gruyeresuisse

17/08/2021

Bruno Stettler : le photographe et sa muse

co 3.pngBruno Stettler, "Corinne", Every Edition, Zurich, 160p., 2021. 
 
Bruno Stettler propose 80 paires de photographies prises dans les années 80 à Zurich et dont l'objet ou plutôt le sujet fut Corinne Corinne (aka Colli, Coco, Acid) que l'artiste présente ainsi : "Tu étais ma muse. Vous m’avez initié au monde de la musique pop et rock. Vous m’avez amené dans les coulisses après des concerts en direct. Vous étiez ma groupie. Vous m’avez initié aux drogues. Vous n’avez jamais eu peur (...). Tu étais ma copine, mon premier amour et mon modèle nu. Vous m’avez fait me sentir comme un vrai photographe. Vous m’avez accroché au mode de vie sauvage des années 80. Vous m’avez souvent touché le cœur. Vous avez façonné et enrichi ma vie de votre beauté, de votre humour et de votre amour. Je vous remercie infiniment »
 
co.pngCette série  devient une investigation dans la dualité du monde et de l’aliénation mais aussi des fragrances culturelles et urbaines par la mise en scène photographique capable de créer par sa structure des dissonances. L’objet physique de l'image et la situation de la muse qu’elle dépeint semblent se démettre en un dialogue entre le réel  et ce miroir. Une langue visuelle et gestuelle propose à la fois un plaisir et une angoisse. Ils ne dépendent autant de l’authenticité du sujet que de la pertinence de la construction photographique comme outil d’investigation.
 
co 2.pngStettler souligne un écart entre le visage et le portrait. La photographie prend en charge un certain dévoilement de l'identité et ouvre de nouveaux horizons sur une icône disparue. Le créateur est capable de donner à voir une vérité qui n'est pas d'apparence mais d'incorporation. Les portraits offrent une "visagéité" (Beckett) qui souligne la "fausse évidence" des figures "réelles". Ce "face à face" fait éclater les masques et prouve que tout grand artiste est celui qui se dégage de la fixité du visage pour plonger vers l'opacité révélée d’un règne énigmatique dont il ouvre les portes.
 
Jean-Paul Gavard-Perret

16/08/2021

Mali Lazell et Julia Haenni : du reportage à la poésie activiste du réel

All.jpgMali Lazell est photographe. Elle a développé une curiosité insatiable pour le portrait d’art contemporain à la fois visuellement et théoriquement, examinant ses sujets avec une précision intemporelle unique, alors qu’elle communique les paysages émotionnels et psychologiques complexes de chacun de ses sujets.
 
All 2.jpgElle aborde également notre apparence, les personnes que nous admirons et les secrets que nous essayons de garder, jusqu’à ce qu’elle les saisisse doucement avec son appareil photo et les transforme en art. Et dans ce livre (avec  Julia Haenni réalisatrice, écrivain et interprète) elle documente - et bien plus - la grève féministe du 14 juin 2019 en Suisse. Cette grève fut  historique. Plus d’un demi-million de personnes ont manifesté dans les rues et ont uni leurs appels à l’égalité entre les sexes.
 
All 3.jpgMali Lazell et Julia Haenni, étaient présentes et ont dépeint plus de 90 femmes en mots et en images le jour de la grève à Zurich. Le livre parle de ces grévistes. De leur force, de leur diversité, de leur solidarité. Et de leur courage de défendre leurs droits, de se mettre au centre de l’image. Elles font entendre leur voix, les femmes disent  sommes nombreuses et veulent plus, veulent tout. Et ce livre devient leur chant qui transforme leurs cris.
 
Jean-Paul Gavard-Perret

15/08/2021

Dans le coeur des villes : "Big City Life"

Big.jpgCollectif, "Big City Life", Cartoonmuseum Basel, Bâle du 13 février au 15 aout 2021.
 
À partir des célèbres gravures sur bois de Frans Maseel, témoignages impressionnants de la condition humaine dans la grande ville de l’entre-deux-guerres, l’exposition « Big City Life » au Musée des dessins animés de Bâle présente des originaux de créateurs de bandes dessinées qui ont réinventé la ville à travers leurs visions.
 
Big 2.jpgExiste là une  diversité de  formes et  contenus  de la bande dessinée (au sens large)  d’artistes  contemporains d’Europe et des États-Unis. Certains  célèbrent la ville comme un laboratoire de dynamisme et de modernité pour d'autres l'"l'immonde cité" baudelairienne est un lieu des vices. Certains encore s'y désespèrent, d'autres y découvrent une poésie au sein du chaos.
 
Big 3.jpgNous retrouvons l'humour corrosif et visionnaire de Sempé, les observations quotidiennes du pionnier du roman graphique Will Eisner. Et bien d'autres encore dont Art Spiegelman, le surréaliste Gabriella Giandellis, les folies d’Helge Reumann, les panels construits de Chris Ware, les dessins spontanés à la main de Yann Kebbi, les reportages peints naïfs du duo d’artistes magicien belges Thierry Van Hasselt et Marcel Schmitz. Tous donnent à la présence de la ville une force inédite.
 

Jean-Paul Gavard-Perret