gruyeresuisse

08/10/2016

Les raisins de l’adultère


AAAApingeot 3.jpgLa France aime ses monarques et s’entiche de leurs frasques. Pour preuve l’accueil laudatif de ses gazetiers (toutes tendances confondues) qui saluent les kilos de papier propres à envelopper les lettres d’amour du Président à sa donzelle. Au début de leur relation elle avait 20 ans, lui 46 : de quoi redonner de la verdeur au roucouleur charentais. Si l’on en croît ses missives il rêvait de glisser en elle comme dans ses pantoufles. Que l’amoureuse laisse descendre cul sec dans son cœur ces brouets sirupeux est pardonnable Que la critique chante la pompe du corpus compassé dans le plus pur style XIXème siècle victorien laisse interdit. Le prince y surjoue les Pierrot d’amour avant d’aller pousser plus loin son bouchon.

AAAPingeot2.jpgVirtuose de la viole de gambettes, il cultive du bis repetita placet. Compter fleurette est un moyen de tailler le bout de gras pour celui qui s’ennuie en conseil des ministres ou entre deux élections présidentielles. L’émoi du conformiste amant au surmoi pondéral reste d’un ennui crasse. Pas la moindre originalité; rien que du « Mignonne allons voir si la rose » sans la moindre épine. Manière pour le susdit de poursuivre d’assiduités surannées son Emmanuelle scolaire. Et il est étonnant qu’Anne Pingeot - aussi brillante  aujourd’hui - ait donné son aval à la publication d'un tel marivaudage conformiste où seules la morgue et la hauteur du commandeur n’ont rien d’artificielles. Quant à la littérature elle demeure lit (au ciel pudiquement évoqué) et ratures (sur la moindre malséance). C’est du prêchi-prêcha de bobonne compagnie, un cake étouffe-chrétien mâtiné aux raisins adultérins.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

François Mitterrand, « Lettres à Anne - 1962 – 1995 », Gallimard, Paris, 2016.

 

 

 

 

 

20:03 Publié dans France, Lettres | Lien permanent | Commentaires (2)

Iris Gallarotti : profondeur du dessin


Gallarotti 2.jpgIl faut au dessin "juste" une ouverture, unique et momentanée, une ouverture qui signe l’apparition comme telle. Mais ce "juste" n'est pas facile même si a priori tout le monde peut se penser dessinateur. Iris Gallarotti donne à son art une forme de dissemblance programmée. Elle touche au plus profond car le réel échappe à ses tenants et ses aboutissements. Lignes de fuite et fragmentations nous laissent orphelins de lui au profit de nos desseins et notre énigme. De minuscules traces d’encre apparaissent, s’accumulent, se dispersent selon des mouvements complexes où un certain érotisme n’est jamais loin.

Gallarotti.jpgIl convient de déambuler sans but dans l'œuvre afin de comprendre comment la masse du monde prend forme et comment les œuvres transforment leur propre statut. Elles sont le fruit l'histoire d'un combat entre la forme et l'effacement dans le corps à corps que se livre l'artiste devant la feuille de papier en sa quête d'une image-mère.

Gallarotti 4.jpgIris Gallarotti ne se veut pas chercheuse de trophée imaginaire à ramener chez elle mais d'un regard du plus profond de l'être, là où se trament notre vie, notre pensée, notre affect et notre corps. Au rêveur endormi fait place l’insomniaque rêveur sidéré par ce que le dessin étale et condense en transposant l’image du rêve dans un autre champ de perception sensorielle. L’hallucination est provoquée par effet de surface. Le dessin n’est plus équivalence, il n’est pas un portant visuel du réel mais son point de repère, son point de capiton, son nœud parfait qui n’a pas besoin de corde et qui donc ne peut être défait.

Jean-Paul Gavard-Perret

Iris Gallarotti, "Je de m…", "Tu me m…", Galerie Alexandre Motier, Genève, 2016 et  février1917, Local-Int, Bienne.

Emmanuelle Jude : ice-cream


Jude 2.pngEmmanuelle Jude, « un après-midi à Collioure », texte de Audrey Quintane, VOIX Editions, Richard Meïer, Lausanne, 2016, 32 pages.

Au milieu des tempêtes impossibles du temps de petits plaisirs demeurent. Le soleil l’augmente. Les êtres y demeurent. Seuls, là où il y a tant de monde. Comme le précise l’artiste « Ils attendent l’heure des vacances pour vivre enfin ! » Leurs activités préférées sont très simples : manger des glaces, entre autres. Cette activité érotise son corps, suscite le désir. Déguster une glace devient donc autant un luxe à bon marché qu’un leurre de l’économie des plages.

Jude.jpgEmmanuelle Jude en donne plus qu’un reportage dans la soudure et les amas de deux « corps » dont l’un mange l’autre en un moment très bref d’éternité. Tout fonctionne plus pour le plaisir de certains qu’à la volupté du plus grand nombre. La prétendue progression de l’humanité est l’arrangement subtil du système de plaisir capable de faire prendre les vessies pour les lanternes et de faire retourner le quidam à l’enfance. S’il ne faut jamais lui faire trop honneur l’acte peut s’élever tout de même comme principe dans la passivité d’un événement éphémère mais soudain immémorial. Il est vécu dans le présent comme revenant. La vie est sans promesse mais un temps suspendu reste en jaillissement. Preuve que sommes que matière. Une crème glacée suffit à le montrer.

Jean-paul Gavard-Perret

09:41 Publié dans Images, Sports, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)