gruyeresuisse

17/10/2019

Claude Mollard et les présences primitives

Mollard 3.jpg

 

Par son travail photographique Claude Mollard (un des pères fondateurs du Centre Pompidou) transforme le monde et le regard. L'imaginaire de l'artiste crée une perte de repères et invente des présences à travers les surfaces qu'il décrypte et saisit. Des portraits surgissent là où le minéral et le végétal se rapprochent de masques originaires mystèrieux et fantastiques.

 

 

Mollard.jpgEncore faut-il savoir les remarquer comme le photographe transformé en  chasseur premier opère en faisant le vide en lui pour se tenir poreux face à ce qui arrive. Il possède un regard aigu et toute une poétique  de l'image afin de dénicher de tels portraits fabuleux au sein de la réalité. Des chamanes touffus, des êtres fabuleux sont extirpés du poids terrible du réel. Claude Mollard l’allège et surtout le mythifie. Les formes primitives deviennent par l'art de la prise de vue (angles et lumières comprises) des présences incontournables.

Mollard 2.jpgSans ostentation, ni exhibition, soit par effet de masse, de moirures ou à l'inverse en des prises essentialistes l’artiste crée un climat spirituel intermédiaire. La photographie devient presque abstraite afin d'offrir des portraits plus que symboliques puisque la nature elle-même est tirée par ses touffes hirsutes. Il s'agit de saluer l’union de la terre et des dieux, de gommer les différences entre les hommes et leurs mythes dans ce qui devient des portraits de primitifs du futur. Claude Mollard les convoque pour lutter contre la disparition de l'espèce considérée comme humaine.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Claude Mollard, Galerie Capazza, Nancay.

15/10/2019

Martin Mele emballements et amalgames

Mele.pngMartin Mele, «aires nuevos», Galerie Mark Müller,Zurich, du 26 octobre au 21 décembre 2019.

Martin Mele va vers les autres avec des manières et matières simples mais tout autant détournées. Il se dirige vers les genres (installations, sculpture) pour s’en éloigner entre pesanteur et légèreté.

Mele 2.pngL'iconoclaste rappelle que si «l’homme est plus sage que singe» (Nietzsche) il reste un primate. Et l’œuvre montre des contenants où le ridicule comme le sérieux planent sans forcément tuer. Sous cape des capharnaüm sont porteurs de symboles avec un effet bambi (le jeu) de l’autre le goût du carnassier broyeur d'images muséales.

Mele 3.pngLe sud-américain qui habite à Dusseldorf conçoit son travail comme une petite entreprise artisanale de la culture. Il prouve que si l’artiste ne peut être indépendant de l’organisation du marché, il peut s'y engager loin des copies conformes des genres et des matières classiques. Ses "emballements" deviennent des œuvres qui se "tissent" dans le seul sens de ses convictions et pour une vision qui se veut  thermomètre du monde puisqu'elle indique la température de notre société.

Jean-Paul Gavard-Perret

12/10/2019

Rosemarie Castoro l'indépendante

Castoro 2.jpgRosemarie Castoro, exposition, MAMCO, Genève, Du 9 septembre 2019 au 2 février 2020.

Retrouvant, à force de travail de la matière, la densité terrible du réel et sans souci de la morale Rosemarie Castoro a osé parfois l'exhibition de monstres qui n'étaient pas que les siens. Ses expérimentations ont renouvelé son propre lexique : d'où une oeuvre polymorphe, irréductible pleine de sérieux mais aussi d'humour qui sauva une artiste combattante farouche, intelligente et drôle.

Castoro.jpgAu cœur du même minimalisme, elle créa une dimension organique inquiétante. Le sexe féminin y a sa part. Mais bien plus qu'une figure féminine du courant minimalisme dans lequel on voulut la réduire, Rosemarie Castoro fixe et revendique une "inobjectivité" inséparable de ce qu'elle dut subir de ses pairs. Intégrant, sous de multiples formes, sa propre existence elle refusa toujours une neutralité pure.

Castoro 3.jpgVictime de sa "qualité" et "condition" de femme, elle dut se battre pour imposer son oeuvre. Des refus catégoriques d’exposition ou d’acquisition lui furent assénés de manière scandaleuse. Comme Ana Mendieta, Rosemarie Castoro a fini par engager son corps dans cette lutte . Il va venir "accidenter" les plaques d’acier de ses Flashers, figures masculines à la libido écrasante exhibant leur corps dans l’espace public. Et l'exposition du Mamco prouve comment l'œuvre de l'indépendante s’intègre dans un mouvement de réévaluation de l’histoire de l’art et ses impasses misogynes.

Jean-Paul Gavard-Perret