gruyeresuisse

24/08/2021

Jean-Luc Godard : cinéma et littérature

Godard.jpgIl y a belle lurette que le cinéma ne reçoit plus le réel. Même dans le documentaire il se scénarise en objet sous ordre d'un "sujet" pouvoir ou finance.  C'est pourquoi JLG est toujours sorti d'un cinéma comme "une prostituée qui défend son honneur en disant : pas sur la bouche". Et cela dès 1965 où il commence à créer sa propre structure de production. Dès lors : que défend Godard ? Il répond "j'en sais rien mais c'est pour cela que je fais des films". Ses "histoires" du cinéma fascinent sans doute pour ça là où tout s'est fait peu à peu "philosophiquement" dit-il.
 
Godard 3.jpgPour lui le vrai cinéaste est un homme de lettre (en parie) et un animal. Il répond aux attaques des prédateurs en ayant toujours souci de s'évader pour refaire le cinéma, parfois sans scénario car pour JLG souvent le scénario est l'ennemi du cinéma. Ce qui crée un bémol nécessaire entre littérature et cinéma. Le scénario dans sa dictature s'éloigne de l'image. Il faut donc revenir à Niepce et aux frères Lumières pour laisser libre l'image non néanmoins sans mise en scène.
 
Godard 2.jpgPour JLG dans le cinéma existe aussi de la peinture : abstraite (Mondrian) mais sans que la littérature s'en empare au moment où dans sa vieillesse l'artiste s'intéresse à l'électronique et le relief comme si pour lui ce qu'il aimait était que l'écran ne soit plus plat. Il faut donc mettre des bémols à la "littératurisation" du cinéma. Sinon à savoir comment se fabrique l'écriture non dans la tête mais à travers les machines qui  la produisent parce que  JLG veut avoir "le dernier mot".
 
Godard 4.jpgFace à une critique qui ne parle plus du cinéma mais qui ne fait que donner son avis, JLG crée pour justement reparler du cinéma. Et aussi de l'amour qui reste sous-jacent à son oeuvre. Elle remonte à l'enfance. Mais  il n'en parle jamais. Il en fait des images. Impressionnistes et belles :  "One plus One" ou ses dernières expérimentations dont "Eloge de l'amour" et "Livre d'images". Pour l'enfance  il faut toujours revenir au "France, tour, détour, deux enfants ". Personne n'a fait mieux. Là où plus que jamais son cinéma privilégia le filmique au scénario qui souvent n'a rien à dire que "de la littérature pour écran".
 
Jean-Paul Gavard-Perret

21/08/2021

Véronique Bergen et les portes de la nuit

Bergen.jpgIl y a 47 ans, la cinéaste Liliana Cavani créa le scandale avec "Portier de nuit".  Dans ce film Maximilian (Dirk Bogarde) est portier de nuit dans un hôtel qui accueille des anciens nazis. Lucia (Charlotte Rampling) accompagne son mari, chef d'orchestre, dans cet hôtel. Maximilian reconnaît en elle une ancienne déportée qui était sa maîtresse. Elle se trouve attirée par son ancien bourreau et redevient sa maîtresse. Mais ils sont traqués par d'anciens nazis qui tentent de faire oublier leur passé
 
Bergen 2.jpgNon seulement la cinéaste prenait ainsi de biais toute une vision, de l'histoire mais en faisait jaillir un refoulé qui -quoique on en eut dit à l'époque - n'avait rien de révisionniste ou de simplement politique. Pour l'illustrer la philosophe Véronique Bergen toujours brillante dans son écriture et sa pensée pousse plus loin les analyses sur ce film et son incandescence aussi érotique que tragique. Une clarté noire point dans la parfaite ténèbre. Liliana Cavani évoque ce qui produisit dans la société d'alors une forme d’effroi là où certains - à l'inverse mais tout autant à tord - voulurent voir une mystique du péché. De fait jaillit un amour qui dans son effet retour n'espère plus rien. Mais ce rien est tout. Et c'est peut-être en ce sens que le passé rejoint le présent des deux protagonistes.
 
Bergen 3.jpgPour eux l’érotisme libère de la violence de la servitude, de l’assujettissement comme de la maîtrise et l'abdication. Il n’ignore pas où l’être peut aller. Ce dernier peut soudain accepter les accords équivoques, inavouables. Il se doit à l’impossible par son ouverture à la sève du vivant. Enfin il embrasse et accepte la défaillance face à la raison. D'une certaine manière les amants montent  les marches d’un échafaud. Ils osent aussi détruire des vérités que les autres évoquent - et pas seulement à tord -  de toute leur hauteur. Mais la cinéaste précipite le regard sur le dessous de l'Histoire et implique un regard au-delà. L’humain dans la plénitude de sa chair n’est pas relégué à l’état d’animal quoiqu’en dise l’idéologie populaire qui s’en faisait l’écho. Et Bergen rappelle que les moralistes ne permettent donc pas de répondre à ce qu’il en est de l’éros. Il pèse de tout le poids de l'interdit ou d'un impensable en miroir d'un autre impensable.
 
Jean-Paul Gavard-Perret.
 

Véronique Bergen, "Portier de nuit - Liliana Cavani", Les Impressions Nouvelles, Bruxelles, 224 p., 20 E..

14/08/2021

Du cocon à l'envol : les métamorphoses de Katharina Rüll

ruel.jpgKatharina Rüll crée des installations axées autour de la notion de fiction. Elle est nourrie de nombreux accessoires, décors et costumes que l'artiste trouve en se promenant dans les alentours de Bâle. L'histoire de ces objets, leur recherche et leur recyclage fait partie intégrante de ses œuvres à mi-chemin entre science-fiction et mystique.
 
Ruel 3.jpg"Transformations"concentre une série de représentations de performance qui traitent du thème de la métamorphose. Les processus de changement sont représentés entre autres dans le langage des formes de la biologie et de la mythologie. Le papillon émerge sans cesse du cocon. Celui-ci est l'endroit où l’isolement puis la  transformation de l’intérieur peut avoir lieu.
 
 
 
 
ruel2.jpg
 
La femme dans le cocon est isolée du monde extérieur pour arriver à elle-même. Comme dans le conte de fées, le lieu de transformation se trouve à une altitude inaccessible aux hommes. Cela symbolise la solitude nécessaire à cette transformation intérieure. Parfois le cocon semble appartenir à un paysage lunaire (propre à la symbolique du féminin) jusqu’à ce qu’il commence à bouger lentement... C'est donc la "réécriture" de la vie qui se distingue.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 

http://katharina-ruell.com