gruyeresuisse

12/11/2018

Rankin : femmes sans influences

Rankin 3.jpgC’est au début des années 90 que Rankin se fait remarquer au sein du néo swinging London : il réalise à la manière de David Bailey des portraits de la jeunesse musicale londonienne. Il participe à une série sur les clubs pour les teenagers intitulée «Blow up». L’artiste saisit une mode qui i- issue des années 60 - est reprise par les grands couturiers britanniques comme par les fouineurs désargentés pratiquant des braderies du samedi.

Rankin.jpgCelui qui a toujours voulu diriger le système de la mode à travers les photos qu’il en proposait a fait bouger les lignes en accomplissant progressivement un pas au-delà. Il s’est éloigné du contenant pour le « contenu » selon une démarche agressive, libertaire et propre à désenclaver une certaine idée de la femme et de la beauté.

Rankin bon.jpgElle n’est plus engluée ou empapaoutée dans des normes. Peu importe que les femmes soient âgées. Et pour faire concurrence aux photographes de mode du début des années 1990 il a produit des séries au cours de « séances concept » où le modèle sort des standards : « Ghost, Hungry?, Blouse de Big Girl, Sad Lad, Animal Fashion. L’artiste a donc réinventé toute une vision non seulement de la mode mais de la femme. Il ne pratique toujours avec son magazine « Hunger » dans lesquels toute image doit sortir du « cliché » et exister pour elle-même en affichant une liberté – qu’importe si elle peut choquer.

Jean-Paul Gavard-Perret

Rankin, « Unfashionable », Rizzoli, 2018

 

04/11/2018

Stephanie Pfriender Stylander et les opiacées

Pfriender 2.jpg"The Untamed Eye" est d'abord une monographie du travail de Stephanie Pfriender Stylander (MW editions). Elle se prolonge par cette exposition. S'y découvre la plus célèbre série de la photographe : celle de "la brindille" (Kate Moss) qui débarquent à New York "'illumine" la ville. Mais tous les portraits de stars et de mode créent une ambiance très particulière comme si certaines "saintes" entraient dans un bordel. Les portraits deviennent des fleurs folles dont parfois les rires hélicoïdaux transpercent le ciel. Ils ne leur restent pour preuve de leur puissance ce que la photographe en retient.

Pfriender 3.jpgPersonne ne les quitte des yeux. Ils les suivent comme leur ombre. L’érotisme se tient face à l’impossible en une pureté de l’obscène, la réversibilité a-théologique de la sainteté et de l’abaissement. De leurs dents de telles égéries sectionnent d’une seule morsure les aortes des divinités masculines obsolètes.

 

Pfriender.jpgLa créatrice les transforment en prophétesse du temps d’au-delà des prophéties. Elles martyrisent le réel eunuque en allant au bout d’une extase particulière. Elles "corrompent" l’excès par l’illimité, le repos par le mouvement. Là où la nudité est appelée tout se soustrait au jeu social et soulage du néant par l’ivresse de la beauté scénarisée. La photographe et ses modèles brisent le cercle de la passivité, chacune d'elle devient la Toute-Regardée dans les nuits de fêtes sans qu'elles n’aient besoin d’être prises sous la sueur des mâles en leur sale prière.

Jean-Paul Gavard-Perret

Stephanie Pfriender Stylander, "The Untamed Eye", Galerie de l'Instant, Pareis, Novembre 2018.

24/10/2018

Richard Tuschman : scènes de la vie conjugale

Tuschmann.jpg

 

Avec ses "Méditations Hopper", Richard Tuschman s'amuse même si son univers photographique n'a rien d'une vie chez les Tuche... Fasiné par Hopper dont, écrit-il, "les peintures de Hopper, avec une économie de moyens, sont capables de résoudre les mystères et les complexités de la condition humaine", le photographe procède comme lui : il place une ou deux silhouetes dans un décor intérieur et minimaliste.

 

Tuschmann2.jpgDe telles scènes de la vie conjugale n'ont rien d'enjouées - et c'est un euphémisme. Existent indifférence, résigna tion essourdie sans doute plus étrange et rêveuse ici que chez Hopper. Tuschman se veut d'ailleurs aussi influencé par la thétralité et le clair-obscur de Rembrandt..

Tuschmann3.jpgSe mettant devant ses modèles en situation d’observation de leur "ennui", le photographe ne réduit pas ses prises à un document ethnographique » sur la condition de la femme dans le New York du XXIème siècle. L'époque est intemporelle. Les personnages constituent la matière mentale la plus plastique. Leur soumission au poids de leur existence est tellement forte qu'elle les sort du réel. Les figures féminines deviennent des sujets d'une "Mélancolia" sous l’effet d’une chape de plomb qui pèse sur elles. Elles ressemblent à des condamnées, enfermées dans leur solitude. Si Hopper n'est jamais loin Antonioni et Bergman rôdent....

 

Jean-Paul Gavard-Perret