gruyeresuisse

05/04/2020

Les (belles) indifférentes de Fabien Queloz

Queloz 2.jpgLes nues de Fabien Queloz sont (forcément) loin de la nuée des foules. Mais les  corps ou plutôt leurs saisies se refusent à la sursaturation d'émotions charnelles ou divines. Les impeccables silhouettes restent comme sans projet, au fil des jours qui passent. De Neuchâtel, le créateur retient - des "passantes" baudelairienne qui deviennent ses patientes - instants de suspens, yeux ouverts, yeux fermés, montrées ou cachées (en partie). Elles demeurent sans véritable attente en pensant peut-être que tout est plus ou moins foutaise.

Queloz.jpgPour atteindre cette ambiance intime et distante, le photographe crée des moments sans pression au sein de la théâtralité picturale de ses mises en scène. Les modèles restent fermées voire parfois repliées sur elles-mêmes dans leur splendide indifférence en des lieux qui les tiennent à l'abri du monde. Nulle doctrine gouverne les prises sinon la beauté. Le regardeur peut être sensible plus à un déchirement qu'à un climat libidinal même si la sensualité est présente. Sans toutefois  que le créateur cultive l'ambiguïté  (sinon juste ce qu'il faut) au sein d'histoires qui ne se veulent pas des drames ou des comédies des sens. Elles sont créées afin de pousser la connaissance au-delà de certaines "convenances".

Queloz 3.jpgFabien Queloz sait mettre en scène l'eros et son hybris tout en retenant les possibles dérives. Il donne à l’écriture plastique les moyens de rendre simultanément le charnel et son surplomb réflexif. Le corps parle au corps par l'esprit, et l'âme à l'âme à travers le corps. Clôtures et ouvertures plus que des invitations sensorielles révèlent des profondeurs de la femme dégagée de l'hypocrisie du vêtement. Son corps devient un lieu aussi mental que sensoriel par lequel le regardeur peut se laisser vampiriser là où le nu paradoxalement peut désincarner.

Jean-Pau Gavard-Perret

www.fabienqueloz.com

 

30/03/2020

Corinne Vionnet et le système des images

Vionnet bon.jpgPour chacune de ses créations et afin de donner à voir un monument ou un lieu, Corinne Vionnet visualise une somme innombrable de clichés afin d'en "épuiser" la forme : "Je collectionne plusieurs de ces images, de jour, de nuit, selon différentes saisons, différents cieux, etc.". Le choix de chaque lieu est fait selon des statistiques touristiques et les brochures de tourisme qui symbolisent une destination : Monument Valley pour l'Ouest américain, la Tour Eiffel pour Paris par exemple.

Vionnet.jpgNéanmoins ses "Photo Opportunities" deviennent une interprétation  et une pénétration subtiles en un travail par couches successives des clichés consultés et compilés. Lors de la fabrication de l'image surgit la fusion de tout ce corpus et jaillit la magie de telles transformations. Une organisation s'élabore. Pas n'importe laquelle : celle propre à donner un filtrage absolu et une forme de transparence. L'artiste de Vevey renvoie à notre mémoire collective, à l'influence de l'image standard sur notre regard et à une manière de souligner les raisons de notre déplacement touristique et le besoin de consommation paysagère.

Vionnet 3.jpgCorinne Vionnet d'une masse à la fois distincte et indistincte crée un effet de regard sur le regard par l'isolement de sa propre création. Comme elle l'a fait aussi avec sa série "Total Flag" sur le drapeau américain et ce à quoi il renvoie. Contre la massification la créatrice repense le monde et le totalitarisme des images. Elle sait bien ce qu'il en est puisque - avant de se consacrer à l'art - elle a étudié le marketing et a compris ce qu'un tel management engage sur le "mob" (la populace) où l'être humain peut disparaître au sein des repères où il se dissout.

Jean-Paul Gavard-Perret

23/03/2020

"Un souffle sans poids" : lumières d'Anne-Marie Jaccottet

Jaccottet.jpgAnne-Marie Jaccottet privilégie l'aquarelle et le pastel pour renvoyer au monde une image poétique.Ces techniques - sèche pour l'une, fluide pour l'autre - absorbent les couleurs, en retiennent ou restreignent leur élan, réduisent la part de l'ombre dans une diffusion où les formes tendent à se fondre au sein de la lumière. S'y devine une relation étrangement directe, confiante mais comme éphémère avec le monde dont l'artiste saisit les beautés à l’improviste.

Jaccotet 4.jpgSouvent l'artiste crée des natures mortes avec des fruits que quelquefois elle a laissés sécher : oranges, pommes, pamplemousses, grenades et surtout kakis "à cause de leur forme, presque carrée, et de leur couleur, d’abord jaune, orange, puis quand ils ont mûri sur le rebord de la fenêtre, rose, et quelquefois couvert de bruine" écrit l'artiste.

 

Jaccottet 3.jpgLa native de Saint-Aubin (près de Neuchâtel) crée de manière instinctive sans préparatifs - même si bien sûr tout un travail mental a longuement fait mûrir chaque projet. L’esprit touche ensuite à sa négation et son contraire afin de créer devient un événement nu. Il réinvente la nature jamais de manière imitative, avec une grande délicatesse de composition. Une telle finesse d'observation rend le monde plus léger là où selon Philippe Jaccottet , "circule partout un souffle sans poids".

Jean-Paul Gavard-Perret