gruyeresuisse

03/05/2021

Boutheyna Bouslama : les livres sont faits pour marcher

 
sUSH.jpgBoutheyna Bouslama, "Livres perdus, nouvelles chaussures", coll. SushLarry, art&fiction, Lausanne, 2021, CHF14.90
 
Boutheyna Bouslama est cinéaste et plasticienne. Après un premier diplôme aux Beaux-Arts de Monaco, la Tunisienne s’installe à Genève. Son travail s’oriente sur ses  histoires et archives personnelles. À partir de cette matière première, elle met en place des dispositifs littéraires qui lui permettent de passer d'une vision personnelle à une prégnance plus large et collective. Elle réalise aussi des courts-métrages et documentaires qui relient étroitement l’intime et le politique.
 
Sush 2.jpgCe livre illustre sa stratégie en montrant comment exister en ayant un pied dans deux cultures - occidentale et proche-orientale. Pour comprendre le titre il faut revenir au propos de l'auteure :  "J’étais une étudiante de 28 ans, genevoise d’adoption, en pleine rébellion contre ses profs et ses parents. Je pensais avoir un futur tout tracé à Genève, en tant que femme artiste qui réfléchit sur sa société." Dix ans plus tard et après avoir travaillé sur la Syrie l'artiste écrit  "je ne suis plus une Genevoise. J’ai eu le plus gros râteau de ma vie, mon expulsion de la Suisse." Néanmoins elle a su rebondir.  Après un départ forcé pour non-obtention de permis de séjour, elle écrit  "Mon ADN a changé, mais il y a eu aussi pas mal de choses qui ont muté pour une meilleure version. Je trouve qu’à 37 ans, on a plus de moyens financiers et plus de couilles que jamais avant, et ça, c’est cool…»
 
Sush 3.jpgL'artiste ne possède peut être pas des "pompes" de princesse mais elle est bien dedans. Et elle s'impose peu à peu entre deux cultures.  Et ce, à  travers 18 lettres qu'elle adresse  parfois à ses parents, parfois à son éditeur, mais aussi à un establishment culturel auquel elle dit son fait. Dans un style radical aux références très diversifiées (de Beyonce à Fellini, de Carrie Bradshaw à Nizar Qabbani) elle revisite  bien des conceptions du féminisme. Elle constate au besoin sans fards le désarroi de l’état du combat  des femmes sous certaines latitudes. Elle souligne des absences coupables, enserre des pseudo-vérités et donne au monde et aux problèmes qu'elle aborde un peu d'air et un souffle neuf.  Soudain quelque chose respire. S'inscrit l'éphémère de ce passage d'une culture à l'autre, ou si l'on préfère d'une paire de chaussures à une autre. Revigorant.
 
Jean-Paul Gavard-Perret

25/04/2021

Vice-Versa : Dialogue nippon-suisse

Suisse 3.jpg"Tangible dialogue", "Vice Versa", Ilona Schwippel & Christian Balmer, Lausanne. Exposition janvier-février 2021 puis au Japon du 14 avril au 9 mai 2021.
 
David Bielander, Itto Mishima & Fumiki Taguchi, Esther Brinkmann, Shinji Nakaba, Sophie Hanagarth, Mikiko Minewak illustrent une nouvelle idée de la joaillerie. Elle se teinte d'originalité et d'humour là où la confrontation communicante entre deux mondes crée une belle unité. Il n'est pas toujours facile de repérer ce qui appartient à une culture ou à l'autre sauf a ceux qui connaissent bien de travail des divers créateurs.
 
Suisse 2.jpgSe retrouve ici la série "Bijoux de famille" de Sophie Hanagarth  imprégnée de symbolisme, de surréalisme et d’humour. Cette créatrice reste une  des figures majeures  de la joaillerie  de notre époque.Shunji Nabake lui répond par des pièces certes différentes mais dans le même esprit de finesse et d'humour.
 
Suisse.jpgFidèle à lui-mêmeDavid  Bielander crée des bijoux fascinants qui dépassent la simple parure. C'est d'abord  sous la direction de Otto Künzli qu'il a trouvé ensuite une voie non conventionnelle où l'expérimentation est au rendez-vous et les matériaux précieux radicalement détournés de leur forme originale.
 
Chez tous ces maîtres joailliers suisses et nippons l'objectif est de pousser les porteurs de bijoux hors de leur zone de confort. Tout ici demeure atypique et critique, à travers des œuvres aussi étranges qu'inattendues. Elles placent les créateurs au premier plan du design international de bijoux.
 

Jean-Paul Gavard-Perret

22/04/2021

Anaëlle Clot : Satori

Clot.jpgAnaëlle Clot, Espace Mercerie (anciennement ERGASIA), Rue de la Mercerie, Lausanne, avril-mai 2021.
 
S'inscrivant dans le programme d'expositions de printemps du CHUV, proposé par Karine Tissot, Anaëlle Clot présente une vingtaine de travaux récents, dessins, peintures et sérigraphies. Pour mettre en exergue la nature, l'artiste au besoin broie le noir comme les autres couleurs dans ce qui tient à un mouvement de poésie verticale et aussi d'apaisement.
 
Clot 2.jpgChaque pièce devient sidérale et sidérante, si bien que la nature qui ne cesse de naître et de mourir devient un chant que l'artiste semble inventer à la juste mesure de son souffle. Il est comme à la source de la source pour donner une manière régénérante de voir et de recevoir le monde là où l'originalité des oeuvres soulève le carcan des habitudes.
 
 
 
 
Clot 3.jpgAnaëlle Clot continue d'entretenir une relation native avec un point de calme en soi comme dans le monde. Et une telle oeuvre devient une inspiration profonde pour les temps présents. En de tels travaux l'énergie s'accorde à la justesse du vivant dans cette silencieuse coïncidence que les adeptes du Zen nomment "satori".
 

Jean-Paul Gavard-Perret