gruyeresuisse

22/04/2021

Eric Poindron : ménagerie de verre 

Poindron.jpgEric Poindron  ramène à ses auteurs et créateurs de chevet : Diderot, à Dickens, Carroll et bien d'autres. En son voyage de "noceur famélique" capable de faire la bamboche  mais selon une vieille sagesse il sait repérer ce que lecteurs et regardeurs lambda laissent dans les mares. D'où ce dépeçage aéré dans une montagne de livres que "'sans grade au labeur, somnambule échevelé " il tire la substantifique moelle.
 
Nous dérivons en compagnie d'un auteur aussi épique que drôle. A travers la vie de fantômes et de magiciens se pose la question de savoir quel intérêt aurait un écrivain à avoir de l'imagination. Et à travers sa propre "folle du logis" Poindron fait traverser des routes glissantes de souvenirs qui à force de musarder deviennent d'admirables mensonges qui font des bonhommes de neige des marchands de glaces.
 
Nous comprenons très vite qu'avec un tel guide les nuits portent conseils. Nous nous retrouvons en apesanteur dans les "Salles" des secrets qui sont autant des consistoires de combinaisons aléatoires d'automates ou de masques que des propositions à des jeux de miroirs. Tout devient possible même "d'ouvrir la porte secrète des arbres de la moyenne montagne et de l'enfance". Mais comme Chez Carroll  elle débouche sur une autre et une autre encore afin que de l'ensemble flou des nuits d'antan une lumière noire fasse le jour.  
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Eric Poindron, "Le voyageur inachevé", Le Castor Astral, Montreuil, 15 avril 2021, 240 p., 16 E..

Les commentaires sont fermés.