gruyeresuisse

11/08/2020

Les sentiers de la création de Nicolas Delaroche

Delaroche.jpgNicolas Delaroche & Gabrielle Boder, "Tropographies 2015-2020", Tsar n°24, Indiana, Vevey, 44p. ;2020 CHF 25.

"Tropographies 2015–2020" est constitué d'un double ensemble. Il réunit une sélection de photographies manipulées et réalisées par Nicolas Delaroche dans 41 lieux d’expositions en Suisse et à l’étranger. Elles sont accompagnées d’une collection de formes abstraites issues de croquis d’architecture créés par l’artiste dans ces mêmes lieux, et d’une série de textes rédigés par Gabrielle Boder.

Delaroce 2.jpgLe livre devient une "conversation" en acte entre les deux créateurs et pour le lecteur une errance qui tient du  jeu de piste et du labyrinthe dans les lieux physiques et virtuels des expositions. Tout en couleurs vives cet ouvrage devient la narration d'équilibre de bien des déséquilibres : ils ne sont pas infligés mais laissent le regardeur abasourdi et sonné.

 

Delaroce 3.jpgImplicitement Kafka y rencontre Grök dans cet Ikéa très revisité. C'est du chateau en Espagne mais pas de la roupie de cents sonnets (sinon ceux que Boder écrit à sa façon et ce non en garde mais fantassin de cette aventure). Tout un détournement de la matière des images prend corps pour recomposer les espaces à venir ou les abandonner dans ce livre qui - plus qu'un autre - mérite le titre d'une collection fleuron et historique de Skira : "les sentiers de la création".

Jean-Paul Gavard-Perret

08/08/2020

Sabine Weiss : les lumières de la ville

Weiss.pngSabine Weiss est née en 1924 à Saint-Gingolph. Elle commença son travail de photographe chez Paul Boissonnat à Genève. Selon elle "ce n'était pas une lumière" mais elle y apprend la technnique et comprend très vite que la lumière comme source d'émotion est capitale et va la rapprocher des grands photographes qu'elle rencontre à Paris : Robert Doisneau entre autres.

 

Weiss 2.pngAprès trois ans comme assistante, elle ouvre son premier atelier de 25 m carré. Poussant un peu les murs elle y restera très longtemps. Au début elle pratique le troc pour survivre avant de devenir photographe de vitrines au magasin du Printemps "à soixante (clichés) à l'heure". Puis elle travaille pour tous les grands magazines américains et la publicité. La photographe reste très polyvalente et traite tous les sujets (même les couches pour bébés...)

Weiss 3.jpgElle est connue surtout pour ses portraits (Dubuffet, Giacometti, Miro, B.B. et bien d'autres et des inconnus). Existent dans ses photos toujours une douceur et une attention bienveillante. La créatrice cultive naturellement un humanisme. Elle reste un modèle sur le plan technique et la composition mais surtout par son regard. Celle qui se dit artisane plus qu'artiste demeure une référence absolue dans l'histoire de la photographie et ses oeuvres se retrouvent dans les musées du monde entier.

Jean-Paul Gavard-Perret

Sabine Weiss, Musées de l'Elysée, Lausanne.

03/08/2020

Humour, faste et poésie : Nathalie Gradeler

Gradeler bon.jpgNathalie Gradeler crée une oeuvre subtile et non sans humour. Soudain la vision bouge vers un règne particulier : tout prend une hauteur et distance mais fait le jeu d'un rapprochement où l'effet est à la fois de miroir mais aussi de décalages. Partant de l’idée que «Le monde est tout ce qui a lieu » (Wittgenstein) la créatrice en isole certains éléments ou phénomènes pour s’opposer à une vision éphémère de la réalité, pour introduire une notion d’outrepassement de temps ou de ce qui s'y passe.

Gradeler 2.jpgPar cette appréhension qui saisit divers types de relations internes et externes, la plasticienne suisse crée ainsi de petites histoires sans parole (elles seraient superfétatoires) pleines de mystère entre ironie ou sacralité. Chaque "narration" s’appuie sur le réel mais la créatrice n'en retient pas des détails pittoresques mais ceux par lesquels l'anecdote crée une expérience visuelle inédite.

Gradeler.jpgA partir de sensations, de pensées en situation s'ouvrent et s'opèrent des injonctions plus que des "témoignages". Toute exige dans une telle oeuvre une préparation, une mise en gestation. Dès lors une porte d’entrée particulière bée sur le monde. C'est une occasion de se poser des questions sur "ce qui arrive" là où tout est sobre et magistral. Le peu prend des dimensions inattendues et justifie un tel travail de poésie pure.

Jean-Paul Gavard-Perret