gruyeresuisse

29/12/2018

L'expressionnisme de Dietlind Horstmann-Köpper

Dietlind.jpgQue devient le portrait dans la peinture de Dietlind Horstmann-Köpper ? Un agglomérat de couleurs, des corps abandonnés dans la lenteur des âges et parfois en un mixage du temps humain (ou animal) : sur un corps d'enfant est monté un vieux visage. Chaque portrait devient une frontière où se brise l'apparence "réelle" là où s'entrouvre un mortier d'atomes qui renvoient à divers domaines : celui des bordels, celui de la nature dont l'artiste offre quelques paysages arborescents dans un clavier de couleurs. Il ne rythme pas forcément une clarté mais des lueurs plus éteintes.

Dietlind 2.jpgQuant aux corps, leurs jambes paraissent parfois courtes et épaisses, parfois et à l'inverse extensibles, des nus masculins transforment les faunes en boucs au milier d'une animalerie où les couleurs s'inversent : le bleu du ciel est en bas du tableau et le rouge tellurique en haut. Une femme dite de joie, le soutien-gorge dénoué, est drapée du seul tégument de sa peau - non pour déguiser ou travestir le réel mais le mettre encore plus à nu.

Dietlind 3.jpgC'est la fin des idoles ou de l'idolatrie : Dietlind Horstmann-Köpper ne divinise rien sans pour autant caresser le désir d'humilier ses modèles. Elle ne fait que sortir le regardeur des postiches par une "vérité" d'incorporation. Elle le saisit par surprise. L'artiste crée un écart par son langage plastique aux éclats fascinateurs. Le génie n'est plus la norme mais sa profanation afin de donner aux êtres anonymes une noblesse paradoxale.

Jean-Paul Gavard-Perret

Dietlind Horstmann-Köpper, "La vie selon Dietlind Horstmann-Köpper", Galerie Ruffieux-Bril, Chambéry, du 17 janvier au 23 février 2019.

 

28/11/2018

Proust "Forever" - Conrad Bakker

Bakker bon.jpgLa Genevoise Barbara Polla ( directrice d'Analix Forever) présente une exposition originale de l’artiste canadien Conrad Bakker. Son "objet" : Marcel Proust. L'artiste, - après avoir réalisé une « librairie » entière de livres de poches des années 1960-1970 à Genève, travaillé sur la bibliothèque de Robert Smithson puis sur les multiples éditions des "Choses" de Perec - crée un pas de plus dans ses actions commémoratives?

Bakker.jpgChaque fois il reproduit en bois sculpté et peint les livres pour les sublimer par la force de cette transposition. Mais avec Proust il va plus loin encore. L’univers de l'auteur est retracé à travers d'autres "madeleines" : il a réuni sous forme numérique tous ceux qui lisent, commentent l'oeuvre ou en deviennent des bibliophiles. Il rassemble aussi celles et ceux qui le lisent sur tablettes et portables, qui annotent l'oeuvre sur Internet et enfin qui se retrouvent sur la tombe  de l'auteur de la "Recherche" à Paris pour y déposer divers objets en signe de témoignage.

canada 2.jpgCette pierre tombale du Père Lachaise devient dans l'exposition une plateforme numérique bleue sur laquelle les visiteurs peuvent déposer un tweet. Ils peuvent aussi apporter des objets fétiches, discuter avec l'artiste ou le curateur (Paul Ardenne) le 1er décembre ou encore manger les madeleines d’Analix Forever (nul de sait si Barbara Polla les cuisine...). Existe ainsi une célébration aussi mystique que terrestre d'une oeuvre majeure. L’art devient non un simple médium mais une méditation, hors lieu précis. La contextualisation géographique y demeure secondaire. Tout s’organise selon d’étranges mariages où le rêve spirituel et sensuel demeure encore possible. Il concrétise le désir de l'artiste de toucher par l’image la "réalité" cachée de l'écriture.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Conrad Bakker, "UNTITLED PROJECT: IN SEARCH OF LOST TIME", Analix Forever, Paris, Genève. A partir du 29 novembre au Carreau du Temple, Paris

 

05/09/2018

Victor Man et le C.E.C. de Genève au M.A.D. de la Monnaie de Paris

MAD victor Man.jpgLes œuvres de Victor Man créent souvent des bribes d’histoires inachevées ou désaccordées mais toujours susceptibles de susciter chez le spectateur/lecteur des associations libres et une certaine désorientation. Son livre présenté au MAD (évènement et concours orchestrée par Sylvie Boulanger et Michel Woolworth à la Monnaie de Paris) le prouve. Celui qui comme il l’écrit « évite de donner un statut définitif à mes œuvres. J’aime l’idée de pénétrer doucement les choses et de conserver une certaine distance. Si les choses deviennent trop explicites, j’ajoute un autre élément qui en perturbe la cohérence » cultive une nouvelle fois l’ambiguïté dans ce livre « mixé ».

MAD.jpgCe livre d’artiste est la reproduction de carnets de dessins De Victor Man lorsqu’il était enfant en Roumanie communiste. Les bandes dessinées révèlent sa fascination pour les héros occidentaux interdis dans son pays. Le livre s'ouvre sur une lettre de Victor Man à la petite Rózsa à qui l'ouvrage est dédié. De tels comics réinventent les héros. Dessins et ses historiettes portent la naïveté de l'enfance mais aussi les fantasmes que provoque cet univers mystérieux et inaccessible. L’ensemble fait dériver un sens initial pour acquérir d’autres niveaux de signification, plus souterrains. L’artiste en augmente le potentiel représentatif. La culture première et populaire trouve un sens divergent comme l’artiste l’avait déjà proposé avec des artistes ou auteurs confirmés : Pierre Molinier ("Shaman", 2008), Samuel Beckett ("Untitled (Memorable Equinox)", 2009) par exemple.

Mad 3.pngMan joue de l'espace livresque comme un lieu de désirs et de dérive. Existe une expérience qui vise à une vision expressionniste et transformiste des « comics» soumis à d’étranges reliefs. Tout ressemble à un chantier où l’artiste remue les héros codés selon des mouvements et des renversements qui ne déplacent pas seulement les lignes. L'explication que peut en donner l’artiste n'est jamais suffisante. Il appartient à l'observateur le « droit » d'établir les règles qui régissent sa bonne compréhension. Comme il lui revient aussi celui de s'égarer.

Jean-Paul Gavard-Perret

Victor Man, « Chilhood Drawings fot Rozsa », C.E.C. Genèvre, Multiple Art Days, Monnaie de Paris, 14-16 septembtre 2018.