gruyeresuisse

17/03/2021

Thierry Radière et le passé empiété

Radière.png"Pourquoi faut-il toujours / que le passé resurgisse / au moment où l'on croit / qu'en écrivant on se libère" ? Telle est bien la question essentielle. La réponse est en elle. Nous pédalons toujours dans la choucroute. C'est un effet de la nostalgie. Mais elle permet néanmoins de beaux - à défaut d'être bons - retours. Qu'ils soient gagnants n'est pas sûr mais ils permettent au discours - ou plutôt au poème - de se poursuivre.
 
Thierry Radière le prouve. Les ratés de l'enfance rendent le présent moins sourd et cela permet de s'arranger avec ce qu'il est. Ce qui fut est donc une sorte de consolation. Voire plus. D'autant que les poètes - selon le nôtre - ont deux vies : "une des écrits originels", l'autre en imitant "la fulgurance de la première existence".
 
Radière 2.jpgEst-ce à dire qu'entre les deux un gain est possible  ? Selon Radière c'est possible car de cette manière nous nous sentons plus vivant. Preuve que l'entêtement à écrire cache bien des satisfactions. Il n'existe donc aucune honte à se sentir complice de ce que tout poète organise.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Thierry Radière, "Ente midi et minuit", coll. Vermillon, La Table Ronde, Paris, mars 2021, 336 p., 17 E.

11:35 Publié dans Lettres, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.