gruyeresuisse

09/05/2021

Les enchantements rigoureux de Francesca Di Bonito

Di Bonito 2.jpgFrancesca Di Bonito puise dans ses études artistiques et dans son expérience du reportage la matière d’une œuvre hybride et protéiforme. Photographe et plasticienne, elle interroge les dynamiques sociétales au centre des enjeux contemporains. Elle utilise surtout la photographie (mais pas seulement) comme narration de ses récits métisses. Dans "Organic Selfies", par exemple, elle se regarde dans le miroir "vérifie sa conformité, enregistre les différences qui définissent une identité : le passage du temps sur la peau marque les signes d'une inexorable avancée."  
 
Di Bonito.jpgElle inscrit par ses prises et leurs rehaussements le quotidien du corps et certaines métamorphoses  de l'intime. Et ce au moment où l'appréhension tactile disparaît par l'anonymisation des corps qui suit son cours et augmente. Pour la créatrice il s'agit de passer outre par sa propre image au-delà du simple paraître ou de l’embellissement. Certes l'artiste d'une certaine manière se cache là où l'épiderme est ironiquement encadré par des motifs et des effets numériques. 
 
Di bonito 3.jpgSurgissent des apparitions jouissives  sur des peaux anonymes où est proposé une variation sur le thème de l'identité. L’anatomie humaine reste présente selon des procédés d’intervention artisanale sur la matière photographique. D'où dans toutes ses séries une narration  par métamorphoses du réel ou de statues et d'objets vernaculaires dans une oeuvre polysémique.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Voir le site de l'artiste.

Les commentaires sont fermés.