gruyeresuisse

07/05/2018

Luciano Castelli : « Qui n’est pas homme et femme est demi-corps »

castelli bon.jpgLuciano Castelli, "Self portrait", Editions Patrick Frey, Zurich

La phrase de Pierre Molinier empruntée pour le titre de cette note rappelle à la fois les choix de l’artiste de Lucerne afin de se scénariser mais aussi tout ce qu’il doit à l’artiste de Bordeaux largement occulté à son époque. Sans doute son travail était-il trop neuf dans un temps trop vieux.

Castelli bon 2.pngLuciano Castelli a toujours mieux senti les modes. Installé à Berlin il a épousé ce qui bougeait. Il n’en fut pas le précurseur mais accompagna tout autant le punk que les installations événementielles en actionniste. Avec le temps il a abandonné l’autoportrait mais ce livre fait le point sur ce pan important de l’œuvre et les secousses qui agitaient à l’époque sa vie et ses noyaux d’ombre centraux conjugués à l’agir.

castelli 3.pngA l’aide du travestissement l’artiste a su renverser bien des postures admises. L’afflux de l’iconoclastie gicla de la fonte des soies ou de leurs reprises qui se gonflaient de divers « changes » et charges. Des jambes épilées zébraient l’azur selon les offres intempestives qui s’étoffaient de beaux draps où le corps s’écrivait en divers types d’ailes dont une bretelle se décrochait très vite… Histoire de mettre le feu et pas seulement aux cimaises.

Jean-Paul Gavard-Perret

06/05/2018

Aimée Hoving : maisons de l’être

Hoving 1.jpgAprès des études à l’ECAL de Lausanne. Aimée Hoving a le plus souvent travaillé avec son compagnon Aboush Abrar dans la mise en scène d’individus, de groupes ou de communautés auxquels le public ne peut accéder qu’à travers la photographie.

Hoving 2.jpgLeur monde préféré est la mode, dont la créativité fascine. Ce domaine leur permet d’explorer une forme de photographie sans frontières : ils y disposent, pour créer des images avec la même liberté que les stylistes : d’où leurs créations parfois extravagantes, sensuelles et drôles.

Hoving 3.jpgAimée Hoving poursuit en solo des photographies subtiles et drôles publiées dans le monde entier et visibles entre autres au Musée de l’Elysée à Lausanne. L’enrobage des vêtements ou des décors perd sa seule valeur utilitaire afin de créer un univers étrange qui rappelle - entre autres - celui d’Alice. Mais en d’autres pays des merveilles. Leurs assemblages intempestifs - eux-mêmes signes de la maison de l’être ou de l’envisager selon d’autres modalités - tentent de préserver l’intégrité des égéries ainsi scénarisées voire de l’artiste elle-même.

Jean-Paul Gavard-Perret

Aimée Hoving, « Pictures of her », Galerie Joy de Rouvre, Genève, à partir du 17 mai 2018.

Luo Mingjun : croire entrevoir

Mingjun 3.jpgLuo Mingjun «En scène», Galerie Gisèle Linder, Bâle, 28 mai – 14 juillet 2018.

Pour sa nouvelle exposition à la galerie Gisèle Linder, Luo Mingjun revient au dessin. Elle renonce à la plume, l’encre et le crayon pour le fusain. L’avantage de cette matière est la malléabilité. Elle permet une grande mobilité de la main et un déplacement de l’énergie créatrice. Les œuvres deviennent plus grandes et leur taille montre combien l’artiste ose s’abandonner à une liberté nouvelle.

Mingjun bon.jpgElle n’obéit plus à un certain impératif de reproduction. Luo Mingjun ose jouer avec elle-même, son autobiographie selon de nouvelles arborescences comme pour le portrait de sa classe ou celle de sa famille avec Mao au milieu. Existent de l’humour, de la gravité. La noirceur du fusain permet en plus d’attirer une lumière particulière où jouent divers brouillages qui font de la clarté une substance équivoque.

Mingjun.jpgL’artiste joue avec subtilité et drôlerie d’un mélange de positif et de négatif. Existe une sorte de sérénité dans les neuf scénographies d’une famille chinoise au moment ou au fusain fait place l’aquarelle. Quelques peintures complètent l’ensemble dans ce qui tient d’une sorte de dissolution où se mêlent la vie et son interprétation afin d’atteindre cette "chose authentique" qu’Henry James demandait à l’art.

Jean-Paul Gavard-Perret