gruyeresuisse

26/11/2019

Les œuvres "cachées" de Mounir Fatmi

Fatmi.jpgMounir Fatmi, "Keeping Faith, Keeping Drawing", Analix Forever,10 rue du Gothard, Genève, Novembre 2019.

 

Barbara Polla a présenté la première exposition solo de Mounir Fatmi à Genève en 2011 déjà : essentiellement des vidéos. Elle a réitéré en 2018 avec « This is my Body »  : 50 vidéos de l’artiste sur 50 écrans dans un espace unique, un projet présenté grâce à la complicité de Barth Johnson. Mais surtout, elle montre depuis longtemps les dessins de l’artiste, qu’elle estime particulièrement importants. « Keeping Faith, keeping drawing »  est cette fois ci la première exposition de mounir fatmi qui propose un ensemble de ses dessins, de 1999 à 2019.   Ils rappellent les thèmes fondamentaux de son oeuvre :  coupures, amputations, greffes et ré-enracinements ramènent à son expérience personnelle de l'exil : « On y trouvera un corps mutilé, composé, recomposé, comme une apparition ; un corps sans jambe, une jambe dans un autre dessin, et un cordon ombilical qui relie les corps ; beaucoup de détails que l’on retrouve dans mes vidéos. » écrit le créateur.

 

Farmi 2.pngL'artiste cultive un certain abrupt. Et la précision qu’une telle œuvre  est supposée offrir, cache les profondeurs ou les abîmes de l’être en perte de repère et en recomposition. Détruisant de diverses manières l'intégralité  humaine, Mounir Fatmi propose ni un rêve de réalité, ni une réalité rêvée mais tout ce qui se cache de nocturne, de secret, de fond sans fond dans l’exilé. Il met ainsi à nu l’espace et celui qui normalement l’habite.

Farmi 3.jpg

Le dessin permet - dans sa réduction essentielle - une complexification des formes et de leurs structures. C’est donc une forme d’apparition nécessaire qui ne laisse pas indemne puisqu’elle donne accès au surgissement d’une vision que le créateur ne cesse d'explorer. Le monde n’est ni bloqué dans l’évidence, ni enfoui dans le spectral : il s’ouvre, se profile autrement. Il émerge avec plus de relief et d’intensité puisqu’il est découpé dans certaines dimensions d’un art de la vibration qui par ses secousses nous ouvre à l’épaisseur du «si je suis» cher à Beckett. L’espace plastique ressemble à l’espace de la mémoire, mais il n’exclut pas l’oubli. Celui-ci reste une feuille qui se détache d’un arbre et mais que l’arbre n'oublie pas. Le devenir de l’œuvre a donc besoin de la perte mais une douceur remonte de celle-ci pour des renaissances de prochains printemps.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

21/11/2019

Marcia Resnick : espaces d'attente

Reznick Bon.jpgMarcia Resnick, Re-visions, editions Patrick Frey, Zurich, 2019, 104 p., 52 €.

Les éditions Patrick Frey de Zurich réédite le livre iconique de Marcia Resnick publié en 1978, encensé par Allen Ginsberg, Andy Warhol, William S. Burroughs et Lydia Lunch. Il est constitué d'un texte et d'une série de 48 photographies noir et blanc constituant un récit autobiographique qui met en scène l'adolescence féminine.

reznick 3.jpgL'artiste et photographe, figure de l'avant-garde new yorkaise, documente les communités artistiques de la ville depuis plus d'un demi-siècle. Ce livre plus intime est sans doute un chef d'oeuvres. La force des portraits de Marcia Resnick tient à leur violence sourde : celle de la blessure dont chaque personnage est victime et dont la photographie est la narration. 

Reznick.jpgL’artiste y est toute entière en son nom comme au nom de l’autre. Par ses montages se touche le bout de l’impossibilité d’être. Une fulgurance visuelle marque par la toute puissance de l’éros. L’artiste se détache de la mélancolie : le présent est fractal. Exit les rêves. Mais la médiocrité du monde n'a rien de complaisante. La photographie engage le corps dans une expérience impressionnante. Et il faut néanmoins savoir contempler de telles œuvres comme un appel intense à une traversée de la vie dans sa complexité.

Jean-Paul Gavard-Perret

18/11/2019

Le passé empiété de Mathilde Coq

Coq.jpgMathilde Coq brodeuse - et bien plus - ouvre à une démesure féminine. Ce qui n'empêche pas que sous les robes et des symboles (au besoin phalliques) se cache une petite fille et une princesse aussi. Néanmoins les princes charmants ne sont pas seuls à faire glisser les jupes des femmes. Au besoin celles-ci le font seules pour le redevenir jusqu'au bout des doigts et des ongles.

 

Coq 4.jpgExiste là une revendication à "transparêtre" dans un mystérieux miroir d’absolu et de chair. Car Mathilde Coq ose bien des audaces mais toujours de manière impeccable. Et si la pulsion fait naître des fleurs de désir l'artiste les infuse. La voyeuse ou le voyeur est dérobé au monde objectif et à elle ou lui-même. Se créent des portes et des empreintes au souffle parfois clair parfois indistinct entre le contact et la distance et de l'ordre d'un courant d’air, un passé empiété où l'atmosphère prend corps dans la chimère.

 

Coq 5.jpgSe respire la chaleur. Quant à la mélancolie elle est remisée dans une valise doublée des fils de soie de l'artiste. Agenouillée elle cherche les perles de son rire tandis que ses reins se cambrent. Et nous entrons dans un roman qui raconte un temps neuf où le plaisir du corps et de la pensée s’appellent et se ressemblent en une troublante délectation. La clé de certaines amours ouvre des vertiges. Ils chassent les nuages du lit des cieux pour les parures brodées de ciel de lit.

 

Jean-Paul Gavard-Perret