gruyeresuisse

17/08/2016

David Lespiau : l’élan de la poésie

 

Lespiau.jpgDavid Lespiau, Récupération du sommeil, Héros Limite éditions, Genève, 2016.

David Lespiau crée une poésie qui transcende tout témoignage ou jugement. Son pacte toujours inachevé détruit la fausse libération et de la lumière que la poésie spiritualiste entretient. La clarté est faite de contraintes, de reprises, de « durations » séparées par des espaces pour modifier leur trajectoire et créer des insomnies. La poésie versifiée introduit une sorte de prosaïsme fait de notules, de micro-récits, d’éléments de culture vernaculaire dans un « montrage » et des remodelages. S’instruisent de nouveaux réseaux et jonctions à l’intérieur du sommeil de la conscience qu’il s’agit de pénétrer pour cibler son contenu en dehors de l’apparence d’une prétendue vérité.

Lespiau 2.pngDe la saturation mentale, de la démesure de sa monotonie que produisent le rêve et la fatigue jaillit une suite d’informations bigarrées. L’écriture les met en mouvement selon divers volumes afin d’introduire la lumière en l’obscur. Chaque élément du livre se veut actif par jeux de torsions : elles ajustent des solutions nouvelles pour faire basculer le texte hors des sentiers battus et lui donner plus de densité, d’ambiguïté, mais surtout de simplicité et de dénuement selon une trajectoire faussement "distractive". Chaque blessure reçue par l'inconscient se transforme en bombe. Un certain sourire maîtrisé de la poésie s’enrichit de transformations tacites à l’intérieur du corpus qui n'est plus réduit à un compost mentalisé par la prétention purement formaliste.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

14/08/2016

Isabelle Sbrissa la Mécrivante

 

Sbrissa.jpgIsabelle Sbrissa, « Produits dérivés, Reverdies combinatoires », 2016, Le Miel de l’Ours, Genève

 

La mécrivante Isabelle Sbrissa s’en donne à corps joie. Preuve que la poésie est une « trahition » qu’ont appelée de leurs vœux Prigent et Federman. Comtesse aux pieds nus, la poétesse ouvre des hangars lunaires. Aucun trou de mémoire ne peut effacer le sillage des sentiments ou des coups de pieds qu’elle porte à la langue. Son stylo est sa pelle, elle soulève, désencombre, libère afin d’offrir par la bande une dénégation de diverses tragédies.

Sbrissa2.jpgLa poésie prend à la gorge ou fait rire à gorge déployée selon divers points d’incandescent en un voyage mental dans l’obscur à la quête moins de la lumière que de l’heure blanche où l’on cherche du regard une ligne à laquelle se tenir et où les mots s’enroulent autour d’une poulie qui couine. Preuve que la poésie en ne prétendant à rien prétend à tout. Que faire alors sinon de suivre la corde du puits de sciences interdites de la créatrice ?

Jean-Paul Gavard-Perret

 

22/07/2016

Lena Buhrmann et Sarah Hildebrand : intimités

 

Kugler.jpgLena Buhrmann et Sarah Hildebrand, « Freiraum - Chimère de nos réalités », Fonderie Kugler, Genève du 28 au 30 juillet 2016.

Dans le cadre des « 50 jours pour la photographie, 50JPG » sur le thème « caméra(auto)contrôle », l’exposition « Freiraum - Chimères de nos réalités » est un dialogue entre la sculptrice Lena Buhrmann et la photographe et auteure Sarah Hildebrand. S’opposant à la dictature du virtuel et ses fausses évidences d’une intimité de surface elles proposent  une essentialité cachée : celle des profondeurs de l’être et son secret qui doit demeurer caché. Les œuvres en leurs lignes et formes mystérieuses inventent le discours de l'âme (faute de mieux) et du corps selon des marges substantielles (le blanc) qu’elles incorporent en un appel, une sorte de "coup à porter", à forer mais en retrait. Il s’agit d'enfouir et déployer entre suspens et retombée en "repons" afin de dévoiler la profondeur des contacts toujours et forcément inaccomplis.

aaabubu.jpgLe regard est soumis à un parcours qui déborde et fait repli. Dans le contour, il permet de suggérer un centre en divers plans où existerait un passage à la tombée de l'inhibition capitale. Surgissent un fond, un bruit, un fluide, un flux en un apaisement du blanc lorsque la lumière devient incandescente : "Lumière et non éclairage" disait Bram van Velde. Cette phrase convient parfaitement aux œuvres croisées des deux artistes. Existent l'oxygène de l’art - mais aussi son azote, sa valeur ajoutée en un dévoilement et ce qui n'appartient pas de connaître. Surgit l'équilibre entre l'ellipse - tournée vers le silence - et l'énoncé complexe, entre la nécessité du secret et l'impératif de l'image.

Jean-Paul Gavard-Perret