gruyeresuisse

22/06/2019

Corinne Lovera Vitali met le paquet

Lovera bon.pngCorinne Lovera Vitali, Ronette et Modine, éditions Abrüpt, Zürich, 2019, 72 pages, 7,50 €.

 

 

 

Lovera.jpgLibre, indomptable, imprévisible et véloce Corinne Lovera Vitali dit son fait à la pensée phallique. Ecrit en "fronçais toutàtrac" son livre dépote et met devant leurs méfaits aux "grands hommes" du XIXème siècle, artistes ou écrivains (Hugo, Rodin et bien d'autres). Et soudain tout vacille : "Abrupt le mot se disperse dans l’obscur, et il ne nous reste plus que des / livres à jeter au monde pour / pour manifester rêves et hurlements." Nous voici soumis à la pression de textes qui s’agitent et se révoltent dans un trafic où le verbe anticipe le réel sans doute espéré.

Lovera 3.jpgLes "cons sacrés de la fronce", les machistes qui étouffent femmes, concubines notoires ou non et maîtresses du même tabac dans leurs vies de mâles dominants en prennent pour leur grade : d'où la présence des Hugo, Rodin, Manet et l'attention portée à leurs victimes Camille Doncieux, Alice Hoschedé, Camille Claudel. Mais et c'est bien là le problème rien n'a véritablement changé. En dépit de la lutte des femmes tout suit son cours que bien, que mal.

Lovera bon 2.pngL'histoire de l'auteure en témoigne dans ses labyrinthes et son langage volontairement inadéquat : « je ne sais plus quand ni comment ça a commencé la contre pèterie la con traction la psus qui s’est déshinibée dans ma bouche qui parle comme qui écrit et elle embrasse aussi avec sa manière à elle de tout téter ». Dans tous les cas il s’agit de réenchanter la solitude et partager quelques gouttes de rosée. En ce but, Corinne Lovera Vitali poursuit son nécessaire jeu de massacre entre dématérialisation, négation  mais aussi saturation du jeu de nécessaires pulsions entre vibrations aiguës et graves, "gorge nouée mais chemisier entr’ouvert" (pour un usage privatif).

Jean-Paul Gavard-Perret

19/06/2019

Shirin Neshat : la photographe et la diva

Neshat 3.jpgShirin Neshat est née en 1957 à Qazvin en Iran. Elle vit et travaille à New York. Le Musée de l’Elysée dévoile son oeuvre inédite lors de la Nuit des images puis intra muros jusqu’au 25 août et ce deux ans après son film "Looking for Oum Kulthum". Le tout sous forme de huit photographies et deux vidéos. Ces oeuvres ont été conçues séparément au film. Elles racontent l’histoire de Mitra, une réalisatrice iranienne en exil, qui réalise son rêve en produisant un film sur la légendaire chanteuse et diva égyptienne.

 

Neshat 2.jpgLes huit photographies sont traitées dans le style des affiches de film typiques des années 50 en Égypte, mettant en scène les actrices du film dans des portraits d’Oum Kulthum. Ces images sont frontales et grands format. Elles portent chacune le titre d'une chanson de la diva. La vidéo est plus onirique et retrace un portrait d'où se dégage le côté mystique de la chanteuse.

Neshat.jpgLa photographe dans les deux cas cherche à faire sentir l'intimité, la grâce et la solitude d'une telle artiste dans son face à face avec son public et dans sa lutte entre célébrité et désir d’affranchissement. La vidéo capte le pouvoir mystique de la musique face à un public transcendé par une telle présence anxieuse et angoissée mais capable de provoquer l'extase.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 © Shirin Neshat, courtesy Noirmontartproduction, Paris.

 

15/06/2019

Les lapins levés de Claudia Comte

 

Comte.pngClaudia Comte, "Bunnies and ZigZag", Galerie Joy de Rouvre, Genève du 16 mai au 29 juin 2019;

 

 

 

Comte 2.jpgLa jeune Lausannoise Claudia Comte s'intéresse à la mémoire des matériaux et de ce qu'ils cachent parfois après plusieurs milliers d'années. Elle tire du marbre immergé ou du bois flotté ou fossilisé des formes que parfois elle scanne ou reprend en trois D. afin de leur donner une nouvelle vie. Par l'imaginaire de la créatrice elles deviennent des formes premières de notre monde au moment où il subit des agressions encore jamais connues jusque là.

Comte 3.jpgSon approche est aussi minimaliste que ludique afin de proposer d'étranges totems sans tabou à la fois par la sculpture, la peinture ou des installations multimédias. Le langage des choses trouve là une nouvelle grammaire. Les lapins levés ont de belles oreilles. Mais Claudia Comte refuse les débordements intempestifs. Ils ne seraient que des fuites ou des facilités, bref des défauts de langage. En ce sens existent des noces blanches plus que des messes noires en un jeu dans le zig et le zag. Il n'a néanmoins rien de factice ou de frelaté.

 

Jean-Paul Gavard-Perret