gruyeresuisse

26/01/2019

Garance Hayat et les tyrans

Hayat bon.jpgCertains textes conduisent hors de tout confort. Ils ne résistent pas au bruit du monde mais le font hurler. C'est le cas de celui de Garance Hayat. La voix est des plus nette dans ce "témoignage fictif" où tout balance entre le réel et l'imaginaire les plus oppressants. Awa y répond à l'injonction de l'auteure : "Comme chaque année de janvier à avril, je ne dors plus. Je fais des cauchemars (...) La dernière fois que j’ai foulé la terre de mon pays, j’étais debout devant une fosse gigantesque."

Hayat.jpgUn voyage au pays de l'enfer au sein d'un "océan de corps agonisants" focalise l'attention. Celles et ceux qui lisent acquièrent immédiatement un sens de communauté avec Awa. Et l'auteure devient mémorialiste de l'existence de son propre miroir. Sans s'échapper du cercle de l'intime elle produit une vision choc là où exista jadis une terre mère nourricière, un berceau de la civilisation.

Hayat 3.jpgLe ruban lumineux des mots simples mais parfois insoutenable  appelle à une restructuration. Ceux-là ne se veulent pas consolation de la pensée : ils ouvrent une boîte de Pandore. En proposant la réflexion en lieu et place d’une réponse toute prête l'auteure affronte une histoire et sa vision. Les mots échappent par la crevasse des nouveaux génocides sous le soleil de tristes tropiques face à l'indifférence du monde qui ne veut ni écouter ni regarder.

Jean-Paul Gavard-Perret

Garence Hayat, "Jamais loin des barbares", Derrière la Salle de Bains, Maison Dagoit, Rouen, 2019, 6 E..

 

27/11/2018

Harley Weir : l'envers et l'endroit

Weir.jpgRépondant à l'injonction de la nouvelle collection "voyageuse" de Louis Vuitton, Harley Weir propose une vision personelle de l'Iran. Tout s'y joue entre le visible et le caché. Plutôt qu'une énième dissertation logomachique sur la religion, le pouvoir, la situation des femmes dans le pays, le photographe fidèle à sa pratique de la beauté, propose une programmation visuelle par la bande.

 

 

Weir 3.jpgLe beau reste bien le souci majeur de ce projet : celui qui peut se percevoir en glissant dans l'"intimité" des lieux publiques par delà de la muraille idéologique pour peut qu'on soit, comme Weir, capable de le traquer. Exit ici les signifiants les plus visibles (mosquées, maisons). Tout tient le plus souvent d'une approche de détails. Ils sont moins des exceptions qui pourraient s'imaginer.

 

 

Weir 2.jpgL'éros est là. Harley le traque à travers certaines vitrines ou avec celles dont il sait partager les confidences non seulement "parlées" mais ostensiblement visuelles par leurs parures. La volupté est prégnante. Et même si le photographe restait sous surveillance il a su offrir des visions magiques de l'intimité. Un foulard, un pied  suffisent à suggérer désir et frustration. Dans ce superbe livre, le premier écrase le second.

Jean-Paul Gavard-Perret

Harley Weir, "Iran", coll. "Fashion Eye", Louis Vuitton éditions, 2018.

02/11/2018

Georges Ambrosino et Georges Bataille à la recherche de la vérité

Bataille.jpgComplétées d’un essai inédit de Bataille sur Jean- Paul Sartre (1946) et de notes et manuscrits d’Ambrosino, ces lettres poursuivent le dialogue entamé avant guerre par les deux correspondants. Le philosophe et le scientifique manifestent un grand respect l’un envers l’autre. Ils cherchent à découvrir le monde et les hommes qui l’habitent, l’univers physique - celui des particules jusqu’au monde des étoiles. « Un monde formidable, si nouveau pour moi » écrit Ambrosino.

Bataille 3.jpgDans cette correspondance se retrouve le côté passionné des deux correspondants. Ils sont fort de leurs savoirs mais vulnérables affectivement. Ils abordent des thématiques essentielles. Pour eux les valeurs soumises à l’éclairage du temps flambent comme des allumettes depuis les origines de l’homme, du monde, des civilisations. Les deux correspondants à la fois s’opposent et se réconfortent. Tout ne va pas sans heurts. Ils font des efforts pour toucher au mystère de l’homme dont l’essence est ce qu’il nomme « poésie . Ils continuent de la chercher comme ils le firent avant guerre au sein des premières revues qu’ils fondèrent (dont « Acéphale ») et celles qu’ils créèrent ensuite (« Critique »entre autres).

 

Bataille 2.jpgLes deux épistoliers font preuve d’écoute même s’ils s’accusent de ne pas s’entendre. Les deux auteurs font preuve d’attention, de lucidité, d’évidente responsabilité de ce qu’ils font tout en préservant la primordiale nécessité d’être soi-même. Claudine Frank offre de ce dialogue une édition scientifique, pertinente. Entre le philosophe et le scientifique, se retrouvent - pour peu qu’on les décontextualise- des réflexions qui n’ont rien perdu de leur actualité. Entre autre sur la notion d’énergie. La réflexion prend dans un tel échange une dimension telle qu’elle pourrait aujourd’hui encore « nourrir » le débat intellectuel jusque dans ses nouvelles données spécistes.

Jean-Paul Gavard-Perret

Georges Ambrosino, Georges Bataille, « L’Expérience à l’épreuve, correspondance et inédits ( 1943-1960 ) », coll. « Hors Cahiers », Editions Les Cahiers, 2018