gruyeresuisse

27/04/2021

Nan Goldin : femmes entre elles

Goldin 2.jpgLes oeuvres de Nan Goldin résonnent  comme  une suite de portraits de famille. Elle touche toutes les générations et tous les rôles voire les addictions.  Si bien qu'un journal intime au fil des ans se transforme en une révélation poétique de la vie des femmes et les fortes  relations et secrets qu'elles partagent.

Goldin 3.jpgTout un univers d'âmes et de corps est créé en une succession  de  scènes intimes, détails, moments d'émotions de calme ou de profondeur. Existe  entre la photographe et le sujet une union implicite. S'y découvre  la puissance autant des femmes que celle du médium photographique.

Goldin.jpgLes émotions figées dans les images représentent la mémoire qui ne sera pas perdue. L’histoire continuera. La photographe oeuvre vers  un point de vue plus universel par l'attention et la délicatesse du regard. Et ce jusqu'au milieu des terreurs et des limites de la pandémie mondiale. Goldin arrive à un endroit où le temps est cristallisé par la présence, le calme et l’intimité.


Jean-Paul Gavard-Perret

Nan Goldin : Memory Lost,  Marian Goodman Gallery, NewYork,  du 27 avril au 12 juin 2021.

Les commentaires sont fermés.