gruyeresuisse

20/11/2018

Dewey Nicks : roue libre des froufrous

Nicks.jpgLe photographe américain Dewey Nicks a créé (pour des magazines de mode Vogue, Vanity Fair, etc) des photos énergisantes, libres, aux frontières de l'obscène mais sans les déborder. Son portfolio est riche des stars qui se sont prêtés à son jeu ; Cindy Crawford, Natalie Portman, Sofia Coppola, Patricia Arquette, Shalom Harlow et Cher entre autres.

 

 

Nicks 2.jpgRécemment il a sorti de ses archives (à savoir des boîtes à chaussures...) des centaines de polaroids qui étaient des préludes à ses travaux publicitaires ou de simples portraits de l'intime. Nicks y est donc plus libre que jamais. Il a choisi une centaine de ces oeuvres pour ce livre conçu avec son collaborateur et éditeur Ton Adler. Ces images parfois chimiquement ou techniquement imparfaites sont d'un naturel et d'une spontanéité rares.

Nicks 3.jpg

 

Il s'agit bien moins d'un mémoire du temps passé que d'un véritable "best of" du photographe. Les polaroids prouvent qu'il n'a jamais péché par excès de conformisme...Tout dans l’œuvre joue entre suspens et équilibre, renvoie le langage photographique à ses lisières. D’où la création d’une «archéologie» : l’énigme est reportée à une antériorité froufroutante. Elle confère une sorte d'innocence primitive au delà l'érotisme là où tout est rythme, jeu et fantaisie.

Jean-Paul Gavard-Perret

Edité par T. Adler Books, Santa Barbara

14/11/2018

Hopper au féminin : Hannah Starkey

Starkey 3.jpgDepuis le milieu des années 1990, la photographe nord-irlandaise Hannah Starkey travaille le sens du féminin à travers sa pratique de la photographie couleur. Les femmes jouent donc un rôle capital. L'artiste leur propose de devenir des partenaires - qu'elles soient amies, actrices ou anonymes rencontrées in situ. L'artiste crée un mixage entre le naturel et la sophistication comme Hopper sut le faire en peinture.

Starkey 2.jpgHannah Starkey soigne le cadre, la composition, les couleurs et la lumière pour créer des suites d'attente et de suspense en ses narrations poétiques et mystérieuses. Sensible à la lutte des femmes qu'elle connut à Belfast pendant la guerre civile des années 70 elle a vécu la violence de ce conflit dans une société patriarcale. Depuis l'artiste s'est apaisée et cultive une pratique de promeneuse et offre un contrepoint à une vision féministe radicale.

Starkey.jpgSe fondant sur les langages et les techniques de nombreux genres photographiques mais aussi picturaux, cinématographiques elle devient la poétesse expressionniste de la rue, du commerce, de la mode et des espaces afin d'explorer le pouvoir et la vulnérabilité des femmes. Elle s'interroge sur ce que veut dire appartenir à un tel genre en un univers qui demeure encore largement fait pour les hommes et par eux.

Jean-Paul Gavard-Perret

Hannah Starkey, "Hannah Starkey 1997-2017", Mack, Londres, 2018, 40 £, 45 E

12/11/2018

Rankin : femmes sans influences

Rankin 3.jpgC’est au début des années 90 que Rankin se fait remarquer au sein du néo swinging London : il réalise à la manière de David Bailey des portraits de la jeunesse musicale londonienne. Il participe à une série sur les clubs pour les teenagers intitulée «Blow up». L’artiste saisit une mode qui i- issue des années 60 - est reprise par les grands couturiers britanniques comme par les fouineurs désargentés pratiquant des braderies du samedi.

Rankin.jpgCelui qui a toujours voulu diriger le système de la mode à travers les photos qu’il en proposait a fait bouger les lignes en accomplissant progressivement un pas au-delà. Il s’est éloigné du contenant pour le « contenu » selon une démarche agressive, libertaire et propre à désenclaver une certaine idée de la femme et de la beauté.

Rankin bon.jpgElle n’est plus engluée ou empapaoutée dans des normes. Peu importe que les femmes soient âgées. Et pour faire concurrence aux photographes de mode du début des années 1990 il a produit des séries au cours de « séances concept » où le modèle sort des standards : « Ghost, Hungry?, Blouse de Big Girl, Sad Lad, Animal Fashion. L’artiste a donc réinventé toute une vision non seulement de la mode mais de la femme. Il ne pratique toujours avec son magazine « Hunger » dans lesquels toute image doit sortir du « cliché » et exister pour elle-même en affichant une liberté – qu’importe si elle peut choquer.

Jean-Paul Gavard-Perret

Rankin, « Unfashionable », Rizzoli, 2018