gruyeresuisse

28/08/2020

Le vent et la tempête : Georges Didi-Huberman

Huberman 2.pngIndividuel ou collectif le soulèvement est une prise de hauteur. Il est le témoignage d'un envol dionysiaque qui éloigne de l'autorité du divin et de son ordre. Et ce loin de la mélancolie. C'est une barrière renversée. Un embrasement. Là où la folie foule au pied un certain ordre de la foule par "ex-tase "- à savoir sortie. Du confort ou de l'aliénation mais loin de la lévitation mystique. Le Dévoilement reste en soi dans l'immanence et "l'innocence de l'instant" cher à Bataille. Pour  Didi-Huberman cette quête est celle de l'embrasement et du désir.

 

Huberman.jpgDes hystériques de Charcot - sujets du premier livre de l'auteur- jusqu'à aujourd'hui, l'auteur montre comment "faire le mur" dès qu'on en dresse un.  Publique ou non le salut est d'ici au nom de la mémoire car elle reste capitale. Mais il convient  encore de se la fabriquer....

 

 

Huberman 3.pngLe geste politique, entre réalisme et romantisme, casse l'istoire des styles. Et ce à partir d'un dessin de Courbet qui soulève les plis du vêtement et de l'histoire en devenant gros plan documentaire et allégorique au milieu des drapeaux et de la draperie. Une sensualité de l'aventure humaine se trace au nom d'une espérance. Elle est acquiescement, débordement, libération dans le trop de l'hors-soi au moment où celui-ci se dilate dans "l'infini turbulent"  (Michaux).

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Georges Didi-Huberman, "Soulèvements", Avec des essais de Nicole Brenez, Judith Butler, Marie-José Mondzain, Antonio Negri et Jacques Rancière, cill. Livres d'art, Gallimard, Paris

21/08/2020

Bruce Davidson : Manhattan transferts

Davidson Subway.jpgBruce Davidson a commencé à photographier le métro new-yorkais après la crise financière des années 1970. Elle avait décimé les programmes et infrastructures publics de la ville. Le métro en particulier était à son plus bas niveau quant à son entretien et sa maintenance. La criminalité y devenait galopante.

Davidson 2.jpgL'artiste a parcouru les lignes métro du Bronx jusqu’à Coney Island et Rockaway Beach. Il prouve qu'il n’est pas seulement l’un des grands photographes du 20e siècle, mais qu'il leur est très différent. Dès son plus jeune âge il a réalisé un long reportage photo sur un gang de rue de Brooklyn. Néanmoins - quittant le noir et blanc pour "Subway" - la couleur est devenue majeure afin de mettre en scène ce qu'il nomme "un corpus désolé".

Davidson 3.jpgDans cet univers sombre il a utilisé souvent le flash pour devenir chasseur d'images à découvert. Et cela l’a aidé à explorer la couleur, la passion et le sens. Il prouve qu'en dépit du contexte, la beauté est toujours possible en de tels lieux. Avec la couleur dit-il : "il se passait quelque chose". Et un tel travail représente la phase la plus importante de son expression artistique.

Bruce Davidson, "Subway", Galerie Howard Greenberg, New-York, été 2020.

14:49 Publié dans Culture, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

20/08/2020

Black Magic Flowers : Space Opera de Wladd Muta

Muta 2.jpgLa discrétion de Wladd Muta est inversement proportionnelle à l'ambition de ses oeuvres. Après avoir caressé "L'Œuf Noir du Plexus Solaire" (2012) il met en scène des éléments spatio-temporels équivalents à 17.000.000.000 de soleils. De tels corps célestes si denses que rien n'échappe à leur attraction ne peuvent même pas "théoriquement' être observés parce qu'ils avalent la lumière.

Muta 3.jpgCes trous noirs furent décrits par Einstein en 1919, mais la première photographie de leur caractère obscur fut réalisé il y a à peine plus d'un an. Wladd Muta les reprend et représente en gouache noire, aquarelle, résine gomme-laque et feuilles dorées sur papier Lokta, encadrées de métal noir mat. C'est une sorte d'hommageà leur forme et leur présence.

Muta Bon.jpgChaque œuvre offre une forme d'anneau ou de "disque d'accrétion incandescent". Le papier népalais choisi, les feuilles dorées et la densité du noir présentent en ces oeuvres un lien entre ce qui n'a jamais été vu mais qui soudain semble familier. Le tout en un jeu d'équilibre où le plus immense des déséquilibres est induit. Peut s'y deviner un odre ou un chaos. En une telle  fin l’on recommence jusqu’à l’épuisement par résurgence d'un début disloqué. Qu'importe si ne nous connaissons pas - de tels points noirs - le départ. L'artiste pousse le présent et fait face au passé en une  interrogation où le futur se déploie pendant qu'il est encore temps, pour nous provisoires terrestres. Sommes nous détournés de nos envols par une telle sève noire ?

Jean-Paul Gavard-Perret

Wladd Muta, "Les offrandes à la ruche du ciel", galerie l'Antichambre, Chambéry. du 4 au 19 septembre 2020.