  l'innommable.  Il faut donc avancer dans cette oeuvre comme l'eau qui cherche le passage non pour atteindre le crépuscule d'un grand soir mais l'aube tenace ici-même, ici-bas. Dans le faux statisme des "feintises" il  y va d'un  passage de "vraisemblances". Il y va de aussi d'un chant silencieux qui permet de passer des déchirures à l'avènement, du ravinement à une harmonie primitive. L'œuvre crée donc des pallazi mentali où le paysage (quel qu'il soit)  s'ouvre, le trait unit, l'empreinte fait masse et le relief détale.

 

 

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

22/04/2014

Les "écorchés" d’Ivan Simeon

 

 

 

Siméon.gifIvan Simeon, Galerie Dubner Moderne, Lausanne.

 

 

 

Dans toute son œuvre Ivan  Simeon ne s’abstrait jamais du monde. Il se concentre (non sans humour) sur les failles, les blessures qui  hantent ses « modèles » dont il sent la douleur. Naissent ainsi la puissance et l’accomplissement de peintures hybrides qui abordent la  malignité  du monde et qui touche plus particulièrement les femmes. En face de sa fameuse série « Célébrités : Mythe et Réalités » la galerie Dubner Moderne propose  « NO TITLE / SUB-TITLE: AUTO PORTRAIT ». Pour ce projet l’artiste genevois - interviewant des personnes pour un autre de ses  projets  « Love – Does Love really exist or is it a chimera of our modern society » - fut attiré par une frange de la population apparemment intégrée mais réduit plus avant au banc de la société et ses règles. Prisonniers d’une réalité passée ces portraits portent  les signes de la réussite mais montrent aussi par leur structure même les failles de ses personnages.

 

Siméon 2.gifProuvant que la perfection n’est pas de ce monde l’artiste engage une nouvelle  étape de sa quête. Il affronte le portrait en tant qu’image rémanente et obsessionnelle qui rappelle la robe de la mélancolie de Dürer, ses plis,  ses sillons et ses passes dans  un jeu de voile et de dévoilement. Dans les quinze pièces de l’exposition l’éros tente de venir à bout de thanatos. Chacune d’elles est  un voyage au bout de la nuit. L’artiste la traverse arrimée à ses propres ombres et ses lumières au moment où elles renversent le jeu classique de la représentation picturale. Loin du mythique (que par ailleurs il ne cesse de destructurer)  l’artiste pénètre un intime moins par effet de nudité que de voile.  Il instaure une communion à la fois lyrique et austère avec son sujet de manière sensible plus que flamboyante, blessée plus qu’extatique.  La canicule des émotions demeure calfeutrée au sein d’une ténèbre par effet de pudeur de la narration.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

19/04/2014

Les courses éperdues de l’Orchestre tout puissant Marcel Duchamp

 

 

 

Orcchestre 2.pngOrchestre tout puissant Marcel Duchamp, « Rotorotor », Autoproduit. Genève.

 

Tout dans les musiques hybrides de « L'Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp » est inspiré par le plaisir et la liberté. Hommage à Dada bien sûr mais aussi aux groupes traditionnels africains ( « Orchestre Tout Puissant Konono n°1 », « Orchestre Tout Puissant Polyrytmo » et autres) le nom même du groupe traduit cette traversées hors des genres musicaux : le rock comme les expériences contemporaine - du punk basique à la musique dite savante - sont transformés et traversée par des traditions populaires de diverses racines. Cela ne ressemble à rien de connu. La surprise est donc au rendez-vous de chaque titre comme le prouve « Rotorotor » troisième opus des Genevois.

 

Orchestre tout puissant.jpgProduit par John Parish (P.J Harvey, Eels), enregistré au Toybox Studio à Bristol cet album est le plus abouti (tout en restant échevelé) du groupe. Le producteur a bien compris les ambitions dadaïste de l’orchestre mais il a su brider une musique qui par son esprit tend à partir en tous sens. Des lignes plus précises se dessinent même si dans chaque titre l’imagination voyage d’un univers vers un autre en une pop souvent drôle, jouant au besoin les gros bras sans se prendre au sérieux. Primitive du futur une telle musique mélange les odes amoureuses aux incantations belliqueuses. La fête est là. Ceux qui estiment que l’esprit suisse est très sérieux seront pris en revers. La musique crie son plaisir car ses officiants ne cessent de se pousser mutuellement à des actes impies à son égard. Ils la déplument de ses hardes pour la remodeler d’accents imprévus. Tout cela gémit, frémit de rythmes féroces mais légers et de sensations crues. « Rotorotor » porte donc en lui un soleil noir qui n’a rien de mélancolique. Il réchauffe les animaux des déserts comme les night-clubbers d’une Europe qui se désespère. Celle-ci  retrouve enfin des cigales allumées pour seuls guides.

 

Jean-Paul Gavard-Perret