gruyeresuisse

13/10/2020

Paul Graham : on the road again

Graham.pngPaul Graham est un des grands photographes du temps. Il a inspiré bien des photographes couleurs britanniques. De Nick Waplington à Anna Fox, de Richard Billingham à Tom Wood beaucoup ont trouvé en lui le maître d'un paysage et portraitiste capable de donner un impact politique et social à tout ce qu'il suggère.

Graham 2.pngL'Anglais a aujourd'hui plus de 50 expositions à son actif dans le monde entier. Et Mack réédite "A1 - The Great North Road" son premier livre. Celui-ci reste le creuset séminal de toute son oeuvre. Ce livre fut autoédité en 1983. Tout est déjà en germe dans cette oeuvre qui est devenue le booster de la nouvelle photographie "réaliste" anglaise. La photo s'y fait document mais pas seulement.

Graham 3.pngLes êtres, les paysages, les constructions des années 80 deviennent l'occasion d'un reportage passionnant et désormais historique entre l'archaïque et le moderne des années Thatcher et du déclin industriel de l'Angleterre - principalement du nord. Cet album fut complété par "Beyond Caring" (1985) et "Troubled Land" (1986). Une telle trilogie reste sans doute le chef d'oeuvre de ce maître de la photographie"engagée" capable d'exprimer beaucoup plus que des milliers de discours.

Jean-Paul Gavard-Perret

Paul Graham, "A1 - The Great North Road", Mack, Londres, 2020

10/10/2020

L'image dans l'image : Cristina Rizzi Guelfi

guelfi 3.jpgSelon la suissesse Cristina Rizzi Guelfi "nous avons besoin d’un visage " pour assurer notre psyché selon un processus de reprise égocentrée ainsi réassuré. D'où le succès des selfies. Ils deviennent le système de narration et de petite comédie d'une auto-starification du pauvre particulièrement dans une époque où les réseaux sociaux tiennent lieu de communication aussi frénétique qu'illusoire.

guelfi 2.jpgMais toutefois Cristina Rizzi Guelfi détourne le selfie en illustrant à la fois son importance, son leurre, et comment ce dernier peut fonctionner. L'artiste en revéle les possibilités de tricherie de manière volontairement visible et tout autant enjouée. Elle prouve combien ce leurre est non seulement un attrape nigauds mais un attrape-toi toi toi-même. La  serie «nous avons besoin d’un visage [?]» est donc là pour se moquer d'une pratique obsessionnelle et  réparatrice.

guelfi.jpgLa créatrice, en remplaçant les visages par des photographies achetées à une banque d’images d'archives américaines des années 1950 et 1960, montre à la fois que le visage peut devenir ce qu'il est - à savoir un mensonge - et qu'une société mondialisée fondée sur l’apparence et l’image de soi, oblige à une convulsion médiatique liée à une sorte de blessure narcissique. La représentation d'une apparence physique tente de la colmater  au moment où le visage étant celui d'un autre reste néanmoins et par procuration le monograme d'une psyché ironiquement sauvée par la démonstration de la créatrice.

Jean-Paul Gavard-Perret

Cristina Rizzi Guelfi ,«nous avons besoin d’un visage [?]», https://www.instagram.com/cristinarizziguelfi/?hl=it

 

 

 

 

06/10/2020

Quand Jacques Abeille vient au bout de ses peines

Abaille.pngDans le cycle génial des"Conrées" qui a demandé plus de 40 annés de travail à Jacques Abeillea l'affection est rarement payée de retour tant il est vrai que les élans du coeur demeurent abstraits et non seulement chez les mères. Le génie de l'auteur consiste dans la création d'un univers fantasmagorique mais qui semble parfois d'un réalisme particulier. Il pourrait se toucher du doigt dans une indécise littétature de témoignage.

Abaille 3.jpgEt ce, au moment où l'auteur nous porte en des voies plus ou moins impénétrables particulièrement au moment où la saga se clot par absence de lumière comme par doute sur l'avenir d'un double mauscrit. Jacques Abeille l'ouvre et le ferme fidèle à la fois aux fantômes de Barthélémy l'écriveur et Léo Barthe double du créateur à l'heure "des dernières étreintes et de l'ultime énigme.

Abaille 2.pngComme un Claude Louis-Combet et avec autant de malice que lui, il propose un univers parallèle qui ne cesse de nous égarer et cela en solidarité sans faille avec des héros aussi mal lotis que nous sans que pour autant ils deviennent solliciteurs de la moindre clémence. Ils avancent, quittant d'immenses contrées, en des oueds qui auront plus ou moins irrigués jardins "statuaires" et déserts où les conflits n'ont cessé de converger en ce superbe roman de chevalerie. Celui-ci est moins dystopique que témoignage de force vives en apnée au sein de colonies pénitentiaires prophétiques au sein d'une épopée dissidente où le langage narratif tient plus que la vie elle-même. Fascinant.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jacques Abeille, "La vie de l'explorateur perdu", LeTripode, Paris, 2020, 304 p., 19 E..