gruyeresuisse

25/02/2016

L'homme dans sa ville : Jacques Berthet

  

Berthet.jpgJacques Berthet, "Un art de la disparition - Rumeurs sur la ville", Centre de la Photographie, Genève, 4 mars,- 8 mai 2016.

 

Jacques Berthet est un photographe paysagiste particulier. Il photographie la nature et les arbres de manière poétique plus qu'académique mais il est aussi photographe de la ville. La radicalité de ses saisies est substantielle. L'architecture rigide, stable, son écorce colorée créent paradoxalement des liens avec l'être même s'il demeure absent des prises. Le photographe retient toujours quelque chose qui est de l'ordre de la « rumeur », de l’appel : ce qui pourrait ailleurs être banal prend un flux nouveau. L’absence appelle la présence.

Sans doute parce que le Genevois revient toujours à la structure. Et son « photographisme » forge une méditation par ce qu'il crée. Il n’existe pas plus de sécheresse que de romantisme. Les déploiements de la nature ou de l'urbain sont autant de directions à suivre. Chaque prise imprègne le regard dans le jeu des lignes et des couleurs. La hauteur et de la profondeur restent fidèles à divers fondements ou fondations. Preuve que l'architecture est plus qu'une mécanique plaquée sur du vivant.

Berthet 2.jpgLa subjectivité de regard reste expressionniste. La création s'élabore au contact d'un « passif » que la photographie reconstruit. Preuve que l'errance émotive par elle seule n'est jamais suffisante. La création s'élabore sous la contrainte de forces extérieures. C'est pourquoi s'il existe des photographes partout, peu ont quelque chose d'intéressant à montrer. Une technique apprise ne fait pas une œuvre, le seul fantasme ne lui accorde pas de valeur et encore moins de vérité. A l’inverse, avec Jacques Berthet, Genève trouve une vérité qui ne correspond pas forcément au titre de l'exposition. Tout au moins la disparition n'entraîne pas l'effacement, elle grouille de rumeurs.

 

J-Paul Gavard-Perret

 

24/02/2016

Henry James : Isabel avait les yeux bleus

 

James.jpgHenry James, « Un portrait de femme et autres romans », Traductions nouvelles, édition d’Evelyne Labbé, La Pléiade, Gallimard, 2016.

 

Avec « Un portrait de femme » (1881) Henry James (encore sous-évalué bien souvent en francophonie) prouve une maîtrise parfaite sur le plan de l’écriture et de l’observation. Plus qu’un Flaubert avec Emma, l’auteur pourrait dire au sujet de son héroïne « Isabel c’est moi ». La comparaison entre les deux auteurs ne s’arrête pas là. Isabel caresse le même romantisme et la même passion pour les « choses de l’esprit » qu’Emma. Mais contrairement à elle, elle y sacrifiera tout : même celles du sexe (que son mari contribua à saccager).

James 3.jpgPassionné par ce qu’il nomme le " grand théâtre obscur " de la psyché humaine, Henry James scrute l'âme, le psychisme, les révolutions intérieures des consciences. Mais son analyse du comportement humain a le mérite de ne pas tout dévoiler. Dans ses Carnets (publiés en extraits dans ce volume) James avoue avoir laissé l’héroïne "en l'air", sans "la conduire au bout de la situation". Mais cela donne à « Un portrait de femme » toute sa puissance. Comme la vie en générale celle de l’héroïne reste forcément inachevée et répond à ce que le romancier écrivait dans la préface du livre " On ne sait le tout de rien ". C’est donc sous une forme complexe et mystérieuse que l’auteur devient un maître du « narcissisme psychologique ».

James pour dépeindre la vie de son héroïne décrit ses perceptions, les intensités variables de ses émotions. L’univers moral reste dès lors bien plus important que les actions proprement dites. L’auteur est - tel une Duras avant la lettre - moins sensible à ce que fait son personnage qu'à ce qu’elle voit, ressent, éprouve dans ses capacité d'absorption ou de réflexion. Mais l’auteur les met en même temps en abîme en feignant de rendre son héroïne quelque peu hautaine, ignorante et attachée à son image.

Ce qui est en germe dans ses "Nouvelles" est magnifié dans un tel roman. Sous le joug et le jeu complexe des relations dites civilisées, en Europe comme en Amérique se découvre les abysses humains. Le vernis des nantis ne cache que la corruption et l’argent reste la richesse la plus avilissante. James crée un univers aussi psychologique que social sans jamais chercher à plaire à un public. Il est en conséquence aussi proche de Stendhal que de Flaubert et possède la même force d’universalisme. Avec une beauté glacée en plus. C’est sans doute ce qui gène certains lecteurs vieux continentaux peut être désarçonnés par la perfection de celui qui reste le romancier majeur du XIXème siècle américain.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 (Photo du film de Jane Campion tiré du roman de James)

Un printemps suisse pour Marnie

 

Marnie 3.jpgMarnie Weber, « Once Upon a Time in Forevermore », Mamco, Genève, Printemps 2016.

 

La plasticienne américaine Marnie Weber est issue de la scène musicale underground californienne entre autre avec le groupe punk rock « The Party Boys » puis "The Spirit Girls », collectif féminin et féministe. Pluridisciplinaire l'artiste crée photomontages et sculptures à l'univers onirique décalé empli de contes de fées pervertis et pervers. Marnie Weber puise son inspiration  dans la contre-culture, le néo-gothisme, le  surréalisme comme dans le western, le spiritualisme. Tout ce monde doit beaucoup au cinéma Bis hollywoodien et à la culture populaire made in USA. L'excès de zèle gothique noir doit être compris comme une plongée aussi ironique qu’éperdue dans la métaphore angoissante mais aussi cathartique de notre monde.

Marnie 2.pngEn surgissent un bestiaire fantastique et une peuplade de créatures féminines au visage masqué et à la dégaine farfelue. L’exposition du Mamco met particulièrement l'accent sur les collages, sculptures, costumes, vidéos de l’artiste. Le malaise y est une constante au sein des jeux d’oppositions entre l’enfance et l’âge adulte, le féminin et le masculin, l’humain et la bête, la vie et la mort. La porosité des pratiques est au service d’un monde parallèle  dont les lois sont dictées par les délires de l’inconscient. Marnie.jpgLe décor réalisé pour Genève (inspiré de « Sing Me a Western Song » (2007) est celui d’un western dont les édifices sont réduits à des façades de fête foraine. Aux cow-boys sont substitués des clowns, des animaux, des poupées ventriloques et des épouvantails dignes d’une soirée d’Halloween et d’un univers de « freaks ». Le mystère naît d’un « Bricol-bat » hors de ses gonds : s’y promener est vivifiant.

Jean-Paul Gavard-Perret