gruyeresuisse

10/12/2018

Albert Watson : femmes entre elles - mais pas seulement

Watson.jpgPour le nouveau calendrier Pirelli Albert Watson propose un conte autour de quatre femmes déterminées à réaliser leurs différents désirs. Mois après mois, une suite de photogrammes est incarnée par Gigi Hadid, Julia Garner, Misty Copeland, Laetitia Casta et les mâles qui les accompagnent. Pour fêter cet évènement annuel le photographe a présenté au Pirelli HangarBicocca de Milan, 40 clichés en noir et blanc où transparaît sa passion pour le 7ème art. Afin d'aborder le projet du calendrier, Watson s'est demandé comment proposer une autre expérience photographique que celles de ses prédécesseurs. Il a choisi des narrrations plus que de simples portraits. Chaque prise se veut un "arrêt sur image" pour donner une profondeur de vue sur l'existence "objective" de ces quatres modèle.

Watson 2.jpg  Son intention est de réaliser un rêve autant personnel que celui des quatre femmes. Chacune, précise l'artiste "exprime son individualité, le but spécifique vers lequel tend sa vie, sa manière toute personnelle de faire les choses". Gigi Hadid le prouve : séparée depuis peu de son compagnon, elle vit seule dans une tour de verre. Alexander Wang partage en confident sa solitude et sa mélancolie. Julia Garner interprète une jeune photographe avide de nature et aussi d'un autre type de solitude. "Elle incarne une photographe botanique" écrit Watson. Listy Copeland et Laetitia Casta matérialisent d'autres rêves : ceux de la danse pour l'une, de la peinture pour l'autre (ce qui ramène le modèle à sa vraie vie puisqu'elle consacre de plus en plus de temps à ses propres travaux artistiques).

Watson 3.jpgDans un Miami quasi tropical quatre rêves se dessinent mais toujours avec le respect implicite du cahier des charge du calendrier Pirelli : l'érotisme. Il frappe ici par sa fluidité, sa simplicité, sa splendeur. Nous semblons parfois peu éloignés d'un "Rivage des Syrtes" mais où les "Jardins Statuaires" deviennent celui d'un plasticien particulier : il garde toujours la volonté consciente du flux narratif là où le nu reste formellement fondamental.

Jean-Paul Gavard-Perret

Albert Watson : "Dreaming", calendrier Pirelli 2019

23/10/2018

Wanda Orme et sa sirène

Orme.jpgWanda Orme - artiste multidisciplinaire et écrivain - sait jouer avec les clichés qu'elle met en scène. Il y a dans ses images et leurs hallucinations enjouées, les pièges et les jeux propres à l'imagerie Latex et un rien S.M. que la créatrice promeut pour la marque britannique de lingerie de luxe "Coco de Mer".

Les signes classiques d'un tel "déguisement' sont à la fois magnifiés et obviés là où la sensualité n'est pas forcément celle du plein mais du délié dans une sorte de jeu nocturne mais plus paradisiaque qu'infernal. C'est sans doute une manière de donner une autre image à la marque de luxe.

Orme 2.jpgMais c'est aussi un moyen pour la native de l'Ile de Man de communiquer et de subvertir en mettant l’accent sur l’expérience, la vulnérabilité, la résonance et la sexualité. Entre le désir et son analyse ludique, les images explorent des idées d’excès et de prolifération en relation avec une sexualité signe pour elle de «la lune croissante, le débordement et l’abondance». Mais gare aux chausses trappe que la créatrice tend à travers son modèle April Alexander.

Jean-Paul Gavard-Perret

Vernissage le 24 octobre 2018 au magasin phare de Coco de Mer, 23 Monmouth Street London WC2.

03/08/2018

L’art de devenir un maitre du glamour : Orlando Suero

Suero 3.jpgEn 1954 le jeune sénateur du Massachusetts J-F Kennedy et sa séduisante épouse aménage dans une maison historique,3321 Dent Place in Georgetown. Quoique habitée peu de temps elle permet au couple d’asseoir sa légende. Elle est le premier pied à terre pour la Maison Blanche. Orlando Suero de l’agence “Three Lions Picture “ passe cinq jours avec les Kennedy pour une vingtaiine de sessions de prises de vue pour scénariser les jeunes époux.

Suero bon.jpgCe documentaire séduit le couple montré sous les plus beaux auspices. C’est le début de la gloire pour les Kennedy comme pour le jeune photographe : il devient l’artiste de la jet-set car plus qu’un autre il sait saisir les stars avec décontraction. Elle donne à ses clichés un aspects de vérité. Nullement styliste comme un Avedon il fit passer le sujet avant le formalisme

Suero.jpgPour certains critiques c’est un gage de qualité. Pour d’autres sa limite. Il n’empêche que l’artiste a transformé le photo journalisme pour le meilleur ou parfois le moins bon. Sa signature reste pour les experts et les amateurs un signe distinctif d’une qualité « hors les murs ».  Il existe dans chaque cliché à voir puis à découvrir. L’objectif est double : franchir le réel, sentir une présence qui se superpose à lui. Chaque œuvre est moins un ilot de repère qu’un point d’apparition par effet de voile.

Jean-Paul Gavard-Perret

Monographie, Hatje Cantze, Berlin, 2018.