gruyeresuisse

08/04/2021

Le "Living Theatre" de Gianni Motti

Motti.jpgGianni Motti est un artiste contemporain suisse iconoclasme. Dessins, installations, performances, actions, vidéos, photographies lui servent très souvent de ce qu'il nomme ses "revendications" qui marie une forme d'appropriation à un terrorisme ludique et l'humour acerbe.Motti 2.jpg
 
Il fut un temps (1986) où il revendiqua l’explosion de la navette spatiale Challenger. Elle passa même par les agences de presse, auxquelles il envoya la photographie de son visage couvert d’une cagoule noire, tenant la une de La Repubblica titrant sur l’accident mortel. La photographie s’accompagne d’une lettre de revendication, en majuscule, avec une étoile noire cerclée en guise de logo.
 
 
 
 
Motti  4.jpgMais il ne s'est pas arrêté  en si bon chemin. En 1992 il revendique un tremblement de terre californien ainsi que plus  des tremblements de terre alpins. Se définissant comme autodidacte son oeuvre reste en prise sur le réel non seulement tectonique et technologique mais économique, politique et même sportif.
 
 
 
Motti 3.jpgSon actionnisme indirect provoque comme conséquence directe  ses œuvres d’art. En 1996, il se présenta  comme candidat, depuis la Suisse, aux élections présidentielles américaines. Un an plus tard il s’invita à la 53e session de la Commission Internationale des Droits de l’Homme à Genève où il parvient à occuper le siège vacant du délégué indonésien et prend la parole en faveur des minorités culturelles. Mais ce ne sont là que quelques exemples de ses bienfaisantes mauvaises actions. Elles prouvent que l'art garde toujours quelque chose d'intéressant à dire et montrer en le transformant en un "living theatre" espiègle et engagé.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
De l'artiste : Gianni Motti, Monographie, Presses du Réel  et Migros Museum, Zurich, 264 p..
 

Les commentaires sont fermés.