gruyeresuisse

09/01/2020

Maïa Mazaurette : sexposition

Mazaurette.pngMaïa Mazaurette  par cette exposition répond à la question de sa galeriste Barbara Polla : "pourquoi les femmes ne représentent-elles pas l’organe sexuel masculin en gloire ?" Mais sublimer le phallus masculin n'est pour elle en rien se faire le suppôt du patriarcat. C'est montrer que l’homme est désirable et qu'il peut lui aussi être objet ou sujet de fantasme dans une vision, ouverte, joyeuse. Réalisées dans le cadre intime de son appartement de New York la créatrice montre pour la première fois ses oeuvres dans le lieu intime de l’appartement de Barbara Polla à Paris, avant qu’elles ne soient présentées à la galerie Analix Forever à Genève.

Mazaurette 2.pngLa "Princesse" ici est moins l’artiste que le phallus en écho à Constantin Brancusi qui baptisait ses somptueux phallus « Princesse X ». A la suite des questions soulevées par le mouvement MeToo et par la baisse internationale de la libido, les enjeux de pouvoir, les injonctions irréalistes, elle montre combien la sexualité est désormais enveloppée d'une immense lassitude. "La faute à qui, à quoi ?" demande l'auteur. Elle y répond illico : " À une sexualité pensée comme une affaire d’orifices, à un imaginaire qui réduit les femmes à un vide à combler, alors qu’elles possèdent un sexe, pulsant, puissant".

Mazaurette 3.pngSa libre parole se double ici d'une iconographie jouissive. Expatriée depuis douze ans et nomade acharnée, elle aime les hommes autant qu'elle les critique. Elle attire l'attention sur les objets du désir qu'elle met à nu de manières aussi sybillines et allégoriques que réalistes. Maïa Mazaurette prouve qu'il n'existe chez elle ni revanche ni castration mais de l’optimisme. Son exposition devient une "sexposition" joyeuse. Il s'agit affirme-t-elle "de dire aux hommes qu’ils sont beaux, de les peindre, de les convaincre de leur pouvoir érotique".  Mais son but est toutefois toujours le même : "à savoir qu'il ne se passera rien tant que les hommes, les femmes et les autres, ne s’écouteront pas inconditionnellement." Et ici les images disent ce que les mots ne font pas - quitte à courir le risque d'un malentendu sur les interprétations.

Jean-Paul Gavard-Perret

Maïa Mazaurette, "Princesse" du 4 au 12 janvier 2020, chez Barbara Polla, dans le Marais puis àç la galerie Analix Forever, Genève. En parallèle Maïa Mazaurette publie "Le Sexe selon Maïa", (ses articles du "Monde") à la Martinière et Sortir du Trou, Lever la Tête", chez Anne Carrière.

08/01/2020

Une Vaudoise trop discrète : Catherine Colomb

Colomb 2.png"Tout Catherine Colomb", édition sous la direction de Daniel Maggetti, Zoé Editions, Chêne-Bourg, 2019, 1680 p., 39 E..

Catherine Colomb (1892-1965) développe une œuvre inclassable et avant-gardiste. Pour autant lors d'un entretien accordé à la TSR en 1961, elle avoue ne pas connaître les auteurs de Nouveau Roman auxquels on ne cessa de la comparer. Et avec malice plus que naïvet elle dit avoir un faible pour les romans policiers et les revues de potins comme "France- Dimenche"... Cette  femme de la bonne société vaudoise, mère attentive et épouse d'un avocat respecté poursuivit une activité littéraire quasi clandestine et singulière peu éloignée des oeuvres les plus importantes du XXe siècle.

Colomb.pngExiste dans ses romans tout un travail sur et de la mémoire proche de celui de Proust, ainsi que divers déroulements des mouvements qui rappellent ceux que propose Virginia Woolf et qui annoncent Nathalie Sarraute. Certes l'auteure ne se fit pas de cadeau : « Catherine Colomb ? Elle est vraiment impossible à comprendre. Il y a un tel fouillis de personnages... À la quinzième page, on ferme le livre, on renonce. Savez-vous pourquoi ? Elle ne se comprend pas elle-même. Elle écrit au hasard, sans plan, sans but." écrit-elle.  Mais c'est bien la preuve qu'il ne faut jamais croire la vision d'une auteur par elle-même.  Son objectif était à la fois plus simple et plus compliqué : suivre la vie de ses perdonnages sans ne répond jamais conformément à un plan puisque l'existence n'en possède pas.

Colomb 3.pngLa mémoire intervient sans cesse dans l'oeuvre. Elle ouvre une vie parallèle à celle qui est vécue "objectivement'". Et ce, pour l'effacer et la broder. Son chef d'oeuvre "Châteaux en enfance" l'illustre. Elle y rompt radicalement avec le roman traditionnel et inaugure une forme qu'elle n'a eu cesse de creuser. Tout fonctionne dans un art de la digression et des associations d'idées là où le temps fait son oeuvre. Une telle technique narrative ouvre le roman à ce que Bergson nomma la vision panoramique des mourants. La création illustre donc bien le passage du temps et la transformation des souvenirs qui plutot que de raviver le passé l'éteint.

Jean-Paul Gavard-Perret

Albertine : insolitudes

Albertine 2.jpgAlbertine, "les solitudes", Galerie Ligne Treize, Carouge, Genève, du 11 janvier au 7 février 2020.

Albertine est dessinatrice et peintre. Elle connaît déjà une renommée autant en  Suisse  qu'à l'étranger. En tant qu'illustratrice elle a déjà reçu de nombreux prix dont la Pomme d’Or de Bratislava pour "Marta et la bicyclette", le Prix Jeunesse et Médias pour "La Rumeur de Venise" et le Prix Sorcières pour "Les Oiseaux", ouvrage sélectionné comme un des 10 meilleurs livres de l’année par la New York Times Book Review en 2012.

Albertine.jpgPressentant l'illusion picturale comme la seule source féconde de remise en cause de la réalité elle en offre une autre présence, un autre contenu, une autre façon de la regarder dans ce qui tient d'une fausse naïveté. Lignes et couleurs surgissent avec alacrité là même où la solitude devient l'objet de la création.

Albertine 3.jpgUne telle oeuvre dégraisse les éléments superfétatoires. Il ne s'agit plus d'accrocher aux cimaises des pans du leurre mais de créer le temps d'une solitude présentée avec ironie subtile et fraîche. Par ses  gouaches sur papier la créatrice ne cherche pas les "coups" dans lesquels certains artistes s'épuisent pour rien. Le regard pénètre des paysages ou des lieux aussi évidents qu'inconnus. De la compacité démembrée/reconstruite surgissent des soubresauts du sensible, des signes d'une sorte de convulsion d'un fini renversé. La peinture n’est plus un pur néos. Elle ne se mure pas dans l'apprêt mais s’en éloigne.

 

Jean-Paul Gavard-Perret