gruyeresuisse

03/09/2018

William Goldman chez Madame Edwarda de Reading

Goldman bon.pngC’est en visitant une foire d’art que Robert Flynn Johnson est attiré par des photographies vintage de femmes du XIXe siècle. Commençant une enquête, il en déniche d’autres et découvre que ces portraits étaient ceux de femmes d’un bordel de Reading (Pennsylvanie). Elles sont saisies dans ce lieu en posant au moment de leurs occupations «hors service » lorsqu’elles attendent, fument, lisent, s’occupent de leur toilette.

Goldman 2.jpg

 

 

Ces photographies ont été prises par William Goldman qui sans le savoir instruit tout un aperçu historique et sociologique. Celui-ci fait entrer son travail (inédit jusque là) de plein pied dans l’histoire de la photographie. Ces clichés ont été pris plus de vingt ans avant les célèbres photographies d’E.J. Bellocq sur les prostituées de la Nouvelle-Orléans. Elles deviennent donc le plus ancien exemple connu sur thème aux Etats-Unis

 

Goldman 3.jpgLe photographe s’amuse avec ses modèles et celles-ci se prêtent à son jeu. Existe encore l’influence de la peinture sur l’esthétique photographique (Degas n’est pas loin). Tous ces corps ne sont jamais porteur de haine : ils subissent sans doute des excès d’amour ou du moins ce qui en tient lieu, voire une certaine oppression. Mais néanmoins elle n’est pas perceptible sans la recontextualisation des poses. Le photographe feint de jouer à la divinité phallique même s’il n’en est pas forcément le bénéficiaire. Il retient bien des flux, bride la frénésie en son regard attendri et souvent poétique.

Jean-Paul Gavard-Perret

Robert Flynn Johnson, « Working Girls », Glitterati éditions et exposition des photographies à la galerie Ricco / Maresca en novembre 2018.

01/09/2018

Sarah Haug et les elixirs du plaisir

Haug.jpgSarah Haug, "Rabbit Rabbit Rabbit", Galerie Quark, Genève, exposition du 14 septembre au 20 octobre 2018,

Les lapins permettent à Sarah Haug d’approcher au plus près l’intime de manière enjouée et ludique. Tout devient foisonnant dans ce qui se nomme l’existence sous toutes ses formes. L’éclat coloré du vivant ignore l’angoisse. L’artiste en dégomme la stature pour laisser place au plaisir. Le sexuel est là mais en impossible miroir même si théoriquement les lapins sont « chauds »…

Haug 2.jpgReste l’agitation tumultueuse du quotidien et du dessin. L’artiste l’apprête, l’habille de gribouillis de jouissance, des pamoisons des pigments acidulés. Jamais de pathos. En lieu et place la fête, la bamboche et la légèreté. La nuit des bouges tend vers le jour des aubes à tout coup et à chaque partie de poker.

Haug 3.jpgLa sensualité frissonne. C’est un carpe diem, une danse. S’y goûte les prunes de Cythère et l’eau de vie du même fruit. Face au concret l’art devient carnavalesque. Aux cavaliers de l’Apocalypse font place les lapins garnements que Disney n’avait pas pensé à inventer. Sarah Haug s’en charge. Certains connaissent l’acupuncture avec les flèches de Cupidon, d’autres oublient en des madrigaux aléatoires en puisant dans la nappe phréatique des alcools la puissance de leurs inconséquences notoires.

Jean-Paul Gavard-Perret

30/08/2018

Luminescences et traversées : Caroline Tapernoux

Tapernoux.jpgCaroline Tapernoux, « Luminances », Galerie Andata - Ritorno, Genève, du 13 septembre au 13 octobre 2018/

Ce n’est pas une pensée qui nous porte vers l’ombre et la lumière mais les images primitives et sourdes de Caroline Tapernoux. Avant d’atteindre le néant – ou ce qui se cache derrière - il faut que nous parvenions à les retenir. Seul cet assouvissement aura gage de notre vérité. D’autant que, pour nous sauver provisoirement, la plasticienne propose un flux persistant pour la dispersion insistante au sein du mouvement de la traversée. Nous ne pouvons rien faire d’autre que de nous laisser glisser. Nous ne mettons plus d’ordre, nous entrons par le mouvement des formes vers ce meilleur et inamusable moindre.

Tapernoux 3.pngL’espace se divise en deux pans : D’un coté l’ombre, de l’autre des banquises lumineuses en débâcle. Le lieu devient celui d’un chaos organisé d’agrégats aléatoires est baignée d’une clarté de limbe. L’espace est pris à contre-jour. Sommes-nous au Paradis ou déjà en Enfer ? Pour l’heure le suspens reste possible. Demeurent ces vagues rigides qui enflent puis, se retirant parfois, laissent un espace pour le glissement, la dérive ou la remontée.

Tapernoux 2.pngL’image est aussi nue, diaphane (presque irréelle) que métaphorique. Il s’agit d’une île. Pas n’importe laquelle : l’île d’Elle. Il s’agit de s’y perdre pour l’amour du mystère. Mystère veut dire mystique, mystique silencieuse. Partager son secret exige de garder le silence. Parler éloignerait toute sensation.

Jean-Paul Gavard-Perret