gruyeresuisse

26/05/2017

Alain Duault dans la peau dégraissée du monde

Duault 2.jpgAlain Duault sait rappeler les riens qui font. Il suffit par exemple que la femme aimée « caresse d’un seul doigt la joue » pour casser nos insomnies et les débarrasser de leurs vases et brumes. Ces riens - contrairement à ce qu’indique le titre - ne se sont pas retirés totalement : l’écriture les tient. Et non par effet de nostalgie. Il arrive même que le désir soulève des jupes et fasse tourner les pages du livre existentiel. Certes « la douceur de vivre est périssable » mais contre la déliquescence et la putréfaction, le poète se rêve en deus ex machina d’épiphanies.

Duault.pngSous des rappels littéraires implicites ou non, des aurores rimbaldiennes restent au rendez-vous. Au sel des larmes répond un parfum de femme. Et si peu à peu les questions s'affaissent, l'être demeure en sinon salut, du moins consolation. Un pathétique particulier évoque l’absence mais refuse toute graisse lyrique. A côté de ce qui s’efface reste un inconnu : il n’est pas à entendre au neutre. Car Duault affirme un advenir à soi qui résiste aux abîmes. Là où la blancheur et le silence pourraient arriver, jaillit la musique sensuelle de l’être. Celle-ci n’est en rien « le plus abstrait des arts » (Schopenhauer) elle dit que la lumière existe même lorsque l’ombre avale les chemins.

Jean-Paul Gavard-Perret

Alain Duault, « Ce léger rien des choses qui ont fui », coll. Blanche, Gallimard, Paris, 2017

11:01 Publié dans Lettres, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

24/05/2017

Lilian Bourgeat le passe muraille

Bourgeat.jpgLilian Bourgeat, Exposition, Fondation Claudine et Jean-Marc Salomon, Manège du Haras, Annecy, du 10 juin au 15 octobre 2017.

 

 

 

Bourgeat 2.jpgLilian Bourgeat est passé maître dans le surdimensionnement d'objets du quotidien. Son œuvre reste une succession de gestes et d'opérations. Il y a toujours la fulgurance drôle presque absurde d’une épiphanie volontairement imparfaite, perfectible et inachevée. L’artiste sait qu’il faut en tirer partie afin d'influencer la sensibilité du regardeur. De l’humour implicite naît la contemplation qui peut devenir mystique, si être mystique c’est se laisser dévorer vivant pour ne plus tomber nez à nez avec le réel.

Bourgeat 3.jpgPar élargissement rien n'arrête l'ouvert. L’artiste jette des formes dans le temps afin qu’on pêche diverses directions. L’artiste a compris que les images comme les heures fixes comprennent les heures en surplomb et que l’univers est réel comme trou : ils ont la même consistance. Un vaste système de signes se construit implicitement. L’intention de l’artiste se « réduit » à n’être qu’un ferment. Mais l’œuvre finalement va bien au-delà de ses intentions. Et si on demandait pourquoi l’artiste compose de tels agrandissements il répondrait sans doute que c’est pour voir se produire chaque fois un curieux « miracle ».

Jean-Paul Gavard-Perret

 

16:48 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Le grand Plouf ! d’Erik Kessels,

Kessels 2.jpg« Etriphotographe », passionné par les expériences visuelles multiformes et fonctions, Erik Kessels est un artiste néerlandais qui ne photographie pas. Ou peu. Il s’empare de « vieilles » images pour en faire la synthèse, les déconstruire et les recontextualiser au moyen d’accumulations ou de décadrages.

Kessels 4.jpgLe photographe si particulier n’exclut rien, retient tout, préfère au besoin les pieds au visage et dans une de ses séries fétiches il suit une femme qui s’est fait photographier toute sa vie dans l’eau. D’où ce regard particulier porté aux êtres comme aux objets et jusqu’au détritus. La beauté n’est pas forcément le sujet premier : néanmoins elle existe eau moment où Kessels réactualise notre regard par son point de vue décalé, iconoclaste et désacralisé.

Kessels 3.jpgDans ce continuum ou plutôt ce "discontinuum", une part importante est laissée à la rupture comme aux répétitions sérielles. Dans l'espace du non-dit, l’image se libère. Elle est exhaussée de la durée par la fragmentation et une marche – ou une nage - sans fin. Il s’agit toujours de commencer, partir, puis à nouveau recommencer à partir, dans ses jeux de répétitions, de variations, d'ordres et de contrordres. Ils permettent à Kessel d'explorer des contrées inconnues.

Jean-Paul Gavard-Perret

« The many lives of Erik Kessels », Camera – Centro Italiano per la Fotografia, Du 1er juin au 30 juillet 2017, Turin.