gruyeresuisse

11/06/2021

Nègre Blanc de Maupas

Cauda.jpgJe bois la lune car toute source s'y perd  en attendant qu’elle brille. L’un me dit que mon ancienne sobriété cause ma perte et la fumée ma mort. Mais je réponds d’un absolu mutisme plutôt que de le jeter à la volée un « sus aux sages ». Je me veux abominable loustic en affirmant que les coupables ne sont pas les esprits mais les hommes. Pour preuve les holocaustes ne leur font ni chaud ni froid ; ils rient de l’apocalypse et rendent désespérable le dieu qu’ils ont inventé de toute pièce. En déshonneur de leur intime "ite", reste la Damassine pour  faire tourner les têtes en grands cercles sous la lampe des bars de la Pontaise ou du Désert. Autour se dressent sous un ciel magnanime des tours, fleurs de l'Apocalypse. Et parce que la vie meurt entre les reliques de ses grimaces, l’être cherche la source et trouve l'eau de vie. Il découvre désormais  la réponse non au sommet de l’amour mais au fond de la peur.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Peinture de Jacques Cauda
 

09:34 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Dans la peur on trouve de mauvais esprits.

Écrit par : Rémi Mogenet | 12/06/2021

Les commentaires sont fermés.