gruyeresuisse

18/06/2021

Claudio Moser : chiennes de vies

Moser.jpgClaudio Moser, "Chien errant", Centre de la Photographie de Genève, du 23 juin au 22 août 2021
 
Cette exposition se présente comme une rétro-prospective sur la base de l’archive sous forme de bibliothèque. Elle met l’accent sur des notions de temporalité dans une œuvre qui est plutôt identifiée à la représentation photographique de toutes sortes d’espaces. Elle est constituée de trois composantes propres à son œuvre : une "walking meditation" en format vidéo, ses livres et la série en cours "nothing to do nowhere to go".
 
Moser 3.jpgClaudio Moser y reste fasciné par la fluidité de la verticalité et son attention portée aux infinis reflets de l’attente. Les étendues paisibles des paysages comme des architectures brillent de leur souffle ascendant comme aboutissement même s'il existe des risques de tempêtes. Le réel est néanmoins expurgé de ses méandres et donne à l’extase visuelle l’odeur  pénétrante des senteurs d’épure et d’effluve. Pour autant rien n'est donné pour acquis.
 
Moser 2.jpgDès lors l’immensité rejoint ce qui la raccroche au monde. Des lignes se fixent pour gagner sur le chaos ou sur la liberté. Le réel - fléché vers le haut  mais parfois comme "empêché" - n’opte pas pour autant vers  une révélation mystique. Simplement au sein de l'errance l'espace se  rebâtit selon une vision où la sérénité tente de remplacer l'angoisse qui néanmoins filtre ça et là. Un front avance et s'élève. "Atmosphériquement" suspendu, immobilisé par la photographie il est reconstruit par une force d’érection qui invente une poésie de l'espace plutôt rare dans la photographie et l'art du temps. D'où les fables composites de tels lieux là où le créateur signale toujours un passage au sein des entraves.
 

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.