gruyeresuisse

15/03/2021

Nature et culture selon Hans Ruedi Giger

Giger.jpgH.R. Giger, modeste parmi les modestes, resta un Artiste en quelque sorte un artiste maudit peu reconnu de son vivant. Proche du symbolisme et du surréalisme, le Suisse reste un maître anticipateur de la science-fiction. Il sera appelé par Ridley Scott inspiré par ses dessins. Giger maître des noirceurs gothiques et des pentes vaginales inspire "Blade Runner" et ses Aliens. La force vive des créatures donne des tensions biomécaniques par leur mise en abîme.
 
Giger 2.jpgL'artiste perturbe le réel et rationnel par la force de ses images souvent sexuelles parfois morbides ou déviantes. Il reste ainsi face à la méthode scientifique, celui qui insère une puissance cosmique à la Lovecraft et que reprendra Cronenberg. Existe une plongée dans un tel domaine biomécanique qui explore des champs de l'imaginaire là où l’androïde est autant positif et négatif.
 
Giger 3.jpgCe mélange humain/machine, ce cyborg-univers provoque fascination dans le mixage voire la fusion de la chair et du métal. H.R. Giger prouve par ses monstres que lorsqu'on en soulève le capot ce n'est pas de la lumière qui se dégage mais plutôt du pus, du sang et de l’huile de moteur. Tout cela réveille divers types de pulsions en prouvant que la technologie fait partie de nous et de notre sado-masochisme chez le Suisse aussi lumineux que glauque, animal et divin.
 
Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.