gruyeresuisse

25/10/2019

Nicolas Bouvier : racines des images

ABouvier 3.jpgvec Nicolas Bouvier, la photographie trouve une valeur de message intrinsèque en raison de sa charge symbolique, son poids référentiel, sa singularité existentielle, ses valeurs de composition ou de texture. Elle crée le génie de divers lieux et sollicite autrement la rencontre avec les fantômes des civilisations. Et si besoin était, ces textes prouvent que l'auteur et photographe n'a jamais été un touriste dans sa traversée des œuvres et des mondes.

Bouvier.pngIdéalement, il aimait photographier en faisant le vide et en état de déplacement pour se laisser surprendre par ce qui arrive. En ce sens il fut puisatier ou chasseur. Il n'attrapait pas pour autant les poissons ou les oiseaux et ne crucifia pas les mouches. Mais il sut "ne pas civiliser le regard". Et ses textes nous le rappellent.

Bouvier 2.pngTout se passa chez lui en suivant les saisons qu'indiquait "La Voie du Ciel", ce traité de médecine chinoise traditionnelle, où le Printemps est la poussée de la vie, l'été sa croissance, l'automne la récolte de l'existence et l'hiver sa thésaurisation. Mais ces étapes n'étaient pas statiques dans sa recherche du temps perdu et à retrouver. Certes "les anciens vivaient en suivant les saisons" dit-il. Et lui aussi se réclamait d'eux mais sut aussi s'en dégager. Il y eut chez lui un côté photo-journaliste mais avant tout un travail d'auteur. Ce recueil d'articles précieux le prouve.

Jean-Paul Gavard-Perret

Nicolas Bouvier, "Du coin de l'oeil" (Ecrits sur la photographie), coll. "feuilles d'herbe", Editions Héros-Limite, Genève, 2019, 224 p., 14 E..

21/10/2019

Les espaces fécondés d'Anaëlle Clot

Annaelle Clot 2.jpgAnaëlle Clot, Galerie Séries Rares, Carouge, Genève du 2 au 23 novembre 2019.

Entre abstraction et figuration Anaëlle Clot poursuit son travail de remembrement poétique fait d'identités multiples et mystérieuses présences. Le Fourmillement reste toutefois subtilement ordonnancé là où l'imaginaire du regardeur est sans cesse sollicité dans cette orfèvrerie du trait au service d'une ferveur particulière d'images de germination aquatique et terrestre. Elles deviennent dans leur végétation presque pieuses. Le choix de l’hybridation quasi mythique n’est pas anodine. La créatrice y trouve un trait d’union entre l’homme et le monde.

Annaelle Clot.jpgLe regardeur s’abandonne aux déesses ou aux dieux animaux mystiques qu'il ne connaît pas. Ils s'apparentent à ceux de son cœur et de sa folie. La démultiplication des formes propose le relief de l’errance et des mystères les moins fréquentés. Il y a du Maurice Guérin chez celle qui tord la réalité dans une volonté de «picturaliser», de construire et d’animer des scènes végétales là où un insecte ou un protozoaire marqué d'un pavot et d'algues peut se passer une main attentionnée autour de sa tempe. Du moins ce qui en tient lieu. Tout - le mortel étant expiré - emporte vers la vie jusque dans sa profondeur comme dans sa légèreté.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

13/10/2019

Ariane Monod : juste avant effacement

Monod bon.jpgA la galerie Andata e Ritorno de Genève, Ariane Monod devient une artiste de la disparition. De son "esquisse murale" titanesque avec sa beauté et sa démesure il ne restera bientôt plus rien. L'artiste va effacer de la galerie ses deux pièces peintes au fusain et à l'eau. Les murs  reviendront à leur état naturel. Un blanc qu'il faudra sans doute raviver.

 

Ne restera que quelques photographies en guise de mémoire de ce qui n'est pas seulement un fond, un décor. Le visiteur s'y sera immergé pour devenir  le sujet mouvant et en à-plat face à ces deux œuvres  aussi inquiétantes que belles. A leur démesure succède le sacrifice

Jean-Paul Gavard-Perret