gruyeresuisse

14/01/2020

Alexa Vachon : oser

Vachon.jpgLa canadienne Alexa Vachon a commencé la photographie "hard core", il y a quelques années à Berlin quand la réalisatrice Imogen Heath, l’a invitée sur le tournage de Marit Östberg pour un film porno documentaire sur sa relation avec l’artiste Liz Rosenfeld et leurs fantasmes. "Ce film a changé ma vie" dit-elle et elle a trouvé un endroit où elle pouvait faire les photos qu'elle avait toujours voulu faire. S'intégrant au monde du porno queer berlinois, elle ne s'en fait pas voyeuse et y est acceptée. Si une grande partie de la population a une sexualité et une petite partie est légèrement obsédée par elle,  la photographe s'adresse surtout aux personnes pour lesquelles le sexe n’est pas un sujet dont on peut parler. "Peut-être alors vont-elles voir quelque chose dans ces images qui parle à leurs fantasmes ou à leurs intérêts". De plus par son travail a fait des découvertes sur sa propre histoire sexuelle.

Vachon 2.jpgPhotographiant les backstages de films pornos : elle capte des moments de complicité, des portraits, des acteurs entre deux scènes. Elle a également initié son propre projet, « What we do in the light » (« Ce que nous faisons à la lumière »), pour lequel elle photographie des personnes volontaires acceptant d’avoir des relations sexuelles devant son appareil photo. Elle capte toutefois moins des scènes que des concepts, des lieux, un éclairage et des modèles choisis par d’autres et reste avant tout une photographe de portraits.On ne voit néanmoins parfois que des portions de corps (car certain(e)s veulent rester anonymes).

Vachon 3.jpgIls semblent souvent être en mouvement et sont éclairés d’une manière singulière. "J’aspire à ce que plus de personnes d’horizons divers puissent explorer leurs propres limites et intérêts devant un appareil photo. J’aime voir les traces de sexualité (et de vie) que les corps des gens portent". Au besoin l'artiste saisit ecchymoses, cicatrices, griffures liées à l’intensité du sexe. Les traces de modifications corporelles constituent une partie importante de leur intimité. Elles peuvent renvoyer à celles des regardeurs ou les pousser à reconsidérer leur propre sexualité et désir. A partir de là l'artiste étend son investigation vers des domaines plus larges où la femme est mise en exergue dans ses frustrations mais aussi ses possibilités (sportives par exemple mais pas seulement).

Jean-Paul Gavard-Perret

"F r o m O u r R o o m s", Aff Gallery, 2020, Berlin

http://alexavachon.com/

 

 

12/01/2020

Fanny Gagliardini : espèces d’espaces

Gaglia.jpgJaillissent des travaux minimalistes de Fanny Gagliardini divers types de hantise des lieux en une poésie mystérieuse et prégnante. Un ordonnancement subtil, acéré (mais doux parfois) crée un langage particulier. Les volumes ou les pans (avec de précieux interstices) pourraient sembler servir de caution au rêve là où une forme "d’anonymation" déclinée sous forme de structures crée une énergie parfois solaire, parfois ténébreuse.

Gaglia 1.jpgLa puissance immobile, épurée et chargée de silence fait bouger les lignes. Le regard se perd dans un tel contexte qui suggère un équilibre où le jeu du lointain fait celui de la proximité autant dans les peintures que dans les vidéos qui les animent dans un contexte "paysager" premier.

Gaglia 3.jpgSous l’apparence crue, les "lieux" sont dégagés de toute facticité aguicheuse ou de pure «façade». Se produisent une complémentarité et une harmonie intempestives. L’oeuvre renforce l’idée que l'art est fait pour métaboliser le réel et permet de franchir des seuils. Il reste au service de rapports complexes. Masses et ruptures de plans font que les structures et leur contexte se regardent et se complètent. L’espace y devient temps. Temps non pulsé mais à l’indéniable force suggestive.

Jean-Paul Gavard-Perret

Fanny Galgiardini, Dehors Dedans Dedans Dehours", www.fannygagliardini.com

10/01/2020

Le "tachisme" de Renata Har

Har 3.pngRenata Har, "Like a type of wind", Gisèle Linder, Bâle, du 22 janvier au 7 mars 2020.

Originaire de São Paulo , Renata Har développe une oeuvre très personnelle. Elle trouve ses racines dans le déplacement de sa famille qui a du s'exiler au Brésil suite aux années de guerre en Pologne. Aux Beaux-Arts de Paris, elle intègre l’atelier de Christian Boltanski. Ce dernier garde une influence majeure sur les enjeux de l'esthétique de cette brillante "élève".

Har.jpg

 

Elle crée comme son "maître" des ensembles aussi poétiques que mémoriels par des collectes de rebuts et fragments sur lequel elle intervient après une longue réflexion. Cette volonté de retenir ce qui reste ramène à sa quête (infructueuse) lorsqu'elle alla sur les traces de sa famille en Pologne sans trouver le moindre indice pour nourrir ou accréditer son histoire et ses racines.

 

 

 

Har 2.pngDepuis son travail garde pour objectif de faire "parler" des bribes, d'en reconstruire le puzzle par ce qu'elle arrache du néant et parfois de poubelles. Elle remonte ainsi des histoires par jeu d'associations en intégrant des chutes de lithographies, des assemblages de dessin en des "Paréidolies" parsemées de taches là où un morceau de moquette peut tenir lieu de support et surface afin d'offrir hypothèses, impressions, émotions en créant ce qu'elle nomme « des points de tension positifs ou négatifs » : le regard y circule  dans une forme de sculpturation où le dessin garde toute son importance.

Jean-Paul Gavard-Perret